Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Eau potable : des usines modernisées et un rendement réseau ambitieux pour le SEDIF

Le syndicat des eaux d'Ile-de-France a entrepris la rénovation de son patrimoine. Le plan d'investissement porte sur cinq ans et s'élève à 1 Md d'euros. Au programme : rénovation d'usines, remplacement de canalisations et traque aux fuites d'eau.

Reportage vidéo  |  Eau  |    |  Romain Pernot  |  Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°412 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°412
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Parmi les chantiers phares entrepris par le Sedif, le renouvellement des filtres à sable des usines de production d'eau potable de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) et de Méry-sur-Oise (Val d'Oise). Cependant, l'essentiel des dépenses sera consacré au renouvellement du réseau tient à préciser Christophe Perrod, directeur général des services techniques du Sedif. « Contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n'est pas les usines de traitement qui coûtent cher mais le réseau. On a 8 800 kilomètres de canalisations sous 151 communes en Île-de-France. Plus de 80 % du patrimoine c'est le réseau. Heureusement, sa durée de vie est très longue, entre 80 et 100 ans, donc on est pas obligé de le remplacer trop régulièrement. »

Malgré des performances réseau élevées (90 % quand la moyenne nationale est de 80 %), 30 millions de mètres cubes d'eau sont encore perdus chaque année. Pour lutter contre ce gaspillage dû aux fuites sur le réseau, le syndicat compte sur une gamme de capteurs qui permet d'écouter le réseau pour détecter les fuites et envoyer rapidement un agent intervenir.

« Les capteurs sont nos yeux et nos oreilles. Nous expérimentons actuellement des capteurs hautes fréquences capables de relever 128 mesures à la seconde. Dans les canalisations, l'eau peut circuler extrêmement vite, d'où la nécessité de la mesurer au bon moment », assure Caroline Lucas-Leblanc, responsable du service coordination du contrôle technique du SEDIF.

Ces capteurs dit « hautes fréquences » permettent de mesurer des phénomènes indétectables avec des capteurs de pression d'ancienne génération. Notamment « les coups de bélie », ces variations de pression brutales dues par exemple à des tirages sur poteaux d'incendie lors de l'intervention de pompiers sur la voirie et qui peuvent provoquer des casses importantes.

Plusieurs expérimentations sur ces nouveaux capteurs sont en cours afin d'optimiser leurs performances. Ils pourraient, à terme, mailler tout le réseau du SEDIF.

Réactions2 réactions à cet article

 

Ils ne disent pas combien restent de tuyaux en chlorure de vinyle monomère causent encore de nombreux cancers et qu'on tarde à détruire en province.
On a remplacé le plomb devenu dangereux à cause des nitrates qui détruisent l'oxyde de plomb protecteur, ph basique , mais protécteur si ph acide (ce qui est logique, par une tuyauterie encore pire.
L'eau est dangereuse, vaut mieux boire du vin qu'on dit en Anjou;, ils ont bigrement raison, ni plomb ni chlorure, par contre les viticulteurs sont devenus fainéants et criminels avec les sulfites.
On vit à une sale époque.

pemmore | 01 mars 2021 à 12h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est quoi, cette pub pour le SEDIF ?

Albatros | 01 mars 2021 à 17h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Romain Pernot

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Cartographie de l'aléa ruissellement selon la méthode HGM Cereg