En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Distilbène : la justice reconnaît les effets d'un perturbateur endocrinien sur plusieurs générations

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

En reconnaissant qu'un médicament, le Distilbène, peut avoir des effets transgénérationnels, la cour d'appel de Versailles fait jurisprudence. Pour le Réseau santé environnement, elle ''ouvre la voie de l'action juridique sur toutes les pathologies chroniques liées à l'exposition précoce'' aux perturbateurs endocriniens.

Le Distilbène est le nom commercial d'un oestrogène de synthèse, le diéthylstilbestrol (DES), prescrit en France entre 1950 et 1977 aux femmes enceintes pour prévenir les fausses couches, les risques de prématurité et traiter les hémorragies. Il a provoqué chez les enfants de ces femmes des malformations et des risques lors des grossesses pour les filles (fausses couches, grossesses extra-utérines...). Plusieurs études ont même montré la nocivité de ce médicament sur la troisième génération. Jeudi 9 juin, la justice a reconnu que le Distilbène était responsable du lourd handicap d'un jeune homme de 21 ans, dont la grand-mère avait été traitée au Distilbène.

Le Réseau santé environnement se réjouit de cette décision : ''la présence de perturbateurs hormonaux dans l'environnement et les produits de consommation constitue un risque sanitaire pour l'ensemble de la population. Depuis aujourd'hui, elle constitue aussi un risque juridique pour les entreprises qui les produisent et/ou les diffusent. Les initiatives volontaires d'élimination et de remplacement de ces substances doivent se multiplier, sans attendre les avancées réglementaires, comme la grande distribution a commencé à le faire pour les tickets de caisse au bisphénol, par exemple''.

Réactions2 réactions à cet article

 

Attention à ne pas tout mélanger ; les préjudices subis par ce "petit-fils Distilbène" sont en lien avec sa naissance PREMATUREE.
Le schéma est le suivant : l'exposition in utero au Distilbène (DES) a provoqué des malformations gynécologiques chez la mère, qui sont elles-mêmes à l'origine de son accouchement prématuré. L'enfant né trop tôt souffre donc des séquelles de sa prématurité, et non d'une malformation spécifique liée au perturbateur endocrinien qu'est le DES.

Nathalie Lafaye | 14 juin 2011 à 11h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réseau environnement santé nous prend pour des cloches et veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Un produit chimique de l'environnement inhalé à faibles doses et un médicament ingéré pour avoir des effets majeurs, avec le risque d'effets secondaires hautement indésirables, ce n'est pas vraiment la même chose !

Laurent Berthod | 15 juin 2011 à 13h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager