En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eau : pénurie en vue au Cap corse

Rogliano, commune du Cap corse, est quasiment à sec. Face à cette situation, l'Office d'équipement hydraulique de Corse, le gestionnaire d'eau local, envisage de faire appel à une unité de dessalement.

Eau  |    |  Albane CantoActu-Environnement.com
Eau : pénurie en vue au Cap corse
Environnement & Technique N°379 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°379
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

La sécheresse dure et la commune de Rogliano, en Corse, risque de manquer d'eau. Le réservoir de Stullone qui l'alimente en eau potable ne contient plus que 9.000 m3 d'eau, pour une capacité de 48.000 m3. "En hiver, la consommation est de 150 m3/jour mais en été, elle atteint entre 900 et 1.000 m3/jour. Il faut au minimum une réserve de 30.000 m3 pour y faire face, avec des restrictions d'usage", explique Saveriu Luciani, président de l'Office d'équipement hydraulique de Corse (OEHC). Cet organisme a la compétence eau brute sur l'île et exploite en délégation de service public le réseau d'eau potable qui dessert la commune de Rogliano et le port de plaisance de Macinaggio.

Pour s'adapter à cette situation, une réunion s'est tenue le 19 février 2018 en présence du maire, de l'Agence régionale de santé (ARS), de la préfecture de l'Agence de l'eau et de deux élus de la collectivité territoriale. Plusieurs pistes ont été étudiées, et notamment celle du dessalement. "Une solution que nous avons déjà exploitée lors de la sécheresse de 2002", se souvient Saveriu Luciani. Les besoins sont estimés à 600 m3/jour – des sources et des forages fournissant déjà 600 m3/jour. Un rendez-vous est prévu en préfecture le 1er mars prochain pour choisir entre location et achat – cette dernière solution permettrait à l'unité de dessalement d'être utilisée ailleurs en Corse, en fonction des besoins. Et trouver une solution de financement. Saveriu Luciani souhaite également un arrêté de restriction d'eau "très rapidement, avant le printemps", qui concernerait toute l'île.

Une pénurie durable

Pour l'heure, le président de l'OEHC s'interroge sur ce manque d'eau. Les sources et les forages fournissant 600 m3/jour, il devrait y avoir un excédent d'eau d'environ 400 m3/jour. Or, c'est un déstockage qui est constaté. Des études sont en cours sur les forages pour vérifier leur débit. Des fuites sur le réseau d'eau potable sont écartées, les données de production et de consommation étant cohérentes.

Au-delà de la sécheresse actuelle, c'est bien à une pénurie durable que l'île est confrontée. "Nous avions oublié la sécheresse de 2002 ; il ne faudra pas oublier celle de 2018. Ce qui nous arrive est normal. Le changement climatique nous rattrape", assure Saveriu Luciani. Dans le cadre du nouveau schéma d'approvisionnement en eau de la Corse, baptisé "Aqua Nostra", la création de nouvelles interconnexions est envisagée ainsi que l'augmentation des transferts d'eau entre les communes, la lutte contre le gaspillage et l'amélioration des rendements.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…