En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eclairer juste, en jouant sur la synergie revêtement-luminaire

Le groupe Malet, Spie Batignolles et l'éclairagiste Thorn affinent leur expertise sur le couplage entre luminance des revêtements de chaussée et éclairage pour réduire les consommations d'énergie. Un nouveau chantier confirme les atouts de l'approche.

Energie  |    |  Cécile Clicquot de MentqueActu-Environnement.com

Pour les collectivités, l'éclairage représente 40% de la facture énergétique. Un poste de dépenses particulièrement ciblé pour faire des économies, mais qui doit continuer à assurer ses fonctions de confort et de sécurité. Si de nombreux axes d'amélioration sont possibles, à commencer par des équipements d'éclairage à LEDs toujours plus économes et des systèmes de pilotage plus fins, ceux-ci peuvent encore être optimisés par une approche consistant à analyser le système complet chaussée-éclairage.

C'est tout l'objet de Lumiroute, projet lauréat d'un concours sur l'innovation routière lancé en 2011, porté par Entreprise Malet, Spie Batignolles Energie Borja et l'éclairagiste Thorn. L'idée est de faire jouer les synergies entre la luminance de l'enrobé, c'est-à-dire sa capacité à refléter la lumière, et la puissance d'éclairage, et ceci afin de réduire au maximum cette dernière.

Des économies d'énergie de 60 à 70%

Un dernier test pour la (Lumi)route à Limoges
 
Sur Limoges (Haute-Vienne), premier terrain d'expérimentation entre 2014 et 2017, les résultats ont été très probants, montrant des économies d'énergie de 60 à 70% par rapport à des chaussées traditionnelles bituminées éclairées par des lampes à décharge. Et ceci dans deux cas de figures : l'utilisation d'un revêtement clair (granulats clairs, pigment blanc et liant de synthèse clair) avec des lampes de faible puissance (lanternes de 55 Watts seulement), ou l'utilisation d'un revêtement à granulats clairs avec bitume classique, mais hydrodécapé (pour laisser apparaître les granulats en surface), avec une lanterne d'une petite centaine de watts.

Validés par le Centre d'études sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), ces résultats méritaient d'être confirmés dans d'autres configurations d'usage et en particulier dans un milieu urbain plus dense et plus contraint. D'où l'intérêt des nouveaux retours d'expérimentation annoncés sur la commune de La Teste-de-Buch dans le bassin d'Arcachon.

Un deuxième chantier en bord de mer confirme les performances

Le procédé Lumiroute a ici été mis en œuvre avec la formulation de revêtement clair, du fait de choix de sécurité et d'esthétique au cœur même d'une zone patrimoniale en bord de mer. Implanté en juin 2016 et suivi pendant deux ans, ce chantier a confirmé un vrai potentiel d'économies d'énergie, calculé de 31% (avec potentiel gain pouvant atteindre 54%) en dépit de contraintes plus fortes pouvant contribuer à une réduction des propriétés photométriques des enrobés (ensoleillement plus important, trafic plus dense, présence de sable…).

Il a aussi confirmé un gain de confort visuel pour les usagers, en évitant les risques d'éblouissement en même temps qu'en permettant de vrais gains énergétiques et même un gain d'investissement, en réduisant le nombre de candélabres (28 au lieu de 29 sur la portion testée). Deux opérations qui attestent de la réussite du projet de R&D et surtout de la nécessité et de l'intérêt de faire dialoguer entre eux des corps de métier qui n'en avaient jusqu'ici pas l'habitude.

Réactions2 réactions à cet article

 

Intéressante réalisation. Deux réactions toutefois :
- l'impact de ces nouvelles surfaces claires sur la biodiversité nocturne (oiseaux, chauves-souris et autres mammifères noctambules, insectes, etc.) est-il évalué et pris en compte ?
- dès lors que les décideurs publics sont contraints budgétairement (ici le coût de la facture annuelle d'électricité), il ne peut désormais plus être exclu qu'ils prennent des décisions écologiquement compatibles ! De là à penser que les alertes des associations de protection de l'environnement et d'astronomie aient également enfin été entendues, il y a un pas que je me risque allègrement à franchir.

Pégase | 23 août 2018 à 20h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi remplace-t'on systématiquement, pour l'éclairage des voies publiques, les lampes à lumière jaune (plus douce pour les yeux) par des lampes à Led dont la lumière est éblouissante avec ou sans bitume clair ? Ce choix est économique mais a t'on pensé aux inconvénients sur l'environnement de ces lumières sur les passants, les insectes, les oiseaux qui nichent dans les arbres, sans parler du recyclage de ces lampes ? Votre article est intéressant car ces expérimentations manifestent un souci d'économie et de confort, toutefois cela ne semble pas faire régresser le tout bétonnage et goudronnage des voies publiques.

bielowa | 26 août 2018 à 14h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Cécile Clicquot de Mentque

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…