Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Eaux pluviales : la ville de Rennes propose des méthodes de « perméabilisation urbaine »

Eau  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Avancer vers l'objectif de « zéro artificialisation nette » des sols fixé pour 2050 apporte des avantages en matière de gestion des eaux pluviales. Dans son guide de l'aménagement des espaces publics (en cinq volets), paru en janvier 2022 et présenté lors du dernier Carrefour des gestions locales de l'eau, la métropole de Rennes donne des clés pour soutenir la « perméabilisation urbaine » dans le reste de la France.

L'imperméabilité des sols entraînée par la construction des routes, des bâtiments et d'autres ouvrages induit un risque non négligeable d'inondations. « Environ 7 % de l'eau qui coule dans la Vilaine provient de la ville de Rennes, dont un quart depuis le réseau de ruissellement des eaux pluviales, explique Mathieu Pansart, chargé d'études hydrauliques eaux pluviales pour Rennes Métropole. Ce chiffre monte jusqu'à 30 % durant la période des orages estivaux, dont la pluviométrie augmente et dépasse aujourd'hui 10 millimètres par jour. » La cité bretonne suggère donc d'abandonner le système dit « de mise en séparatif », qui comprend un réseau de récupération des eaux pluviales raccordé au réseau principal, au profit d'une solution de « déconnexion-infiltration ».

Ce type de dispositif privilégie des « espaces perméables ou des ouvrages d'infiltration sous la chaussée » par une « gestion de l'eau là où elle tombe », dans l'idée de réduire les volumes d'eau envoyés dans le réseau pour les laisser s'écouler dans le sol. « L'eau doit rester au cœur des villes par la protection et le développement de la végétation et du sol, notre réserve d'eau », souligne le vice-président délégué à l'eau de Rennes Métropole, Pascal Hervé. Pour favoriser cette vision des choses, le guide que propose la ville détaille les techniques, au cas par cas, d'aménagements adéquats et les dispositifs par lesquels les mettre en œuvre, comme le plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi). Cela étant, cette question de la perméabilité concerne moins de 50 % des surfaces urbaines. « La moitié des surfaces imperméabilisées appartiennent à des particuliers », rappelle Vincent Nalin, chargé de mission à Rennes pour l'agence de l'eau Loire-Bretagne.

Réactions3 réactions à cet article

 

Je propose que l'on revienne aux pistes en terre comme en Afrique.

le papet | 08 juillet 2022 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est tellement évident de faire en sorte que les eaux de pluie puissent s'infiltrer directement dans le sol sans aller polluer les réseaux de récupération des eaux pluviales.
Et pourtant qu'en est il des permis de construire en zones pavillonnaire ou il faut réserver 40% du terrain libre en contact direct avec le sous-sol, et ou bien souvent on bétonne tout pour ranger les voitures. Il y a des règles encore faut il les faire respecter! Surtout qu'il existe maintenant des structures "perméables" de roulement.

fouine | 08 juillet 2022 à 22h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En indiquant que 50 % des surfaces imperméables sont privées, je voulais juste proposer d'étendre cette démarche aux particuliers. C'est d'ailleurs un projet de Rennes métropole qui envisage de créer une animation pour les particuliers et d'encourager à infiltrer les eaux pluviales dans les jardins... ou sous les places de parkings comme le suggère Fouine !

Vincent | 08 août 2022 à 14h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

DIP-Booster, le système anti-inondation des réseaux d'eau SIDE Industrie - DIP SYSTEME