Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Directive Habitats : la Commission européenne publie un document d'orientation

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Aider les États membres à améliorer la mise en œuvre sur le terrain de la directive du 21 mai 1992, dite directive Habitats. Tel est l'objectif du document d'orientation sur la protection stricte des espèces animales d'intérêt communautaire que la Commission européenne a publié mardi 12 octobre.

« Ce document d'orientation est un outil pratique pour les autorités des États membres et tous les acteurs concernés qui jouent un rôle crucial pour assurer la protection des espèces rares menacées d'Europe. Le guide donne une multitude de conseils pratiques afin de concilier la protection des espèces sauvages et les activités humaines », explique le commissaire à l'environnement, Virginijus Sinkevičiu.

La directive Habitats constitue avec la directive Oiseaux les deux grands textes qui régissent la biodiversité à l'échelle européenne. Elle impose, d'une part, la désignation de sites protégés dans le cadre du réseau Natura 2000 et, d'autre part, la protection des espèces tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de ces zones.

Le document vise plus particulièrement à expliquer les obligations découlant de l'article 12 de la directive. Cet article exige la protection stricte de certaines espèces animales telles que le loup et l'ours, mais aussi des papillons, des coléoptères ou des amphibiens, dans leur aire de répartition naturelle. Le guide explique aussi comment appliquer l'article 16 de la directive, particulièrement en ce qui concerne les grands carnivores. Cet article permet de déroger au principe de protection stricte dans certaines circonstances (dommages importants aux cultures, raisons sanitaires, etc.), à condition qu'il n'existe pas d'autres solutions satisfaisantes et que la dérogation ne nuise pas au maintien de l'espèce dans un état de conservation favorable.

Le guide présente également les initiatives et les possibilités de financement de l'UE en vue de favoriser la coexistence de ces espèces avec les activités humaines. Le document s'appuie sur la jurisprudence de la Cour de justice de l'UE, mais aussi sur des exemples de systèmes de protection mis en œuvre dans les États membres.

Réactions1 réaction à cet article

 

Un habitat dispersé n'est pas antinomique avec la présence d'espèces animales, suffit que la couverture végétale dépasse de 50% la surface du terrain et que des maires enragés comme ça vient d'arriver dans mon coin n'éxigent pas en gros tout en pelouse.
A la limite ce qui est en couverture végétale, haies, arbres de décor, fruitiers, devraient être non imposables pour la taxe foncière.
On arrive facilement à trouver chez-moi plus de 10 animaux sauvages à sang chaud plus chevreuils faisans dans le pré attenant. à pas plus de 30m

pemmore | 15 octobre 2021 à 11h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager