En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les pro et les anti-éoliens de nouveau opposés

La polémique autour de l'éolien reprend de plus belle à la veille d'une manifestation contre un projet de parc à proximité du Mont-Saint-Michel et de l'examen au Sénat du projet de loi Grenelle 2 qui prévoit le classement en ICPE des éoliennes.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Les pro et les anti-éoliens de nouveau opposés
© Marion Dominique
   
Le projet de trois éoliennes à Argouges (Manche) situé à 19km du Mont-Saint-Michel relance la polémique autour de cette énergie renouvelable. Ce projet est contesté par les anti-éoliens qui organisent le samedi 26 septembre au Mont-Saint-Michel une marche internationale, à l'initiative de la Fédération de l'environnement durable (160 associations) pour protester contre l'implantation du parc ''à proximité du site historique, l'un des plus visités au monde, patrimoine mondial de l'Unesco''. Cette manifestation est soutenue par les associations de défense de l'environnement et du patrimoine, Basse-Normandie Environnement (BNE), la Fédération bretonne pour l'environnement (FBE), la Fédération nationale des associations de sauvegarde des sites et ensembles monumentaux (Fnassem) et la Plateforme européenne contre l'éolien industriel (EPAW) qui regroupe 500 associations.

Les anti-éoliens dénoncent la pollution visuelle que constituerait ce projet de parc ''visible à 20 km du Mont-Saint-Michel'' qui ''dénature le paysage''. ''D'une hauteur de 100 mètres, implantées sur des crêtes à 125 mètres d'altitude, ces éoliennes culmineront à 225 mètres par rapport au niveau de la mer. Elles seront donc plus hautes que l'archange Saint-Michel de la flèche de l'abbaye, situé à 170 mètres au-dessus de la baie. Non seulement elles seront parfaitement visibles du Mont, mais elles l'encadreront en s'en approchant depuis la terre par le Nord ou par la mer'', accusent-elles.

Après avoir été déboutée en juin par le Tribunal administratif de Caen qui a rendu un avis favorable au porteur de projet, l'association anti-éolien locale ''Turbulences près du Mont-Saint-Michel'' a fait appel auprès de la cour d'appel de Nantes le 15 août dernier. Selon l'association, certains riverains craignent l'implantation des 3 éoliennes et redoutent également la pollution sonore générée par les aérogénérateurs. D'autres riverains, notamment les agriculteurs se disent au contraire favorables à leur arrivée estimant que l'exploitation de l'éolien pourrait leur rapporter 2.000 euros par an.

Le SER et les pro-éoliens contre-attaquent

Si les opposants dénoncent douze projets de parc éoliens, dont un offshore, en cours autour de la Baie du Mont-Saint-Michel, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et les professionnels de la filière éolienne indiquent que seuls huit projets seraient en cours dans les départements de la Manche et de l'Ille-et-Vilaine dont ''un seul sera perceptible depuis la terrasse du Mont-Saint-Michel''. Il s'agit du projet de 6 éoliennes de Baguer-Pican (Ille-et-Vilaine) situé à 17 km du site, a répondu le 24 septembre aux anti-éoliens André Antolini, président du SER à l'occasion de la conférence de presse organisée avec plusieurs ONG environnementales parmi lesquelles Greenpeace, le WWF ou France Nature Environnement (FNE), le CLER et Amorce qui rappellent leur soutien à l'énergie éolienne. ''L'observateur percevra au loin, sur la ligne d'horizon, des points de 0,6 cm de haut, en contre-jour'', a-t-il expliqué. ''Tous les autres projets sont à plus de 20 km. A cette distance, les plus visibles ne dépasseront pas un demi-centimètre pour l'œil humain'', a souligné le président du syndicat.

Concernant le projet d'Argouges, le SER s'est défendu des nuisances sur le Mont, arguant que le permis de construire a été accordé par le Préfet de la Manche le 27 novembre 2007. Les trois éoliennes situées le long de l'autoroute A 84 ''ne seront pas visibles depuis le Mont-Saint-Michel'', a affirmé le syndicat en précisant que le projet était inscrit dans la zone d'influence visuelle du site définie par la Préfecture de la Manche. Les 8 projets ''ont tous fait l'objet d'une large concertation'', a encore souligné le SER. ''Ils ont été soumis à plusieurs reprises aux riverains et aux élus, dans le cadre de réunions publiques qui seront organisées par les porteurs de projet éoliens avant le dépôt de la demande de permis de construire et/ou à l'occasion de l'enquête qui se déroule au cours de l'instruction du dossier de demande de permis de construire'', a-t-il expliqué.

L'avenir de l'éolien en France menacé par le projet de loi Grenelle 2 ?

La manifestation anti-éolienne est organisée à la veille de la reprise lundi des débats au Sénat autour du projet de loi portant engagement national pour l'environnement dit ''Grenelle 2''.

Les pro-éoliens se sont dits ''inquiets'' de plusieurs propositions d'amendements au projet de loi Grenelle 2 qui devraient rendre plus contraignantes les règles d'implantation d'éoliennes, alors que la loi Grenelle 1, qui fixe un objectif de 23% d'énergies renouvelables d'ici 2020, prévoit de passer de 4.000 MW (soit 2.500 éoliennes) à 25.000 MW dont 6.000 MW en mer. D'ici 2020, 6.000 éoliennes supplémentaires devront être installées pour respecter ces objectifs.

Concrètement, les amendements déposés par les sénateurs UMP Jean Bizet (Manche) et Roland du Luart (Sarthe), visent à soumettre les éoliennes au régime d'autorisation des Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) et à durcir les règles de définition des ''zones de développement de l'éolien'', a regretté France Nature Environnement dans un communiqué estimant qu'un ''vent mauvais souffle sur les éoliennes''.

Les ONG environnementales et les professionnels de l'éolien rappellent que le développement des parcs éoliens ''est déjà très encadré''. ''Ils sont nécessairement installés dans des Zones de Développement de l'Eolien (ZDE - instituées par la loi de programme du 13 juillet 2005) qui sont proposées par les communes et définies par le Préfet. Les parcs éoliens sont également soumis à une étude d'impact, à un permis de construire délivré par le Préfet et à une enquête publique (loi du 3 janvier 2003)'', a réitéré Greenpeace. Pour le comité de Liaison Energies Renouvelables (CLER), une classification ICPE est ''parfaitement inutile et très pénalisante'', pouvant ''mettre en péril la filière éolienne''. Selon Didier Lenoir, président du CLER, alors que le délai d'implantation d'un parc éolien est déjà, à l'heure actuelle, d'environ 7 ans, le risque est que celui-ci s'allonge à 10 ou 12 ans.

Tel un ras-le-bol de la pression exercée sur cette source d'énergie, Arnaud Gossement, porte-parole de FNE s'indigne : ''à force de multiplier les contraintes juridiques qui pèsent sur la filière, il sera bientôt plus facile de construire une centrale nucléaire qu'une éolienne ! Se pose-t-on autant de questions sur le respect des paysages ou le démantèlement des installations lorsque l'on parle de centrales nucléaires ? (…) La réponse est non''.

Rappelons en effet que le projet de loi Grenelle 2 précise également ''les critères utilisés pour l'évaluation des ZDE en proposant une appréhension plus large de la préservation des intérêts environnementaux, par exemple de la biodiversité en présence d'espèces protégées''. De plus, la Commission de l'Economie, du Développement Durable et de l'Aménagement du territoire du Sénat a récemment modifié le texte et propose finalement de reporter d'un an l'intégration des éoliennes dans le régime ICPE.

Pourtant, les professionnels et les ONG craignent que le projet de loi Grenelle 2 ne soit ''un frein au développement de l'éolien'' en France. La délivrance des permis de construire des éoliennes est déjà ''en chute libre'', selon le président du SER. Outre le classement en ICPE des éoliennes, Alain Cabanes, élu de Saint-Agrève en Ardèche et représentant du réseau Cléo (Collectivités locales éoliennes) s'inquiète également de la suppression de la taxe professionnelle générée par les éoliennes à hauteur de 80.000 euros par an pour sa commune. ''Ce qui menace la France, ce n'est pas qu'on y mette trop d'éoliennes, c'est qu'on n'en mette pas assez'', a prévenu André Antolini en menaçant que ''l'objectif de 23% d'énergies renouvelables d'ici 2020 ne sera pas atteint sans l'éolien''.Pour ce faire, il faudra assurer un rythme annuel de développement d'environ 2.000 MW soit 800 éoliennes d'ici 2020, selon le SER qui prévoit également 60.000 emplois dans la filière à cette date.

Réactions37 réactions à cet article

 
Combien d'éoliennes pour alimenter le monde entie.

Combien d'éoliennes pour alimenter le monde entier ?

Olivier - ObjectifTerre | 25 septembre 2009 à 05h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Grrr

Et ces crétins, ils feront comment quand le bas du Mont Saint Michel sera sous les eaux ???

En dehors de cette remarque, un truc sur les ICPE :
on y ajoute les éoliennes alors qu'en janvier on a abaissé la protection dans le cadre du plan de relance de l'économie pour certaines installations auparavant classées comme dangereuses. Faudrait établir des priorités quand même...

Coyote | 25 septembre 2009 à 08h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pourquoi ?

Je suis toujours ébahi par un tel mouvement anti éolien. Ce mouvement, comme beaucoup, repose sur des faux arguments, pour cacher le véritable : c'est pas beau.
Comment peut-on soulever tant d'ardeur dans un tel combat ? Il y a tant d'inégalité, tant d'injustice, tant de combats à mener... Je ne voudrais pas reprendre des phrases tirées de mouvements politiques extrémistes, mais n'y a-t-il pas moyen de se remuer enfin pour une cause qui puisse rassembler tout le monde ?

Réponse : oui, mais pas dans mon jardin...

Jy | 25 septembre 2009 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
anti-éolien ou pro-nucléaire ?

La meilleure solution pour ne pas avoir de nuisances est de réduire drastiquement notre consommation d'énergie, ce qui bénéficiera à la planète et aux générations futures.
Les anti-éoliens sont-ils prêts à le faire ? Sûrement pas, ils préfèrent avoir des centrales nucléaires, malgré tous les dangers présents et futurs que cela comporte.

mlat | 25 septembre 2009 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Trop de PC accordé

Le nombres de PC accordé en chute libre ? Les promoteurs vont nous faire pleurer...Il y a tellement d'argent à faire,tellement de soutien du gouvernement en faveur des éoliennes, tellement de projets à l'étude que nos campagnes se transforment en poupées vaudou !

ventpire | 25 septembre 2009 à 13h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
informez-vous

renseignez-vous avant de dire n'importe quoi! les éoliennes ne produisent que 25% du temps et quand il à fait très froid il n'y avait pas de vent donc pas de production! et quand les éoliennes ne produisent pas, que fait on pour compenser? et bien ont fait tourner les centrales à énergies fossiles! super pour le co2! voir les émissions de co2 en Allemagne, championne d'europe des éoliennes. Pourrir nos campagne pour l'argent des promoteurs peu peut-être vous rassurer mais cela n'arrêteras aucune des centrale nucléaire de notre pays, malheureusement.

libréco | 25 septembre 2009 à 22h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
EOLE?

Bonjour à tous,
Ni pro ni anti je préfère toutefois les hélicoïdales sur les terrasses des bâtiments collectifs et chez les particuliers aux moulins à vents qui dénaturent les paysages d'autant plus quand les marchands du temple érigent ces pylônes disgracieux en parcs industriels,avec l'assentiment des élus aux trente deniers sur des sites à conserver.
L'électricité peut être produite de différentes manières,notamment par le biogaz issu des déchets,par le développement des micros centrales avec des bassins de dérivation,la gazéification, le solaire....
Partant du principe que de toute façon nous payons l'électricité un prix spécifique,j'estime que le cas échéant,EDF devrait racheter l'énergie à un prix légèrement inférieur afin d'assainir le marché tant sur les différentes techniques que sur les coûts et le rapport qualité/prix!

Vanmeulebroucke | 26 septembre 2009 à 11h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:anti-éolien ou pro-nucléaire ?

je pense que derrière les anti-éoliens il y a les lobbyes du nucléaire à la manoeuvre. Mais je pense aussi qu'il serait préférable que les parc d'éoliennes n'appartiennent pas à des sociétés privées, mais aux régions économiques qui devraient gérer leur propre production et consommation d'énergie, ou à l'aide de coopératives de production; les gens seraient ainsi moins remontés par les "magouilles", et l'atteinte à leur paysage, serait pour leurs besoins propres, donc plus acceptable.

Diane | 26 septembre 2009 à 18h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:pourquoi ?

Un peu partout en France, dans les immenses champs à perte de vue de monoculture, d'une tristesse à faire pleurer Georges Sand, voir une éolienne qui tourne m'est d'un grand réconfort, comme un espoir de vie ( ou de survie) au milieu du désert.

Diane | 26 septembre 2009 à 19h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Trop de PC accordé

vade retro satanas... bientôt les éoliennes deviendront la cause de tous nos maux, ahahahahahah

Anonyme | 28 septembre 2009 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ça tue oiseaux et chauve-souris

Sans doute qu'on veut les rendre le moins visible possible pour ne pas nuire à notre esthétique mais, du coup, les oiseaux se font tuer par les pales qu'ils ne perçoivent en tous cas, pas bien.
Et la nuit, les chauve souris aussi, pour d'autres raisons!
Il faut donc trouver d'autres solutions.

jo benchetrit | 28 septembre 2009 à 13h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Etonnant

Etonnant de voir et de revoir le même "débat" qui n'a rien de constructif et dont seul ressort le beau/pas beau.
Etonnant de voir a quel point une éolienne est inutile alors que les moulins "eux" nous ont nourrit bien longtemps
Etonnant de voir que EDF achète l'énergie de son propre grès (renseignez vous sur la CSPE et la part de celle ci qui va financer les ENR)
Etonnant de ne parler production sans jamais parler de maitrise de l'énergie
Mais pas étonnant que le coq soit l'emblème de la France, le seul oiseau qui chante les pieds dans la merde, comme disait Coluche ...

chocard | 28 septembre 2009 à 13h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:informez-vous

Et s'il n'y a pas d'éoliennes, on fait quoi pour absorber les pics de consommation ? On fait tourner encore plus de centrales thermiques.
Si l'Allemagne a des records en émission de CO2, c'est parce que les écologistes locaux ont fait fermer quelques installations nucléaires qu'il a fallu remplacer dare-dare par des centrales au charbon afin d'assurer une continuité du service électrique.
Informez-vous aussi avant de foncer.

Anonyme | 28 septembre 2009 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Grrr

Crétins toi même...On désensable le Mont pour qu'il redevienne une île et il y a des marées petit crétins !Rappelle aux USA que la Louisiane ,peuplée d'ex francais en général,sera sous l'eau aussi s'il n'arrête pas de polluer à tout va !!!Mais ça tu l'ignores le crétin de base,au lieu de bâver,renseigne toi........Je ne te salue pas.

kyrnos43 | 01 octobre 2009 à 05h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:pourquoi ?

Comme tu es romantique et je te rejoins dans ton raisonnement,je vois cette éolienne dans les pays africains entrain de leur amener un peu de confort.Quant à toi je t'invite à aller à Fruges -62-et ensuite la poésie passera à la colère et peut-être même à la haine des éoliennes.Alors,bon séjour à Fruges et passez dire un petit coucou à ma fille et petite fille,celle qui me dit au téléphone:Papy,y en a trop,c'est "dégueulasse".Bon courage

kyrnos43 | 01 octobre 2009 à 06h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:informez-vous

Etonnant comme un discours apparemment anti-nucléaire ("cela n'arrêtera aucune des centrales nucléaires de notre pays, malheureusement") peut s'approprier les arguments anti-éoliens des pro-nucléaires
A qui de se renseigner déjà ?

??? | 01 octobre 2009 à 08h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ça tue oiseaux et chauve-souris

Juste pour information, depuis sa création, sur le parc éolien de Peyrelevade, en plein cœur du Plateau de Millevaches,à proximité d'une immense ZICO, aucune mort d'oiseau n'a été recensée...
Les oiseaux ont pour particularité d'avoir développé une excellente vue...

anonyme2 | 01 octobre 2009 à 12h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:informez-vous

Non les éoliennes ne produisent pas seulement 25% du temps. La production des éoliennes se fait environ 80% du temps, en revanches elles atteignent leur puissance maximale pendant environ 25% du temps de fonctionnement. Les prévisions météo permettent elle de prévoir les productions à l'avance, car quand il n'y a "pas" de vent en un parc, il souffle sur d'autres.
En ce qui concerne l'allemagne, si ses rejets de co2 ont tellement augmenté c'est en raison de la fermeture de plusieurs centrales nucléaires et de l'ouverture de nouvelles centrales à charbon...
De plus il n'a jamais été question de rivalité entre l'éolien et le nucléaire, il est en revanche question de complémentarité.
A votre tour de vous renseigner!

anonyme2 | 01 octobre 2009 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Comparaison

J'espère que ce qui mettent de l'ardeur à critiquer le caractère esthétique en mettent autant pour les pylones.

Pour moi, une éolienne est bien plus jolie qu'un pylone. Or le nombre de ces derniers est bien plus important.

Il suffit de se convaincre du caractère de nécessite, tant pour le pylone (hélas) que pour pour une éolienne.

Nico | 01 octobre 2009 à 13h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Aberrant ;

Pour information,, la moyenne du nombre d'oiseaux tués par les éoliennes est de...1 par an sur le territoire national !!!
Ridicule donc...surtout en comparaison des bienfaits d'une énergie propre, la pollution tuant des milliers de fois plus évidemment, et toutes espèces animales et végétales confondues !
Quand aux chauve-souris, il faudrait se renseigner avant d'écrire de telles hérésies colportées en général par les "anti-éolien" , anti-écologie donc: leur sens ultra développés ne peut en aucun cas être trompé par une éolienne !

Kernunnos | 01 octobre 2009 à 13h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:pourquoi ?

Bonjour,

Je pense que c'est important qu'il y ai les pour et les contre les éoliennes. Je voudrai cependant rajouter ceci que j'ai entendu: Est-il vraiment opportunt de parler de beauté du paysage (vraiment subjectif) à l'heure actuelle, vu l'accroissement du réchaufement climatique?

Bien à vous

max | 01 octobre 2009 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:informez-vous

Objection, votre honneur : une éolienne est parfaitement incapable de palier à des pics de consommation. Si c'était le cas, cela voudrait dire que le vent ne souffle que quand on en a besoin, ce qui n'est bien évidemment pas le cas. Les centrales au charbon ou à gaz, ou encore la grande hydraulique, sont les seules à pouvoir palier ces pics. Rien d'autre. A moins, bien sûr, d'utiliser des batteries pour stocker l'énergie, ou les STEP. Dans ce dernier cas, l'éolien et le PV ont toute leur place pour fournir l'énergie qu'ils auront accumulée, quand on en a besoin. Mais ça pose d'autres problèmes (il faut construire les STEP, très chères, les batteries, très polluantes, etc.)

Umwelt | 01 octobre 2009 à 23h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:anti-éolien ou pro-nucléaire ?

Amusant, l'acharnement que bon nombre d'entre vous peut avoir contre le nucléaire. L'électricité française est l'une des moins carbonnées, notre approvisionnement à ce niveau est l'un des plus sûrs, les déchets sont parfaitement conditionnés, le risque d'accident quasi-nul et vous crachez encore à la figure de cette filière ?

Soyez un peu réalistes : le nucléaire est la seule alternative viable aux fossiles, de nos jours. Il représente 6% de la production mondiale d'énergie, au même titre que l'hydraulique (mais celle-ci est déjà presque totalement exploitée en europe) alors que l'éolien et le PV réunis ne représentent même pas 0,01%.

Bien sur, il faut bien partir de rien pour arriver à quelque chose, mais pour une même puissance, je ne suis pas sûr que l'éolien et le PV soient si irréprochables, par rapport au nucléaire. Et surtout, dans l'urgence climatique dans laquelle nous nous trouvons, nous avons besoin du nucléaire, le temps que les alternatives se développent. Mais celles-ci ne pourront tenir la route sans des économies drastiques.

Quant à votre proposition de parcs éoliens propriétés des régions, pourquoi pas ? C'est toujours mieux que le PV, du point de vue bilan carbone ; mais ce n'est pas gratuit, loin de là. L'argent dépensé pour ces éoliennes ne serait-il pas plus intelligemment utilisé pour développer l'isolation (qui réduit les besoins en chauffage ; voilà une vraie solution au problème des émissions en GES) ou l'usage du solaire thermique ?

Pour finir, je ne suis pas si convaincu de la pertinence d'une gestion politique de l'énergie. Confier notre approvisionnement énergétique à des personnes qui croiraient que la thermodynamique est une cafetière posée sur un vibro me semblerait être la plus grosse connerie qu'on puisse faire. Croyez-moi, c'est à peine carricatural, quand on regarde les programmes de certains partis politiques en la matière. Je préfère encore laisser ces enjeux aux bons soins de personnes compétentes qu'à des politiques trop soucieux de leur popularité, et qui ne sauront que faire ce qui plait à leurs électeurs, même si c'est une pure aberration.

Umwelt | 01 octobre 2009 à 23h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Combien d'éoliennes pour alimenter le monde en.

Rien que pour la France : une tranche nucléaire fournit une puissance nominale de 1GW. Une très grosse éolienne, de nos jours, ne fournit que 1MW, soit mille fois moins, et sans tenir compte du fait qu'elle ne tourne pas tout le temps, et de manière imprévisible (il y a mieux pour assurer la stabilité du réseau). Donc, pour arrêter un réacteur, il faudrait de 1000 à 3000 éoliennes (caractère intermittent pris en compte). Avec une cinquantaine de réacteurs en France, ça nous fait une centaine de milliers d'éoliennes de forte puissance. On doit en avoir pour une petite fortune, avec ça.

Cordialement.

Umwelt | 01 octobre 2009 à 23h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:anti-éolien ou pro-nucléaire ?

C'est un point de vue mlat, mais uniquement un point de vue malheureusement, et c'est loin d'être une vérité universelle. On fait quoi, le pro-éolien, quand il n'y a pas de vent les 3/4 du temps? On fait tourner les centrales à gaz ou à charbon comme au Danemark?

Georges | 02 octobre 2009 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Combien d'éoliennes pour alimenter le monde.

Juste une petite rectification: de nos jours les éoliennes classiquement installées ont une puissance de 2MW. En milieux terrestre, les éoliennes de 3MW se développent et en offshore les puissances atteignent 6MW.

anonyme2 | 02 octobre 2009 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:anti-éolien ou pro-nucléaire ?

En effet il est impossible de nier que le nucléaire produit 8 fois moins de co2 que les centrales à gaz et à charbon. En effet vu l'urgence dans laquelle nous sommes le nucléaire est à considérer comme un moyen de diminuer les émissions de co2.
En revanche les risques du nucléaire sont mortels. L'approvisionnement se fait aux dépends de pays sous développés et, bien souvent, enrichi les mafias militaires locales et n'est "sûr" qu'a grand coup de pots de vins. Le risque d'accident n'est pas quasi nul comme vous le dites si bien. Je m'explique les centrales nucléaires nécessitent de grandes quantités d'eau pour leur refroidissement et avec les changements climatiques, les pratiques agricoles, l'urbanisation, bref la modification des régimes hydrologiques l'eau manques de plus en plus (voir en 2003 les dérogations accordées pour les rejets dans le milieu aquatiques lors de la sécheresse).
Concernant la gestion des déchets nous ne savons pas encore quoi en faire, si ce n'est les enterrer bien profond et les léguer aux générations futures... quel choix responsable!

Alors oui il faut développer les productions alternatives ET faire des efforts considérables sur l'isolation et toutes les économies d'énergies.
De plus le PV et l'éolien sont des productions "locales" ce qui pourrait, si l'ont travaille sur la question, permettre de réduire les pertes dues au transport.

Bref comme vous le dite il faut considérer la question du nucléaire étant donné l'urgence de la situation mais ne surtout pas penser que c'est LA solution à long terme.

anonyme2 | 02 octobre 2009 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
d'autres arguments ?

Bonjour,
Je suis également un peu consterné par le principal argument qui ressort : la beauté des paysages.
La question de la rentabilité/productivité, plus intéressante à mon avis, est un peu abordée. La nuisance sonore tout juste mentionnée.
Mais je ne retrouve pas un point que j'ai déjà entendus par ailleurs, et qui m'intrigue : la pollution électromagnétique. A-t-on des retours de riverains qui ne soient pas trop discrédités par les institutions en place ? idem pour la nuisance sonore.
Merci

Nicolas | 02 octobre 2009 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Combien d'éoliennes pour alimenter le mo.

Merci pour la rectification, je croyais que les éoliennes de plus de 1 MW étaient limitées à l'offshore. Utiliser 200 de ces éoliennes pour atteindre la puissance équivalente d'un réacteur serait plus réaliste que 1000, même si ces installations nécessitent un important dispostif de stockage d'énergie. Quoi que, à choisir entre une STEP et quelques centrales à gaz ou au charbon, le choix est très vite fait. Un problème subsistera, cependant : le prix farimineux des deux structures...

Umwelt | 02 octobre 2009 à 14h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:anti-éolien ou pro-nucléaire ?

Point par point :


Le nucléaire produit sept fois moins que le photovoltaïque ( 8 grammes de C02 par kWh contre 55 ) mais plus de cent fois moins que le charbon, qui est à 1100g/kWh, le gaz étant à peine en dessous. Ce sont là les chiffres avancés par l'Agence Internationale de l'Energie en faisant l'analyse de cycle de vie de toute la filière. La diffrérence est donc encore plus immense que ce que vous avanciez. Je n'en suis que plus d'accord avec vous sur le fait que renoncer précipitamment au nucléaire, vu la hauteur des enjeux climatiques, serait se priver d'un atout précieux.

Je fais d'ailleurs une petite parenthèse en rappelant un argument des anti-nucléaires qui m'a bien fait rire quand je l'ai lu : "le nucléaire n'aide pas à résoudre le problème du réchauffement climatique car sa production pas assez souple oblige l'usage de centrales à charbon pour répondre aux pics de consommation". Contre-argument d'un gamin de huit ans : "Et si vous n'aviez pas les 80% de nucléaire, votre appoint au charbon serait notre principale source d'énergie (pic ou pas pic) car rien d'autre ne permet de fournir de l'énergie aux bons ordres de grandeur et dans des conditions économiques intéressantes." Donc, dans la mesure où le nucléaire réduit de 80% le besoin aux énergies fossiles, oui, le nucléaire peut nous aider à réduire nos émissions. Désolé pour la parenthèse, mais je voulais m'assurer que personne ne se ferait berner par des "arguments" qui ne font que discréditer ceux qui les avancent (et croyez-moi, on en trouve jusque dans les partis politiques...).


Sur les risques nucléaires, je sais bien que l'uranium peut gérer des problèmes politiques, mais cela vient plus de l'activité d'exploitation minière que du nucléaire en lui même. Vous aurez le même problème pour tout. Va-t-on démollir les bijouteries sous prétexte que les pierres et métaux précieux sont issus de dictatures et de terres contrôlées par les mafieux ? Non. Va-t-on renoncer au cuivre, à l'aluminium, au lithium, au fer, à l'or, qui sont tous indispensables à la fabrication de nos réseaux d'électricité, nos bâtiments, nos ordinateurs, et j'en passe ? Non. Je suis parfaitement d'accord avec vous, je suis profondément écoeuré de voir combien notre mode de vie, notre démocratie des droits de l'homme, sont dépendants de l'exploitation outrageuse des ressources d'autres pays, et du chaos qui y règne (car il est alors plus facile d'être en position de force dans un pays qu'on peut acheter que dans un autre incorruptible). J'en ai honte. Mais croire que le nucléaire est l'unique source de ce terrible problème n'est pas correct. Et encore une fois, qu'auriez-vous à proposer à la place ? Du charbon ? Du gaz ? Du pétrole ? Qui va nous les fournir ? La Russie ? Je ne me souviens pas avoir entendu parler de la Russie comme d'un pays intègre, blanc de toute corruption, et démocratique (après, je ne suis pas un expert en la matière). Bref, cette situation répugnante n'est en rien générée par le nucléaire, mais seulement par la confrontation entre un pays riche, puissant, avec de terribles besoins, mais sans ressources, et un pays pauvre, au sous-sol regorgeant de merveilles. Pour se les approprier, deux solutions : la colonie, ou l'exploitation "pacifique", ie avec l'accord du pouvoir en place. Que l'on doive acheter cet accord est exécrable, mais indispensable si on veut survivre. Nucléaire ou pas, cela ne changera rien.

Parlons sécurité face aux accidents. En effet, les centrales nucléaires (comme TOUTE centrale thermique) ont besoin d'une source froide pour assurer leur cycle thermodynamique, et fonctionner correctement. Evidemment, c'est un poste très important de consommation d'eau (je n'ai plus les chiffres en tête, malheureusement) et l'impact sur l'environnement en la matière (nettoyage de l'eau, élévation de sa température, etc.) ne doit pas être mis de côté. Si la source froide vient à manquer, on risque quelques désagréments. Deux solutions : augmenter le rendement de la centrale (ce qui réduira le besoin en eau ; c'est justement l'objectif des réacteurs nouvelle génération, en plus de la sécurité accrue) ou trouver une source froide intarrissable (la mer, l'océan, par exemple, mais cela doit poser quelques problèmes techniques, dûs à la corrosivité de l'eau salée, sur lesquels j'avoue mon manque de compétences). Le problème est le même pour tous les modes thermiques de production d'électricité, remarquez. Et l'objectif de la recherche nucléaire contemporaine est bien de résoudre ce problème de dépendance à la source froide.

Problème des déchets, maintenant. Ce fut longtemps la première source de mon scepticisme vis-à-vis du nucléaire. Ceci dit, les cendres de charbon sont en un tonnage bien plus important, radioactives, elles aussi. En outre, les déchets nucléaires ne sont dangereux que dans une proportion ultra minoritaire. Bon nombre de produits utilisés dans l'industrie et l'agriculture ont une durée de vie et une toxicité équivalentes à celle des déchets nucléaires les plus dangereux, et sont utilisés allègrement par le quidam, sans que personne ne s'en offusque. Et CA, c'est scandaleux.

Quand aux générations futures, je pense qu'il vaut mieux leur donner une petite quantité de déchets très dangereux, mais parfaitement conditionnés pour que le risque humain et environnemental soit très faible (les normes très strictes sur le nucléaire vont dans ce sens) plutôt que des milliards de tonnes de CO2, de cendres et autres, relachés sans vergogne dans l'atmosphère (les chinois et leurs problèmes de pollution au charbon ne me contrediront pas). J'ajouterai enfin que la recherche d'il y a quelques années était orientée sur la surgénération : un moyen de centupler la proportion d'uranium exploitable pour la production d'énergie, ce qui implique une multiplication par cent de la durée de vie de nos réserves et une division par cent du volume de déchets par kWh produit. Il était également possible d'incinérer les produits les plus problématiques ; bref, le problème très préoccupant des déchets nucléaires aurait été réglé, mais le projet Superphénix a été abandonné sous la pression des anti-nucléaires, qui arguaient que le nucléaire génère des déchets dangereux... Ils n'ont besoin de personne pour se discréditer.


L'avantage de la production locale est indéniable car il permet en effet de réduire les pertes de charge. Mais son caractère intermittent nécessite un stockage chimique (batterie, si on rejette le réseau qui permet l'usage de STEP) de rendement bien inférieur à 1 ; en faisant le calcul avec les chiffres qui vont bien, je ne serais pas surpris de découvrir que les pertes par stockage surpassent celles par transport...


Pour conclure, nous sommes bien d'accord, le nucléaire ne saurait être la solution unique à notre problème (quoi que la fusion ouvre des perspectives très intéressantes pour les pays qui pourront se l'offrir le moment venu...). Dans l'urgence climatique où nous nous trouvons, il est certes très utile, mais ne doit pas nous faire perdre de vue notre objectif de sobriété énergétique, de chasse au gaspillage, et de quête du bon sens dans l'usage intelligent et parcimonieux de toutes nos ressources.

Umwelt | 02 octobre 2009 à 15h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:anti-éolien ou pro-nucléaire ?

PAs d event les 3/4 du temps? où etes vous allé pêché ça? a l'échelle du pays, il y a toujours un endroit en France où il y a du vent: il suffit de répartir les éoliennes!

eole | 07 octobre 2009 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:anti-éolien ou pro-nucléaire ?

J'ai pêché ça dans les livres anti-éoliens (il faut bien, pour se faire une opinion, connaître les arguments des 2 bords)et les chiffres officiels. La CRE, dans ses bilans annuels de rachat de l'électricité éolien par EDF pour évaluer le montant de la CSPE à appliquer à chaque consommateur comme vous et moi, estime qu'une éolienne produit, à sa puissance nominale, pendant 2300 heures par an soit 25% du temps. Ainsi, c'est 2000h en Allemagne, 2500h au Danemark et 3000h en Écosse ou en Irlande. Certes, il y a toujours (enfin presque toujours!) du vent quelquepart mais, en moyenne, une éolienne ne produit que le 1/4 de son temps et une éolienne du nord ne pourra jamais dépanner une éolienne du sud. Ces aérogénérateurs industriels produisant du triphasé 20 000V, il ne faut pas dépasser une longueur de 200 km de câble électrique si l'on veut récupérer un petit quelquechose au bout. Le problème avec le vent, c'est qu'il se fiche éperdument de nos besoins instantanés. Comme l'électricité ne se stocke pas, quand une éolienne produit, il faut la demande en face et quand elle ne produit pas et qu'il y a de la demande, il faut faire tourner une centrale aux hydrocarbures! Voilà, voilà. En fait c'est une fausse bonne idée, pour un pays qui produit l'essentiel de son électricité avec une production nucléaire et hydraulique non carbonée. Et puis, bonjour la France défigurée que l'on va laisser à nos descendants. D'ailleurs, combien de français, soit disant favorables à 90% à l'énergie éolienne, seraient prêts à avoir une de ces dames blanches de 150m de haut sous leur nez? OK but Not In My Background!

Georges | 08 octobre 2009 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:informez-vous

La très officielle Commission de Régulation de l'Énergie (CRE)dans son rapport annuel (consultable par internet) estime le prix de rachat forcé à EDF de l'éolien en prenant la puissance éolienne installée sur notre territoire et en multipliant par 2200 heures. On arrive bien donc à un équivalent de 25% du temps à puissance nominale. Même si vous voyez tourner une tripale par petit vent, cela ne veut pas dire qu'elle fonctionne à puissance nominale. Si vous observez la courbe de puissance d'une éolienne en fonction de la vitesse du vent, vous vous apercevrez que sa puissance maxi est atteinte à partir d'un vent de 55 à 60 km/h. Ce qui ne représente pas 25% du temps, comme vous le dites, sur notre territoire. Les pays les plus venteux comme l'Écosse ou l'Irlande font un peu mieux avec 3000h. Il faut raisonner en moyenne. Et puis, une éolienne produisant de l'alternatif évacué dans le réseau MT 15 000 ou 20 000V ne peut pas dépasser un "rayon d'action" de plus de 200 km si l'on veut récupérer un peu d'energie au bout. Ainsi une éolienne normande ne pourra pas supplanter une éolienne varoise en berne. L'argument du "il y a toujours du vent quelquepart" ne tient pas la route à l'analyse. Décidément, cet éolien à la française est une fausse bonne idée qui coûtera de plus en plus cher au contribuable pour un bilan CO2 qui ne fera que s'aggraver puisqu'il faudra faire tourner des centrales thermiques pour réguler ces bien capricieuses éoliennes!

Georges | 08 octobre 2009 à 17h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pressions indues sur l'eolien

Que de combats d'arrière-garde pour freiner l'implantation de l'éolien !.On se croirait au moyen-age avec les procès en sorcellerie :
Pour moi qui habite non loin de champs d'éoliennes
dans la Marne je puis témoigner que : les éoliennes
sont esthétiquement belles ,qu'elles prennent place
dans le paysage rural sans difficulté , qu'elles ne font pas de bruit et qu'elles ne tuent pas les oiseaux .De plus , l'énergie produite est non polluante et nous désengage des produits pétroliers .Alors, mauvaise foi manifeste et/ou lobbying désepéré pour les énergies fossiles ?.

pommier | 11 octobre 2009 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ça tue oiseaux et chauve-souris

Récurrent le débat débile sur la nécessité de l'éolien en France!
Pour une production éolienne non continue, qui paie l'électricité plus cher que le tarif usuel (cf. contrat éolien)? l'usager bonne poire d'EDF!
Qui a l'électricité la moins chère d'Europe (nucléaire et hydraulique)? la France bonne fille de l'écologie propre sans rejet de CO2!
Alors on en a pas besoin de l'éolien (gros profits juteux pour écolo-bobos)juste pour respecter des engagements qui ne concernent que ceux qui les ont signés pour être "tendance verte"...
Allez planter vos tiges blanches en mer pour brasser les embruns et ne gâcher plus nos paysages appréciés chaque année par des millions de visiteurs du monde entier !!!

faubourg | 23 novembre 2009 à 22h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
merci des reponses

Je veux bien que ce ne soit pas recensé mais comment etre certain que ce que j'ai dit là est faux( ce que je souhaite)?
lorsqu'on voit un oiseau mort, si on le voit, va t on de suite en aviser des autorités?
je ne le crois pas.

jo | 24 novembre 2009 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une usine c'est très beau... pi fo dir ke l'esthétike des paysages c'est vachement plus important ke l'air kon respire et ttes les autre conneries de pollution dont on est même pas au courant...

DUCON | 26 novembre 2010 à 23h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…