En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

''Donner une valeur à la biodiversité, autre que la valeur affective''

Au terme de la réunion de travail durant laquelle le rapport dirigé par Bernard Chevassus-au-Louis sur le coût de la biodiversité a été présenté, Chantal Jouanno, rappelle pour Actu-Environnement, pourquoi il est devenu nécessaire de conférer une valeur économique à la biodiversité.

Reportage vidéo  |  Biodiversité  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

Réactions5 réactions à cet article

 
Donner une valeur à la biodiversité, oui.

Mais quelle valeur, et quels experts pour une biodiversité ordinaire ? Va-t-on intégrer le troc ?

pierre | 07 mai 2009 à 08h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
la valeur affective de la biodiversité

Je suis surprise du propos de la secrétaire d'état qui déclare vouloir donner une valeur "autre que la valeur affective" à la biodiversité. Ignorerait-elle que la biodiversité a, effectivement et aujourd'hui, une valeur scientifique ? Et que c'est autre chose que l'attachement sentimental à la jolie petite grenouille ou au gentil lémurien menacés de disparition ? Étonnant, pour une personne chargée de la politique de l'environnement dans notre pays…

Anonyme | 07 mai 2009 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
gestion globale de la ressource en eau

La bio diversité fait partie de la qualité de la vie.

A force de ne parler du développement durable comme une machine à faire de la pollution et de la misère pour le profit financier d'un pourcentage de plus en plus faible de gens on oublie que le monde du futur devra un jour penser à developper la VIE .
Durablement biensur, mais quantitativement(irriguer les terres gravitairement) et qualitativement(biodiversité) aussi.
La monoculture sur des grandes surfaces qui tue les espèces sauvages pour récupérer des hectares et faire du fric en polluant l'air , l'eau et la terre , c'est surement pas la voie à prendre.

Jusqu'à présent les ministres de l'environnement sont parachutés pour occuper une place qui ne dérange les lobbies industriels. C'est donc pour cela que les grennelles capotent et que l'écologie reste en dehors de l'économie.

jeandb | 07 mai 2009 à 15h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:la valeur affective de la biodiversité

A travers ces propos, il y a un argument qui me choque encore d'avantage. On nous dit clairement : pour que quelque chose soit pris en considération aujourd'hui il faut lui donner une valeur pécuniaire! Toute valeur affective doit être occultée dans ce monde et vive l'argent roi! Ignorons les passionnés, les poètes, les empêcheurs de tourner en rond, ainsi on limite les problèmes à régler. Ca fait peur ce mode de pensée... Mais si nos enfants ne s'émerveillent plus devant un papillon, qui la défendra la biodiversité demain?

Anonyme | 18 mai 2009 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:la valeur affective de la biodiversité

Effectivement, mais malheureusement si on ouvre un peu les yeux on se rend compte qu'aujourd'hui tout marche comme ça. Libre à toi de tout faire pour que ton enfant s'émerveille devant un papillon, et que, devenu adulte, il continue à s'émerveiller et travaille pour protéger la biodiversité. Mais aujourd'hui, ce n'est pas la communauté scientifique qui dirige le monde et prend les décisions politiques, malheureusement ! Il faut donc utiliser leurs "outils" et parler un language qu'ils comprennent pour les convaincre d'agir dans le bon sens. Tout notre émerveillement ne suffira pas sinon!...

nadglobtrotter | 20 mai 2009 à 12h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager