En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les ressources mondiales en eau douce menacées

Eau  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

L'ONU alerte de la "pression croissante" sur la ressource en eau au niveau mondial, dans un rapport publié le 12 mars, à l'ouverture du Forum mondial de l'eau en France à Marseille. L'accroissement de la population mondiale, l'augmentation des besoins alimentaires, l'urbanisation "rapide" et le changement climatique (pluviosité, humidité des sols, fonte des glaciers et écoulement des rivières et des eaux souterraines) menacent les ressources d'eau douce, avertit le 4e rapport mondial des Nations unies sur la question.

Si 86% de la population des régions en développement auront accès à l'eau potable d'ici 2015, "un milliard de personnes ne disposent pas encore à ce jour d'un tel accès et dans les villes leur nombre est en hausse", rappelle le rapport co-produit avec l'Unesco. Les infrastructures sanitaires ne suivent pas le rythme de l'évolution urbaine mondiale, dont la population devrait pratiquement doubler d'ici 2050 pour atteindre 6,3 milliards de personnes. Aujourd'hui, plus de 80% des eaux usées dans le monde ne sont ni collectées ni traitées.

"L'eau douce n'est pas utilisée de manière durable compte tenu des besoins et des demandes", a déclaré Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco. "L'information reste disparate et la gestion est fragmentée. Dans ce contexte, l'avenir est de plus en plus incertain et les risques susceptibles d'augmenter", a-t-elle prévenu.

Dans le même temps, la hausse mondiale de 70% de la demande alimentaire d'ici 2050 devrait également se traduire par "une augmentation de 19% de l'eau utilisée par le secteur agricole, qui représente déjà 70% de la consommation globale de l'eau", tablent les auteurs. Des chiffres qui pourraient être plus élevés si "les rendements agricoles ne s'améliorent pas de manière significative dans les années à venir".

Les prélèvements dans les nappes phréatiques ont  quant à eux "au moins triplé ces 50 dernières années". Certains de ces bassins souterrains, "non renouvelables, ont d'ores et déjà atteint un seuil critique. Face aux besoins agricoles croissants, de nombreux pays se tournent aujourd'hui vers d'autres pays disposant de terres fertiles, notamment en Afrique". On estime ainsi que l'achat transnational de terres est passé de 15-20 millions d'hectares en 2009 à plus de 70 millions aujourd'hui.

Une meilleure gouvernance des ressources en eau "est nécessaire, notamment des investissements des secteurs privés et publics dans les infrastructures", appellent les auteurs.

Réactions2 réactions à cet article

 

Une question pour avis ; Ne faudra t il pas s'interesser aux 80% d'eau douce du globe terrestre stocké en antartique (sous la glace dans des lacs et sous forme de glace). L'humanité n 'utilise donc que 20% de cette eau(forcement dificile à atteindre).......?

yanquirigole | 15 mars 2012 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bassins souterraines non renouvelables, mais si il y a une gestion integree, et bien pas de raison qu ils soient epuises non? il faudrait deja implanter une gestion durable...

Natt | 19 juin 2012 à 16h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Formations professionnelles