En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Consultations publiques suspendues : le Gouvernement déroge aux distances d'épandage de pesticides

Face à l'impossibilité de consulter le public dans le contexte du confinement, une dérogation ministérielle permet aux agriculteurs de bénéficier d'un assouplissement des règles en vigueur en matière d'épandage de pesticides à proximité des habitations.

Agroécologie  |    |  Hortense Chauvin  |  Actu-Environnement.com
Consultations publiques suspendues : le Gouvernement déroge aux distances d'épandage de pesticides

Jusqu'au 30 juin 2020, en raison des conséquences de la pandémie de Covid-19, les distances d'épandage de pesticides dont la cancérogénicité, la mutagénicité et la reprotoxicité ne sont pas avérées, pourront être réduites. Cette dérogation, accordée par le ministère de l'Agriculture et de l'alimentation, autorise temporairement les agriculteurs à épandre des pesticides à cinq ou trois mètres des habitations selon le type de cultures, et ce sans concertation publique, alors que le décret du 27 décembre 2019 sur les distances d'épandage, préconise de demander l'avis des riverains.

Pour rappel, le dispositif de protection des riverains, en vigueur depuis le 1er janvier 2020, oblige les agriculteurs à respecter des distances de sécurité entre les zones d'épandage et les habitations. Elles sont normalement fixées à dix mètres pour les cultures dont la hauteur est supérieure à cinquante centimètres, cinq mètres pour les cultures basses, et vingt mètres pour les produits les plus dangereux.

À l'échelle départementale, un arrêté peut cependant autoriser à diviser par deux la distance d'épandages des produits considérés comme les moins dangereux, à condition que l'agriculteur soit équipé de dispositifs anti-dérive et qu'une charte d'engagement entre agriculteurs et riverains soit signée par le préfet. Ces chartes, élaborées par les organisations syndicales agricoles ou la chambre d'agriculture, doivent, en théorie, être soumises à consultation publique pendant un mois avant d'être jugées conformes par le préfet.

Pendant le confinement, la possibilité de réduire les distances de précaution sans consultation publique

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, la dérogation accordée par le ministère de l'Agriculture et de l'alimentation assouplit les conditions de réduction des distances de sécurité. Concrètement, elle permet aux agriculteurs « engagés dans un projet de charte » et qui utilisent des dispositifs anti-dérive, d'épandre à cinq mètres des habitations pour les cultures hautes, trois pour les cultures basses, et ce, sans attendre la validation du processus de consultation des riverains, comme cela est normalement prévu. Ils doivent simplement « s'engager à mener la concertation dès que le contexte le permettra ». Le ministère de l'Agriculture et de l'alimentation justifie cette décision par « la difficulté de mener la concertation publique dans le contexte en cours de la crise de Covid-19 ».

Trente départements ont d'ores et déjà autorisé la réduction des distances minimales pour l'utilisation de pesticides, selon la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), notamment en Bretagne. Dans le Finistère, la préfecture justifie cette décision en expliquant que « le contexte sanitaire actuel ne permet pas d'organiser la concertation du public dans de bonnes conditions. » La chambre d'agriculture du Finistère s'engage néanmoins à « mener la consultation publique dès que le contexte le permettra. »

Le risque d'une augmentation de l'exposition aux pesticides durant la pandémie

 
Jusqu'au 30 juin 2020, en raison des conséquences de la pandémie de Covid-19, les distances d'épandage de pesticides dont la cancérogénicité, la mutagénicité et la reprotoxicité ne sont pas avérées, pourront être réduites.  
Ministère de l'Agriculture et de l'alimentation
 
L'association Eau et Rivières de Bretagne s'est, quant à elle, indignée de cette décision jugée « scandaleuse ». L'opposition des associations environnementales est d'autant plus forte qu'en raison du confinement, les habitants des communes agricoles sont invités à rester chez eux et risquent donc d'être plus exposés que d'ordinaire aux pulvérisations de pesticides, comme le rappellent le Collectif Info Médoc Pesticides et l'association Alerte Aux Toxiques dans une lettre ouverte. Rappelant que la pollution de l'air peut être « un facteur aggravant des impacts sanitaires lors de la contagion par le Covid-19 » selon Atmo France, les deux associations demandent une suspension des pulvérisations de pesticide durant la pandémie.

La majorité des associations environnementales considérait déjà, en décembre 2019, que la mise en place de distances de sécurité de cinq et dix mètres était « très insuffisante pour assurer la protection des riverains des expositions aux pulvérisations de pesticides ». L'assouplissement de ces règles pendant le confinement pourrait donc ranimer le débat sur l'efficacité du dispositif de protection des riverains mis en place par le Gouvernement en début d'année.

Réactions4 réactions à cet article

 

" L'assouplissement de ces règles pendant le confinement pourrait donc ranimer le débat sur [...]" le diktat d'un modèle agricole de toute évidence nocif que subissent les citoyens contre leur gré !
Les tenants de ce système auraient tort de croire que les gens vont encore et toujours l'accepter sans broncher ad vitam aeternam.

Pégase | 09 avril 2020 à 15h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Donc, pour résumer, en conséquence du confinement des populations essentiellement rurales exposées à un virus qui les atteint peu, on autorise leur exposition aux pesticides! Etrange application à géométrie variable du principe de précaution...

adjtUAF | 10 avril 2020 à 10h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que dire ? L'agrobashing n'est pas prêt de s'arrêter, à juste titre. Bande d'empoisonneurs.

gaïa94 | 10 avril 2020 à 15h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une forfaiture de ce gouvernement qui s'écharne à détruire notre environnement. il ne tire même pas la leçon de la catastrophe actuelle .

sirius | 10 avril 2020 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager