Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le dioxyde de titane sera interdit comme additif alimentaire dans l'Union européenne dès 2022

Risques  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Ce vendredi 8 octobre, les États membres de l'Union européenne ont approuvé la proposition de la Commission d'interdire l'utilisation de l'E171, un additif alimentaire composé de dioxyde de titane (TiO2). L'interdiction sera effective dès l'an prochain, à moins d'une intervention du Parlement et du Conseil européens avant la fin de l'année. Une fois l'interdiction inscrite dans la législation européenne début 2022, une procédure de suspension progressive de six mois précédera l'interdiction totale dans l'ensemble des produits alimentaires ciblés. « La sécurité alimentaire et sanitaire des consommateurs n'est pas négociable, a déclaré Stella Kyriakides, commissaire chargée de la sécurité alimentaire et sanitaire, dans un communiqué. Aujourd'hui, avec nos États membres et sur une base scientifique étayée, nous agissons fermement pour écarter le risque chimique de notre nourriture. »

Pour rappel, l'utilisation d'E171 comme additif alimentaire est déjà interdite en France depuis le 1er janvier 2020. La décision de la Commission européenne fait suite à la publication, en mai dernier, de l'avis de l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa). Cette dernière a finalement qualifié l'E171 de dangereux pour la santé, mettant en cause le risque potentiel de génotoxicité du produit par ingestion journalière. En Europe comme en France, l'additif E171 reste néanmoins autorisé comme colorant dans les produits cosmétiques et les médicaments. Ce type d'utilisation de l'E171 sera réévalué par la Commission dans trois ans.

Réactions1 réaction à cet article

 

Petit à petit on verra disparaître tout ces additifs qui ont fait le bonheur des trafiquants de bouffe pas chère, ou encourager la fainéantise des producteurs comme les nitrites dans la viande, les sulfites dans ce qui se boit après fermentation sauf la bière.
Les dégàts physiologiques sur les êtres humains resteront irréversibles maheureusement.

pemmore | 11 octobre 2021 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Désamiantage : maîtrise d’œuvre et accompagnement HPC Envirotec