Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Eclairage : vers des économies d'énergie dans le secteur tertiaire

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Le ministère du Développement durable a signé le 27 septembre une convention avec l'éco-organisme Récylum, en charge du recyclage des lampes usagées, et les professionnels de la filière visant à réduire les consommations d'énergie de l'éclairage dans le secteur tertiaire.

Cette convention a été signée par l'Ademe, le Syndicat de l'Eclairage, et 4 organisations professionnelles issues des installateurs électriciens (FEDELEC, SERCE*), des entreprises du bâtiment (CAPEB*), et des grossistes en matériel électrique (Fédération des Grossistes en matériel électrique -FGME). Son objectif vise à ''retirer de la vente, de manière progressive, les luminaires d'éclairage les plus énergivores, à promouvoir, notamment par des actions promotionnelles, les solutions les plus efficaces, à améliorer l'information et la sensibilisation des utilisateurs et à augmenter la collecte et le recyclage des équipements en fin de vie'', a souligné le ministère du Développement durable.

La convention s'inscrit notamment dans le cadre de la loi Grenelle 2 sur la maîtrise des nuisances lumineuses et vise à ''anticiper de 6 ans'' l'application du règlement européen de 2009 qui prévoit dès avril 2017 le recours à ''un éclairage plus sobre énergétiquement dans le neuf mais également dans le secteur de la rénovation'', a rappelé le Syndicat de l'Eclairage dans un communiqué.

Ainsi, les signataires s'engagent à compter du 30 septembre 2010 à ne plus promouvoir les luminaires équipés de ballasts énergivores. Le retrait du marché des systèmes d'éclairage les plus consommateurs d'énergie a été prévu au plus tard le 1er juin 2011. Les luminaires fluorescents équipés de ballasts énergivores ne seront donc plus mis sur le marché. Seuls les luminaires équipés de ballasts à forte efficacité énergétique (de classe ''A1'' ou ''A2''), notamment électroniques, seront commercialisés par les signataires, a précisé le Syndicat de l'Eclairage, et ce conformément au règlement européen.

Environ 25% d'économies d'énergie

Ces engagements devraient permettre une économie d'énergie de 20 à 25 % sur les installations rénovées, et une réduction du coût global (investissement, maintenance et énergie) d'environ 35%. Les signataires s'engagent aussi à développer le recours à la variation et à la régulation automatiques de l'éclairage (prise en compte des apports gratuits de lumière naturelle et système de détection de présence). Des technologies qui permettraient alors ''de réaliser 50 à 70 % d'économies d'énergie''.



* FEDELEC : Fédération des professionnels de l'électricité et de l'électronique - SERCE : Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique - CAPEB : Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Avec Ingrid control web, intégrez vos centrales ENR au réseau et au marché Sparksis