En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ecologie : l'autre visage de la justice sociale

En incluant la justice sociale parmi ses objectifs, la transition écologique vient éclairer ce combat sous un angle nouveau. A l'occasion de leur Université d'été, les associations de FNE ont débattu sur les implications de ces enjeux, sur le terrain, au quotidien. Synthèse des échanges en vidéos.

Webconférence  |  Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com

Les enjeux de solidarité, de liberté, de bien-être, d'équité, de partage et de redistribution des richesses sont réinvestis à travers une nouvelle perspective : celle de la préservation et de l'accès sécurisé de tous au socle commun de coopération sociale que constituent la nature et l'environnement.

Réciproquement, les enjeux de justice sociale redessinent les contours de l'écologie : il n'est aujourd'hui plus possible de réduire cette dernière à un souci conservationniste de la « nature ».

Lors de leur Université d'été, les associations de protection de la nature rassemblées au sein de France Nature Environnement ont débattu de la manière dont il convient de percevoir et s'approprier les enjeux de justice sociale, sur le terrain, au quotidien.

Actu-Environnement était partenaire de l'événement et présent pour interviewer un certain nombre d'intervenants et synthétiser en vidéos quelques-unes des idées fortes évoquées lors des débats.

Ecologie : l’autre visage de la justice sociale

En revendiquant la justice comme l’un de ses objectifs, la transition écologique vient éclairer ce combat sous un jour nouveau.

Rappel des enjeux par Michel Dubromel, Président de France Nature Environnement et Jean-David Abel, Vice-président de France Nature Environnement

Le projet social de la transition écologique

Comment les associations de protection de la nature rassemblées au sein de FNE perçoivent-elles les enjeux de justice sociale, sur le terrain, au quotidien ?

Synthèse de la plénière d’ouverture par Bernard Chevassus-au-Louis, Président de Humanité et Biodiversité

Justice sociale et justice environnementale

Eclairage sur les différentes significations que peut recouvrir la notion de justice sociale, exemples de liens entre inégalités environnementales et sociales et premières pistes permettant de lier les deux combats.

Synthèse de la conférence par Caroline Lejeune, Politologue, Institut de Géographie et Durabilité, Faculté des Géosciences et de l’Environnement, Université de Lausanne et Jean-David Abel Vice-président de France Nature Environnement

InÉgalitÉs sociales ET environnementales
en France : la double peine

Les populations les plus pauvres sont généralement les plus exposées aux pollutions de tous ordres et les inégalités territoriales revêtent souvent un double caractère social et écologique.

Synthèse de la conférence par Alain Chabrolle, vice-président de France Nature Environnement, Denis Bard, président de la Société Française de Santé et Environnement (SFSE) et Christiane Botbol, ATD-Quart Monde

Le prix le plus bas est-il juste socialement ?
Le cas de l'alimentation Bio

Comment sortir de l’apparente impasse entre la nécessaire démocratisation de la consommation « éthique » et la juste rémunération des producteurs et travailleurs ?

Synthèse de la conférence par Camille Dorioz, chargé de mission Agriculture, France Nature Environnement

_

Réactions3 réactions à cet article

 

Nous sommes pleinement dans une prise de conscience concrète que la transition écologique ne peut se faire qu'avec la prise en compte systémique des limites sociales (est c'est une excellente nouvelle). Cela ne concerne pas seulement l'acceptation "quel prix j'accepte de payer (je peux) pour tel produit ou service pour qu'il soit plus vertueux (bio,ENR etc)" mais aussi "quelles limites j'accepte à ma consommation et comment je change ma manière de consommer par solidarité avec mon territoire (circuits courts, saisonnalité, lutte précarités), et solidarité avec la planete (équitable, nord sud)". Le bon prix doit inclure une incitation à tout cela. Dans l'immédiat une réflexion de solidarité par filières et territoires pourrait être menée.

VisEnVie | 24 octobre 2017 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En projetant d'ouvrir le volet "justice sociale" déjà inclus à demi-mot dans ses objets statutaires, F.N.E. ferait oeuvre noble en tous cas, car nécessaire à elle-même et salutaire pour "l'animal humain". Encore lui faudrait-il, sans "clientélisme" et sans prises de positions équilibristes, rendre l'action concrète: Ajouter la variable "justice sociale" dans ses formules lui permettrait de mieux prendre en compte les intérêts propres à l'espèce humaine.

Gardons en mémoire qu'il y a moins d'un siècle et demi, la plupart des hommes luttaient pour survivre au quotidien (alimentation).

La juste combinaison des forces de l'homme et des forces de la nature pourrait mieux équilibrer l'emprise de l'un sur l'autre et vice-versa (la nature n'est pas tendre et l'homme n'est naturellement pas tendre).

Homme et nature ont une intelligence et un instinct commun: Le développement progressif (accroissement, croissance même verte), et cette inclinaison vers l'économisme, postulée (homme) ou innée (nature) est fondée sur la notion d'expansion indubitablement ou inconsciemment nécessaire. Le choc entre homme et nature est dès lors inévitable dans un monde fini (fini au sens de : limité dans ses richesses naturelles accumulées ou encore inexploitables).

.../...

Euplectes | 24 octobre 2017 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(suite) L'objectif de justice sociale en matière d'environnement induit, d'une part, d'égaliser au meilleur niveau d'excellence les conditions de vie des individus ou groupes d'individus appartenant à l'espèce "homme" et, d'autre part, de rechercher le meilleur équilibre d'excellence entre les conséquences de la "volonté de croissance" de l'espèce humaine et, non subsidiairement, les conséquences de "l'instinct de croissance" des autres espèces de faune et de flore.

Si je puis me permettre cette suggestion, l'ajout d'un alinéa sur le justice sociale/environnementale, dans l'énuméré des objets statutaires de F.N.E. et des Associations-soeurs (si celles-ci l'agréaient), scellerait la volonté ci-dessus affichée par F.N.E. de concilier les intérêts de la nature et les intérêts de l'homme.
Ainsi, F.N.E. et les Associations-soeurs apparaîtraient infiniment moins susceptibles de se voir taxer d'opposer l'homme au reste de la nature.

Ceci ne veut pas signifier que les Associations de protection de la nature devraient courber l'échine devant des projets humains excessifs, plus qu'incertains quant à leur pertinence économique et à coup sûr destructeurs de milieux naturels remarquables et précieux (cas notoires, problématiques et d'actualité: Aéroport de Notre Dame des Landes et Centrale de Gardanne).

Euplectes

Euplectes | 24 octobre 2017 à 15h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…