En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eco-quartiers : la France souhaite rattraper son retard

Préconisé dans le cadre du Grenelle, poussé jusqu'au concept d'éco-ville par la Commission Attali, le développement d'éco-quartiers, en retard en France, est plus que jamais à l'ordre du jour avec de nombreux projets en cours.

Aménagement  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Eco-quartiers : la France souhaite rattraper son retard
   
BedZED - pour Beddington Zero Energy (fossil) Development soit Développement énergie zéro fossile en Français - est le premier îlot résidentiel à avoir été construit à grande échelle au Royaume-Uni, sur le principe d'un apport neutre en carbone. Bâti sur un ancien site houiller de 1,7 ha et lancée à l'initiative de l'architecte Bill Dunster, BedZED rassemble une variété de lieux : 82 logements, 2.500 m2 de bureaux et commerces mais aussi un espace communautaire, une salle de spectacles, des espaces verts publics et privés, un centre médico- social, un complexe sportif, une crèche, un café et un restaurant. Pour un coût supérieur de 20% à une construction traditionnelle, l'architecte Bill Dunster a appliqué tous les principes de la construction écologique : économie d'énergie, co-génération, utilisation de matériaux locaux et a intégré les aspects sociaux et les problématiques de transports dans sa réflexion : mixité sociale, commerces de proximité, auto-partage, liaisons par transports en communs, espaces verts favorisant la biodiversité. Résultat : le chauffage y est réduit de 90%, la consommation totale énergétique de 70% et le volume des déchets de 75%. Enfin, plus de la moitié des logements a été réservée à des familles à revenus modestes, selon les vœux de la Fondation Peabody - la plus importante organisation caritative de Londres dédiée à l'habitat et partenaire du projet, selon l'ARENE Ile-de-France1.
Si d'autre pays européen sont d'ores et déjà en mesure de présenter des expériences comparables, notamment celles de Vesterbro (Copenhague - Danemark), Fribourg et Kronsberg (Allemagne), ou encore Hammarby (Suède), en France en revanche, les projets commencent seulement à voir le jour.

Appel à projets EcoQuartier

A l'occasion de la première conférence nationale sur la Ville durable qui s'est tenue à Paris le 4 novembre 2009, Jean-Louis Borloo et Benoist Apparu ont dévoilé les résultats de l'appel à projets EcoQuartier et de la démarche EcoCité. Pour être retenu, le projet devait s'inscrire dans la continuité des projets territoriaux environnants et s'appuyer sur les outils et documents de planification déjà existants (Plan local d'urbanisme, plan d'occupation des sols). Plus largement, le projet devrait démontrer qu'il bénéficiait non seulement au territoire dans lequel il s'inscrit, mais aussi aux territoires limitrophes. Il visait à promouvoir des quartiers ''durables'' caractérisés par : une gestion durable de l'eau, un traitement optimum des déchets, une biodiversité urbaine, l'utilisation de modes de transports « doux » (tramway, vélo...), la production locale d'énergies renouvelables, des formes urbaines denses, une mixité sociale et fonctionnelle et l'utilisation d'éco-matériaux. ''Le palmarès EcoQuartiers met en lumière ces savoirs-faires en matière d'aménagement. On constitue des références qui soutiennent les comparaisons internationales aux côtés des exemples déjà connus, scandinaves, allemands ou anglais notamment'', expliquait Benoist Apparu, lors de la remise des prix.

Pas moins de 160 projets d'écoquartiers - pour beaucoup encore à l'état d'idées - ont répondu à l'appel du ministère. 28 ont reçu un prix, toutefois, seuls quelques projets étaient assez avancés pour prétendre au Grand prix. Pourtant les conclusions du Grenelle de l'environnement ont prévu la réalisation « d'une quinzaine de grands projets d'innovation architecturale, sociale et énergétique » et « d'au moins un EcoQuartier avant 2012 dans toutes les collectivités qui ont des programmes de développement de l'habitat significatif ». Des objectifs qui semblent donc difficiles à tenir.

Palmares

Le grand prix national des EcoQuartier a été attribué à la ZAC de Bonne à Grenoble. Ce projet, engagé en 2002 par la municipalité sur les 8,5 ha de l'ancienne caserne de Bonne, est exemplaire en matière de haute qualité environnementale. Les logements sont conçus dans le but d'offrir une efficacité énergétique poussée, en visant les niveaux de consommations en énergie finale de 50 kWh/m2/an pour le chauffage. Différentes mesures sont mises en œuvre pour parvenir à ces objectifs : isolation par l'extérieur et menuiseries très performantes (à lame d'argon), développement d'approches bioclimatiques en ayant recours à des dispositifs passifs limitant les apports solaires en été et les favorisant en hiver : morphologie des passées de toiture, des balcons, serres et loggias, végétalisation des terrasses ou pergolas, mise en œuvre d'une ventilation double flux avec récupération de chaleur et enfin utilisation d'équipements économes en électricité dans les parties communes. ''Il y a beaucoup d'idées, beaucoup de bonnes pratiques à s'approprier'', avait fait remarquer le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, en ouverture de la Conférence Nationale Ville Durable.

Parmi les autres éco-quartiers récompensés par l'appel à projet du Ministère de l'Ecologie, on distingue les projets ruraux de Douzy, Faux la Montagne et Vitteaux, et des petites villes de Châteaurenard et Claye-Souilly, auxquels s'ajoute un palmarès thématique sur l'eau, la biodiversité et la nature en ville, la gestion des déchets, la mobilité, la sobriété énergétique et les énergies renouvelables, les formes et la densité urbaine et l'éco-construction.

Citons encore l'exemple du projet d'écoquartier à Faux-la-Montagne (23) porté par les acteurs du territoire du Parc naturel régional Millevaches en Limousin. Cette démarche innovante en plein milieu rural doit permettre de réinventer le « vivre ensemble », puisqu'il prévoit la création de logements, mais aussi des parties communes à l'usage social évident : un verger, un potager et un lieu de compostage. Plus encore, la restauration d'un four à pain qui restera propriété de la commune illustre la démarche innovante de Faux-la-Montagne, qui souhaite mettre en pratique une démarche collective d'auto-construction. Les 7, 8 et 9 décembre prochains s'organisent d'ailleurs avec le Parc naturel régional Oise-Pays de France les rencontres ''Comment accompagner l'émergence d'écoquartiers en milieu rural ?''.

La ZAC du Séqué (Bayonne) a reçu quant à elle un prix dans la thématique « déchets ». Ce futur écoQuartier, voulu sur le quartier populaire de Bayonne Nord, aborde l'ensemble de l'éventail des actions préconisées par le Grenelle en matière de déchets à savoir : une action sur les déchets de chantiers : chantier vert imposé par les Cahiers des charges de cessions de terrains (CCCT) et chantier faible nuisance, une action traditionnelle sur la collecte sélective (micro-déchetterie sur le quartier, containers enterrés…) et surtout pour renforcer le pourcentage de valorisation des déchets, une action sur les déchets fermentescibles avec point de collecte des déchets verts et incitation au compostage individuel des déchets verts et enfin une action prévue de sensibilisation des futurs habitants pour agir sur leurs comportements pour réduire les déchets à la source et favoriser le tri sélectif.

Si nombre de projets gravitent notamment autour des aspects de vie et d'efficactité énergétique, la multiplicité des concepts d'écoquartiers montre que la définition devra être précisée. Car pour l'instant aucune ''grille d'évaluation'' n'encadre l'appellation. Le risque est donc grand de voir cette appellation employée à tort et à travers !

1/ Quartiers durables- Guide d'expériences européennes ARENE Ile-de-France - IMBE- Avril 2005

Réactions2 réactions à cet article

 
Plus d'infos

Merci pour cet article fort instructif. Ajoutons que l'objectif du concours écoquartier est de réaliser un référentiel des quartiers durables d'ici 2011 au mieux.

Bucki | 26 novembre 2009 à 23h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Appellation non contrôlée

Bonjour
Pour ce qui est du prix décerné à l'écoquartier du Séqué, catégorie "déchets" je préfère prendre ça pour de l'humour plutôt que d'en pleurer...Savez-vous qu'à 500 m de ce quartier, il est prévu pour 2012 une grosse usine à poubelles (type TBM) comme celle de Montpellier qui empuantit ses riverains ? Bien sûr, les décideurs jurent que celle-ci fonctionnera correctement mais comment les croire en l'absence de tri sélectif en amont ? (comme à Montpellier) Il n'y a pas de plan de tri prévu, aujourd'hui, pour l'agglomération alors que la décision d'implantation date de 2006 Aberrant !

Voilà un exemple "d'appellation employée à tort et à travers"

Bayonnais | 14 janvier 2010 à 23h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager