En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bisphénol A : l'Efsa estime qu'il n'y a pas lieu d'abaisser la dose journalière tolérable

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

En septembre dernier, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) publiait deux rapports indiquant que des effets avérés chez l'animal et suspectés chez l'homme, même à de faibles niveaux d'exposition, justifiaient une diminution des expositions au bisphénol A (BPA) pour les populations les plus sensibles. La Commission européenne avait alors invité l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) à se pencher sur ces deux rapports. L'Efsa a remis ses conclusions le 1er décembre : "Les experts du groupe scientifique de l'EFSA sur les matériaux en contact avec les aliments, les enzymes, les arômes et les auxiliaires technologiques (groupe CEF) considèrent globalement que les informations contenues dans le rapport de l'Anses et relatives aux effets du BPA sur la santé ne justifiaient pas une modification de l'opinion exprimée par le groupe scientifique dans son avis de 2010 sur la sécurité du BPA".

Selon l'Efsa, ses précédents travaux portaient sur une évaluation complète des risques associés au BPA et la dose journalière tolérable (DJT), établie en 2006 pour cette substance (50 µg/kg/j), "a été fixée de façon à protéger toutes les populations humaines pour une exposition à cette substance par l'intermédiaire du régime alimentaire pendant toute une durée de vie". Dans un avis publié en septembre 2010, l'Efsa estimait déjà qu'il n'y avait pas de nouvelle preuve de toxicité du BPA et ne jugeait pas nécessaire d'abaisser la DJT actuelle, un avis qu'elle réitère donc aujourd'hui.

Une réexamen de cet avis en 2012

L'agence reconnaît cependant "que des incertitudes subsistent quant à la pertinence éventuelle pour la santé humaine de certains effets associés au BPA à faibles doses observés chez des rongeurs. Le groupe réexaminera son avis après avoir analysé de nouvelles études et lorsque de nouvelles données provenant d'études en cours aux Etats-Unis sur le BPA à faibles doses seront disponibles en 2012". La Food and Drug Administration (FDA), le National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS) et le Programme national de toxicologie (NTP) mènent actuellement des travaux sur le sujet.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager