En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les éco-activités ont mobilisé 447.200 emplois en 2014

Les chiffres de l'emploi environnemental font état de 447.200 emplois et de 30 milliards d'euros de valeur ajoutée en 2014. Malgré un nombre d'emplois en baisse, le secteur des EnR permet une augmentation de la valeur ajoutée liée aux éco-activités.

Energie  |    |  Marine CalmetActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°359 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°359
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Les dernières statistiques du Commissariat général au développement durable (CGDD) consacrées aux éco-activités font état d'un vivier de 447.200 emplois en 2014, soit 0,7% de plus qu'en 2013. Une progression qui s'explique notamment par la conversion de nombreux exploitants agricoles à l'agriculture biologique (+4% en un an). L'embauche dans le domaine de la protection et de la restauration des sols et des ressources en eau a également connu une augmentation de 10% entre 2004 et 2014.

Ces bons résultats sont en partie atténués par la diminution des emplois dans le secteur des énergies renouvelables, notamment dans la filière du bois-énergie en raison d'un hiver aux températures plutôt douces et du photovoltaïque.

L'évolution de la courbe des emplois dans les éco-activités révèle tout de même une relative stagnation depuis 2011.

30 milliards d'euros de valeur ajoutée

Selon les premiers résultats annoncés, la valeur ajoutée des éco-activités s'élevait en 2014 à 30 milliards d'euros, soit une hausse de 0,5% par rapport à 2013. Si les énergies renouvelables n'ont pas particulièrement contribué à la création d'emplois, l'accroissement de la production d'énergie dans le photovoltaïque et l'éolien ainsi que les évolutions positives qui impactent le secteur de la protection et de la restauration des sols et des ressources en eau ont, en revanche, eu un effet bénéfique sur la valeur ajoutée des éco-activités.

Cette croissance est néanmoins affectée par les mauvais résultats que connaît la branche de la gestion des eaux usées qui présente une diminution de 2,1% de sa valeur ajoutée soit une perte de 100 millions d'euros. La récupération de matériaux triés montre une baisse de 4,5%, affectée par la réduction de la rentabilité des ventes de matériaux métalliques.

Un excédent commercial de 2,9 milliards d'euros en 2014

En 2014, l'excèdent commercial des éco-activités s'élève à 2,9 milliards d'euros, un résultat stable par rapport aux montants de l'année 2013 malgré une progression des exportations (+2,6%) et des importations (+3,9%).

La récupération des matériaux triés et la vente de matières premières sont les secteurs qui pèsent le plus dans la balance commerciale, puisqu'ils représentent 2,6 milliards d'euros et plus de 50% des exportations.

Le domaine des énergies renouvelables a été affecté par une baisse conséquente des exportations (-7,7%) par rapport à l'année 2013. Les technologies touchées concernent notamment "les cellules solaires, les machines génératrices pour l'éolien, les pompes à chaleur et les chauffe-eau solaires", souligne le dossier ministériel.

Ces chiffres ne sont néanmoins que provisoires. En effet, les résultats définitifs comptabilisant les données Esane (élaboration des statistiques annuelles d'entreprises), les comptes de dépense de la protection de l'environnement et les enquêtes annuelles de production (EAP) ne seront connus qu'en mars 2017.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…