En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un voyage pour appréhender les enjeux de l'eau dans le monde

Cinq étudiants se sont penchés sur la question de la préservation des ressources aquatiques lors d'un voyage en Sibérie et en Mongolie. Un documentaire et des expos photo sur leur périple apporteront un regard concret au public sur cette question.

Gouvernance  |    |  Marie Bernard Actu-Environnement.com
Avec 1,5 milliards d'êtres humains qui vivent dans des pays où la ressource en eau est insuffisante et 8 milliards au total qui devront se partager en 2025 la même quantité d'eau qu'aujourd'hui, le risque de mettre en péril l'accès à l'eau douce d'une partie de l'humanité s'agrandit.

Partant de ce constat, cinq universitaires, membres de l'association Cyclomonde, ont parcouru près de 5.000 km de train et 1.500 km de vélo durant l'été, et ont rencontré des associations oeuvrant à la préservation des ressources aquatiques en Russie (région du Lac Baïkal) et en Mongolie.

L'objectif visé par ce voyage était plus précisément de prendre conscience de la façon dont d'autres peuples gèrent leurs ressources en eau, et ce, dans des pays où celle-ci est moins abondante qu'en France, expliquent les étudiants.

Dans un même temps, les membres de Cyclomonde se sont intéressés à la fois à l'eau en tant que ressource indispensable à l'homme, mais également à l'eau en proie à la pollution ou encore à la surconsommation pour des besoins domestiques ou industriels.

Rejets d'eaux usées industrielles, pollution atmosphérique et tourisme incontrôlé

La découverte du lac Baïkal en Sibérie a constitué la principale étape des voyageurs. En effet, si ce lac est à la fois le plus ancien et le plus profond au monde (1.637m), il constitue surtout un symbole fort puisqu'il abrite à lui seul 20% du volume mondial total réserves en eau douce.

L'immensité de ses eaux renferme par ailleurs une faune et une flore extrêmement riches dont de nombreuses espèces endémiques comme l'Omoul, un poisson très prisé des pêcheurs locaux et le Nierpa, un phoque vivant uniquement dans les eaux du Baïkal, relatent les étudiants.

Or, la pureté de son eau est de plus en plus menacée par la pollution anthropique indiquent les associations Great Baikal Trail et Baikal Environmental Wave, rencontrées par les étudiants au cours de leur périple.

Aussi, les eaux usées de l'usine de pâte à papier de Baikalsk au sud-est du lac, mais aussi les rejets de la ville d'Oulan Oude par l'intermédiaire de la Selenga (le principal affluent du lac), constituent d'importantes sources de pollution.
L'activité agricole, les exploitations minières, ainsi que l'activité d'une autre usine de pâte à papier à Selenginsk, y sont également pour beaucoup.
Par ailleurs, explique l'association Baikal Environmental Wave aux étudiants, la pollution atmosphérique, résultant de l'industrialisation lourde dans la région d'Irkoutsk constitue également une source d'inquiétude car elle pollue le lac en se concentrant dans les précipitations.
Le tourisme non contrôlé, enfin, représente une autre menace pour les écosystèmes notamment à cause de l'absence de système de collecte d'ordures sur les pourtours du lac.

En Mongolie, les membres de Cyclomonde se sont également attachés aux problèmes liés à l'eau ''à boire'', à commencer par leur propre approvisionnement. Après avoir passé la frontière mongole, la steppe nous est enfin apparue. Les rivières se sont faites plus rares et la gestion de notre propre réserve d'eau est devenue plus compliquée, expliquent-ils.
Quant aux comportements des populations vis-à-vis de l'eau en général, là encore leur rapport à l'eau est très différent du nôtre : ils n'ont ni toilettes, ni eau courante et sont bien loin de consommer les 150 litres d'eau qu'un français consomme en moyenne chaque jour.

Un film de 26 minutes réalisé par les étudiants et retraçant leur expérience et leurs conclusions est actuellement en cours de montage. Des conférences mais aussi des expositions photographiques sur le thème de l'eau auront également lieu à Lyon le 20 octobre, à Paris le 26 novembre et Orsay en janvier 2009.

Le projet s'inscrit par ailleurs dans la durée puisqu'il conclura une série de projets menés par l'association Shark Kayak et l'Institut national des Sciences appliquées de Lyon (INSA).

Réactions5 réactions à cet article

 
Et la France ?

Pourquoi, dans un souci d'économie (qui a financé ce voyage), ils ne sont pas restés sur notre territoire ? Cela eût été intéressant...

pierre | 23 octobre 2008 à 08h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et la France ?

Il y a surement des exemples d'économie à prendre à l'étranger!
En restant dans un pays qui consomme 150l d'eau /jour/habitant
on va pas beaucoup avancer ...

Anonyme | 23 octobre 2008 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les enjeux de l'eau

bravo à ces jeunes .Il faut rappeler que les problemes environnementaux ne s'arretent pas à nos frontières,ils sont mondiaux et toute expérience est enrichissante

veilchen | 23 octobre 2008 à 15h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les enjeux de l'eau

Merci pour le bravo.
Comme vous le dites, les problèmes relatifs à l'eau, et à l'environnement en général, ne sont pas qu'un problème de pays riches.
Toutefois les pays avec un niveau de vie moins élevé que le nôtre s'intéressent de façon générale moins à ces problèmes que nous. C'est le cas au lac Baïkal en Sibérie, mais heureusement des ONG russes et étrangères (dont américaines) sont là pour susciter l'attention et une réaction de la part des riverains.
La situation évolue doucement, mais un geste de chacun est nécessaire. C'est la prise de conscience générale qui est le plus grand moteur de cette évolution. D'où la nécessité de communiquer sur ces problèmes.

Anonyme | 26 octobre 2008 à 19h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et la France ?

Parce que l'expérience que l'on peut tirer de cas concrets à l'étranger dans un environnement naturel, politique et économique différent est très instructive.
Egalement parce que la prise de conscience à propos de ces problèmes nécessite un symbole fort. Le lac Baikal en est un.

Anonyme | 26 octobre 2008 à 19h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager