En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

DPE : UFC-Que choisir confirme leur fiabilité aléatoire

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Les Diagnostics de performances énergétiques (Dpe) ne seraient toujours pas fiable, selon l'UFC-que-choisir. Après enquêtes et le constat d'un manque de crédibilité en 2011, l'association s'est à nouveau penchée sur ce marché en juin dernier. Elle a demandé à 5 diagnostiqueurs affiliés à des réseaux ou indépendants, d'évaluer 5 maisons dans différentes villes de France.

Si le faible nombre de professionnel pris en compte dans cette analyse ne permet pas d'être représentatif de la profession, le constat laisse toutefois perplexe.

Les différents diagnostiqueurs ne s'accordent en effet pas sur leurs jugements. Ainsi deux maisons auraient été classées, dans 3 classes énergétiques différentes, avec pour l'une d'entre elles (construite dans les années 1970), un écart de B à E. Pour les trois autres logements, chacun s'est vu attribué, 2 classes différentes. Alors que cela aurait été nécessaire, les diagnostiqueurs n'auraient pas recommandé de travaux d'économies d'énergie. " Dans cette jungle estimative, le consommateur ne peut pas se fier au prix du diagnostic, dénonce dans son communiqué l'UFC-que-choisir, payer plus cher n'est pas une garantie : dans le Val d'Oise, un diagnostiqueur, parmi les plus onéreux, a bâclé le travail en quinze minutes en se limitant à visiter une seule pièce du bien".

Pour améliorer le sérieux du dispositif, le gouvernement a initié différentes mesures : deux arrêtés, publiés le 15 mars au Journal officiel, modifient les textes fixant le contenu du DPE, six mesures pour améliorer et fiabiliser le DPE ont été arrêté, une procédure d'évaluation de la conformité des logiciels utilisés pour réaliser les diagnostics de performance énergétique a enfin été fixée.

L'UFC-Que Choisir juge indispensable une meilleure formation et certification des diagnostiqueurs pour améliorer la crédibilité des Dpe. Il souhaiterait également plus de contrôles et sanctions. Enfin, pour que la responsabilité du diagnostiqueur puisse être concrètement engagée en cas de diagnostic erroné, l'association demande au gouvernement de rendre opposable le DPE au bailleur et au vendeur.



Réactions4 réactions à cet article

 

Que les propriétaires fassent un prorata Prix - Temps passé pour choisir leur prestataires et qu'une fois mécontents le fassent savoir (à leur diagnostiqueur puis à son certificateur s'ils n'ont pas réponses à leurs questions)

Que les certificateurs fassent leur travail et suspendent ou retirent leur certification des brebis galeuses (ce qu'ils évitent de faire à cause du retour de bâtons commercial)

Que la DGCCRF suivent les dossiers que leur envoient certains diagnostiqueurs sur les confrères plus que légers (au lieu de botter en touche)

Que les pouvoirs publics éditent enfin les 6 ou 7 textes manquants depuis le printemps et écoutent les remarques faites sur les projets de nouveaux algorithmes

Que les diagnostiqueurs eux-mêmes cessent d'aller se former au moins-disant

Et tout le monde s'en portera bien mieux (exceptés les coupables).

Cordialement.

FORMATION-DPE | 07 octobre 2012 à 08h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, j'ai signé le bail de ma maison aujourd'hui, et je le regrette déjà ... le DPE présentati un logement classé B au niveau de la consommation. Seulement, je viens de voir que le rapport prend en compte le prix moyen des énergies indexé au 15/08/2006 alors que ce dernier a été remis à jour en Juillet 2011.
Ensuite, la maison dispose d'un chauffage au sol au RdC et de radiateur à gaz au 1er étage. Il n'y a pas de thermostat au premier étage.
Comment se fait-il que la consommation énergétique soit estimé aussi basse alors qu'aucun dispositif de régulation n'est présent dans ce logement ?

Kermit | 26 octobre 2012 à 15h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Kermit,

Je vais essayer de répondre à vos interrogations, dans l'ordre ...

Il est vrai qu'une habitation en classe B, ça ne court pas les rues, ils représentent en effet seulement 1,4% environ des DPE.
Attention, si votre maison est d'avant 1948, même si elel à été rénovée depuis, la méthode préconisée par les pouvoirs publics est celel sur factures (qui se traduit par la rédaction du DPE sur un modèle 6.2 ou 6.B, en haut à droite) ... pour peu que la maison n'ait pas été habitée plusieurs mois avant la réalisation du DPE, la consommation sera faussée (si c'est le cas, la méthode sur cacluls aurait été préférable car elle reste possible si c'est le modèle Vente, néanmoins utilisable en location, qui est choisi lors de la rédaction du rapport).

Pour ce qui est du tarif des énergies à prendre en compte, effectivement depuis le 1er Juillet 2011 ce sont les tarifs des énergies au 15 Août 2010 qui auraient du être pris en compte. A Août 2006 le tarif du kWh de Gaz naturel était de 0.0539 Cts d'€ alors qu'il était de 0.0640 Cts d'€ en Août 2010 et qu'il est de 0.0730 Cts d'€ en Octobre 2012 (soit une augmentation soit 24%).

En soi l'usage du gaz n'est pas opposé à ce qu'un classement B soit possible, si la maison est très bien isolée (15 cm sur les murs, 30 en combles, 10 en dalle, vitrages et VMC performant). L'absence de régulation pénalise de 3% seulement.

Restant à votre disposition,

Cordialement.

FORMATION-DPE | 27 octobre 2012 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonjour, je viens de visiter une maison que mon fils voudrait acheter , lors de la visite j'ai demandé a regarder le DPE sur celui ci qui été qualifié de "B" il y avait système de chauffage " pompe à chaleur " vérification faite c'était une chaudière propane , épaisseur d'isolant 16 cm +agglo 20 cm + LES ENDUIT ce qui aurait dû faire 36 cm environ , vérification faite le mur faisait 32 cm il manquait 4 cm d'isolant, ma conclusion on prend les gens pour des idiots , doit on continuer cette arnaque ? ET J4EN PASSE SUR LA FEUILLE DE CONTRÖLE

DDDN | 29 juillet 2014 à 18h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager