En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'eau : l'autre enjeu du XXIè siècle

Les ressources en eau douce sont soumises à de nombreuses pressions. Souvent éclipsée par le débat actuel sur le changement climatique, cette question constitue pourtant au même titre que la biodiversité, l'un des enjeux majeurs du XXIè siècle.

Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
   
L'eau : l'autre enjeu du XXIè siècle
© Doug Olson
   
Le temps de l'eau facile est révolu. Les tensions sont déjà là et risquent de s'accroître. Le constat est posé. Pour Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l'eau, l'eau constitue l'une des principales tensions planétaires aujourd'hui. Soumise à de nombreuses pressions (gaspillage, pollution, érosion, climat…), la ressource en eau douce continentale est loin d'être illimitée. Si certains pays l'utilisent encore comme une ressource largement disponible, de nombreux signaux alertent populations et gouvernements sur l'urgence de mieux gérer cet or bleu. De l'avis de nombreux experts, les conflits et tensions autour de l'eau peuvent être évités à condition d'une meilleure gestion et répartition de ses usages. Car le défi à venir est immense : garantir et accroître la ressource à l'échelle planétaire tout en la protégeant.

Une demande en hausse

Tout en étant la ressource la plus abondante de la planète (elle recouvre environ 71 % de la surface du globe), l'eau a, dans une proportion de 98 %, une teneur en sel trop élevée pour servir aux usages humains. L'eau douce accessible, celle que l'on trouve dans les lacs, les rivières, les nappes phréatiques, ne compte que pour 0,25 % de la ressource totale mondiale. De plus, l'eau douce est inégalement répartie entre les territoires. Si le Canada dispose d'une capacité de 83.000 m3/personne/an, la France dispose de son côté de 2.900 m3/personne/an, la Jordanie 120…
Le non accès à l'eau douce cause chaque année la mort de plusieurs millions de personnes et l'atteinte à la dignité humaine de millions d'autres. Limitée, l'eau douce disponible n'est pourtant pas rare. Sa quantité pourrait largement combler les besoins actuels de la population mondiale et plus encore. Le problème majeur n'est pas la disponibilité de la ressource mais les usages que l'on en fait, note Jean-François Rouzier, de l'Office international de l'eau.
Au cours du siècle dernier, l'utilisation d'eau douce a augmenté à un rythme deux fois plus élevé que la population. Chaque année, l'agriculture consomme près de 70 % de l'eau totale utilisée, l'industrie 20 %, et la consommation domestique 10 %. Certains pays consomment davantage qu'ils ne possèdent, menant à l'assèchement de certains puits, nappes souterraines ou rivières. Si cette surexploitation de la ressource eau n'est pas forcément visible aujourd'hui, la pénurie a déjà conduit certains pays à revoir leur politique d'approvisionnement.

Les usages de l'eau en question

Si la quantité d'eau directement consommé par le citoyen moyen reste faible ,celle nécessaire à la production de notre nourriture est beaucoup plus importante : elle s'élève jusqu'à 2.000 litres par jour.
Mais que ce soit dans l'agriculture, l'industrie ou pour les besoins domestiques, la demande en eau ne cesse de croître, créant une compétition entre les différents usages, souvent au détriment de l'agriculture. Un certain nombre de pays connaissent actuellement des tensions sur cette ressource et sont emmenés à reconsidérer leurs choix en matière de production agricole et industrielle, note Loïc Fauchon. Récemment, la Californie a déclaré l'état d'urgence en eau, du fait de précipitations inférieures à la moyenne ces trois dernières années, entraînant une restriction de l'approvisionnement urbain en eau de 20 % mais surtout une baisse considérable de l'activité agricole. En Chine, les industries émergentes ont souvent un accès prioritaire à l'eau, au détriment des petits agriculteurs…
L'accroissement de la population ne fera qu'amplifier ce phénomène : la hausse démographique, mais aussi l'urbanisation croissante et la littoralisation accrue des populations devraient entraîner de nouvelles tensions sur la ressource. L'impact le plus important ne proviendra pas du changement climatique mais bien de l'augmentation de la population, analyse Lena Salame de l'UNESCO.
Mais cette compétition dépasse également l'échelle locale. L'eau est souvent une ressource partagée entre différents pays et la pénurie dépasse les frontières. L'hydrodiplomatie sera donc une condition future nécessaire à la paix dans certaines régions.

Vers l'apaisement des conflits

Aux dires de nombreux experts, la guerre de l'eau est pourtant un mythe. Si cette ressource est au cœur de nombreuses tensions dans des zones déjà fragilisées, une bonne gestion de l'eau peut apaiser les conflits selon eux. A condition d'abandonner le court termisme si courant dans les politiques de l'eau aujourd'hui...
Les tensions sont déjà là, sur la migration, sur les bassins transfrontaliers… constate Loïc Fauchon. Mais des coopérations peuvent résoudrent ces tensions. Concernant le problème de l'Euphrate et du Tigre par exemple, la Turquie vient d'accepter un doublement des allocations d'eau vers la Syrie et l'Irak. L'hydrodiplomatie devrait être la réponse aux tensions sur l'eau.
Le président du Conseil mondial de l'eau identifie en outre 4 réponses aux problématiques actuelles : une modification des comportements et une régulation politique de la demande, une utilisation accrue des technologies pour augmenter et faciliter l'accès à l'eau (dessalement, captage…), une conception différente de l'aménagement du territoire et enfin une reconnaissance du droit à l'eau. Si le Ve forum mondial de l'eau qui vient de s'achever à Istanbul n'a pas abouti sur ce dernier point, Lena Salame reste confiante : nous sommes sur la bonne voie.

Réactions25 réactions à cet article

 
Et alors?

Bin ça va rien changer, ça va juste confirmer le truc: les riches auront de l'eau, les pauvres, non.
Point.

Nuwanda | 14 avril 2009 à 17h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pour info

Bravo pour cet article!
Il est fondamental que tous soient sensibilisés à cette problématique, qui peut - à tord - paraitre bien éloignée de ses propres considérations quand on vit dans un pays développé (et encore plus en ville, environnement artificiel par excellence dans lequel l'eau est contrôlée et domestiquée).
Pour ceux que le sujet intéresse plus avant, ma thèse de doctorat porte sur le sujet et touche justement aux comportements des citadins vis à vis de l'eau. "La relation Citadin-Eau et les déterminants des comportements pro-environnementaux" (2008), disponible sur simple demande!

DocteurL | 15 avril 2009 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

je suis intéressé par ta thèse, peux-tu me la faire parvenir?

poask | 15 avril 2009 à 13h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Pour info

bien sûr, je peux envoyer le tout en pdf, il me suffit d'une adresse mail à laquelle l'envoyer

DocteurL | 15 avril 2009 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bjr!!

bonjour, je suis très intéressé par votre thèse, est il possible d'en avoir une copie?
mon mail: farwestetroro@hotmail.fr

merci.

cdlt Romaric

rom | 16 avril 2009 à 08h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

Moi aussi je veux bien lire cette thèse : mariongrandja@yahoo.fr
Merci !

MG | 16 avril 2009 à 09h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

Bonjour,

Votre thèse m'intéresse également.

Mon adresse : fabacher@berest.fr

Merci

Florian | 16 avril 2009 à 09h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

Bonjour,

Je serais également intéressée par votre thèse :
anais.allemand@gmail.com

Merci d'avance.

AA | 16 avril 2009 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Pour info

merci de l'envoyer aussi à contact@quinconces.org

saintbrice | 16 avril 2009 à 09h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

Bonjour,
Je serais moi aussi intéressé par votre thèse, pouvez-vous me la faire parvenir à l'adresse suivante : sfredon@yahoo.fr

J'ai personnellement fait des études d'ingénieur en "Eau et Environnement", mais je regrette que ma formation soit axée essentiellement sur le traitement classique de l'eau prôné par les grosses firmes française du domaine de l'eau.
Concernant une vision alternative de la gestion de l'eau qui me parait des plus intéressantes à approfondir, je vous invite à aller voir le site Eautarcie
Bonne journée à tous,
Boucheau

Boucheau | 16 avril 2009 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
these

bonjour,
votre these m'interesse aussi. Pouvez vous l'envoyer a l'adresse suivante : brettejb@gmail.com

merci

Anonyme | 16 avril 2009 à 12h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
gestion globale de la ressource en eau

Votre vision sur l'eau est limité et renvoit l'eau à une marchandise commercialisable pour ceux qui peuvent l'acheter ou encore incitent au plus avantagés de se servir dans la nature sans se soucier des conséquences chez le voisin ou plus tard.

Tout le monde connait le principe du cycle de l'eau qui fait circuler l'eau grâce au soleil . Cela fonctionne depuis des milliard d'années gratuitement et sans pollution.
L'eau qui retombe sur les continents est de plus en plus soumise au ruissellement accéléré sur des surfaces imperméables.L'infiltration dans le sol est réduit de sorte que les réserves souterraines diminuent. Elle diminuent d'autant plus que les forrages de captage de l'eau pour les villes ou pour l'agricultures sont de plus en plus profonds ( sans parler des piscines et des golfs )
Si on ne parle pas de l'eau dans les conférences internationales du climat c'est que les lobbies industriels ne veulent pas qu'on révèle le vérité sur la vraie raison des changements climatiques .
Si le co2 augmente dans l'atmosphère , c'est parce qu'il est de moins en moins recycler à cause de l'assechement des sols par des activités humaines directes ( déforestations , imperméabilisation, drainages , pompages , etc )
Il est plus facile d'accuser tout le monde avec les émissions de co2 pour donner des arguments au de vente au marché des énergies futures que de renoncer aux profits réalisé à coup de mensonges.
Le co2 et l'échauffement climatique ne sont pas grave si on se contentait de répartir l'eau sur terre . Pour cela il faudrait une décision politique plus forte que les blocages des marchands d'eau et d'énergie quie infiltrent les politiques avec "des sièges éjectables" à tous les niveaux.
Un vraie politique de redistibution et d'infiltration de l'eau des cours d'eau développer les potentialités de l'eau rapporterait plus à tout le monde que de vendre des tronçonneuses pour scier les branches sur lesquelles sont assis nos décideurs.
Enfin pour comprendre pourquoi les glaces de pôles fondent il faut savoir que par l'avancée des déserts , le cycle de l'eau est accéléré dans l'atmosphère et enmène de la chaleur au pôles qui se repartissait avant sur les zones plus tempérées.

jeandb | 16 avril 2009 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

Bonjour,

je suis également interressée par votre thèse. Pouvez-vous me la faire parvenir sur ma boîte mail : elise.cacciamani@ville-cannes.fr ?

Merci

e.cacciamani | 16 avril 2009 à 13h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:gestion globale de la ressource en eau

C'est vrai qu'il ne faut pas perdre de vue que l'Eau n'est pas une marchandise mais un besoin et un bien commun pour l'ensemble des êtres vivants.
Je suis assez d'accord sur le fait que l'assèchement des ressources en eau contribue au réchauffement climatique, toutefois, je trouve important que chacun prenne sa part de responsabilité là-dedans, que ce soit au niveau des émissions de gaz à effet de serre que des modes de consommation de l'eau...
Le livre de Yann Olivaux "La Nature de l'Eau" aborde trois manières de voir l'eau bien distinctes : L'eau et l'homme, l'eau et la science et pour finir, l'eau et la santé.
Pour terminer, j'ajouterai que sans l'eau, aucune vie sur cette terre n'est possible, nous devrions donc lui témoigner un peu plus de respect à mon avis et notamment éviter de polluer les masses d'eau (rivières, lacs, mers, ...).
Boucheau

Boucheau | 16 avril 2009 à 14h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Votre thèse

Bonjour,
je suis également interessé par la lecture de votre thèse, merci de me l'envoyer à l'adresse : amaneman@gawab.com

Merci,
AM.

Anonyme | 16 avril 2009 à 19h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
GASPILLAGE ET SUBVENTIONS

Très bon article, à quand un double réseau d'eau (pour les WC)en premier déjà dans les villes, quel gaspillage des eaux traitées !
Halte au réseau des eaux pluviales vers les rivières.
Halte aux drainages agricoles dans les régions d'élevage, ou les nitrates sont acheminés directement dans les cours d'eaux grâce ou à cause des subventions pour les drainages......quel honte !.........etc. etc.
Par ailleurs, peux t-on avoir une copie de la thèse.
gilles.liege@wanadoo.fr

papygilou | 17 avril 2009 à 16h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

désolée, voici l'adresse: p1_poask@hotmail.com
Merci!!

poask | 17 avril 2009 à 19h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Recevoir votre thèse

bonjour,
Vous serait également reconnaissant de me l'adesser

jeanteau1 | 17 avril 2009 à 21h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
quelques chiffres comparatifs

Bonjour à tous,
Ce combat sera celui des années à venir. On parle du bilan CO2, bientôt le bilan eau...
Quelques chiffres pour éclairer cela (source ALFA LAVAL):
- 1 tasse de café vaut 140litres d'eau
- 1 l de lait vaut 1000 litres d'eau
- 1 kg de blé vaut 1300 litres d'eau
- 1 kg de riz vaut 2300 l
- 1 kg de boeuf vaut 16000l
Etc, etc...intéressant non? à quand des étiquettes CO2/eau sur nos produits avec une vraie communication derrière.
Personnellement, je ne comprends pas que certaines DDASS soient opposées à une double alimentation en eau dans les locaux, une potable et l'autre via des eaux pluviales pour les WC, machine à laver...(sans calsaire en plus!)
Je serais assez partisan de ne pas avoir d'eau potable courante, mais de l'eau propre, et un filtre pour de l'eau potable. (mais j'ai la chance d'avoir voyagé un peu et de continuer à le faire...)
Utopie, je ne pense pas, et j'essaie de le transmettre simplement à mes enfants...qui ralent quand je leur demande de sortir de la douche!
Bonne soirée

Emmanuel Bruas | 22 avril 2009 à 21h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

bonjour,
je suis très intéressé par votre thèse,
est il possible d'en avoir une copie?
mon mail: fletang25@hotmail.com

merci beaucoup.

freddo | 23 avril 2009 à 07h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et alors?

C'est bien ce que je pensais : ET ALORS?

Une thèse sur l'eau et les citadins pour résumer l'eau au 21eme siècle, on est pas sortie de l'eau berge.....

Pour ma part j'ai une vue plus globale de l'eau.

Hélas les thèsards ont des oeillières les rènes guidées par la finance !

jeandb | 17 mai 2009 à 23h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pour info

Intervenant dans le domaine de l'eau pour tout ce qui concerne les économies d'eau et l'expertise, je serai intéressé par votre thèse. En vous remerciant par avance.
Silicium

silicium | 20 mai 2009 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Pour info

avec plaisir! Il me suffit d'une adresse mail à laquelle l'envoyer

DocteurL | 20 mai 2009 à 17h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Pour info

Bonjour,

Quel succès! Il est bien mérité semble t-il ! Pourriez vous également me faire parvenir votre thèse à : millian.ege@gmail.com SVP? Je mène une petite étude sur le sujet avec quelques camarades. Nous pourrions échanger sur nos travaux. Merci !

booga | 06 juin 2009 à 16h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis intéressée par votre travail, je voudrais bien lire votre thèse, mon mail c'est bionl@live.fr

aydie | 11 avril 2012 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager