En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Economie circulaire : quels potentiels en France ?

Dans une synthèse, le Commissariat général au développement durable pointe les potentiels, les consommations et les manques en ressources du système économique français. Les déchets générés représenteraient 40% du besoin en matières.

Déchets  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°329 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°329
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

"Sur la base d'estimations fournies par les professionnels ou émanant d'avis d'experts, les quantités réemployées ou réutilisées sont d'un peu plus de 800.000 tonnes, alors que les déchets générés pour les mêmes catégories de produits sont de l'ordre de 10 millions de tonnes", relève le Commissariat général au développement durable (CGDD) dans une synthèse "Le cycle des matières dans l'économie française" publiéele 4 septembre.

La production de déchets attendrait ainsi 5,5 tonnes par habitant en 2010 en France, selon la Commission européenne. Ce chiffre la place légèrement au-dessus de la moyenne de l'Union européenne des 27 (5 tonnes par habitant). Cette ressource potentielle "représente près de 40% du besoin en matières de l'économie de notre pays", estime le CGDD.

Près de 70% des déchets produits sont issus du secteur de la construction. Ces déchets minéraux proviennent pour 90% des travaux publics et pour le reste des entreprises du bâtiment (construction, démolition et réhabilitation).

Les déchets non minéraux non dangereux représentent près de 93 Mt : 17 Mt pour les déchets industriels, 22 Mt pour les déchets issus du secteur tertiaire et 26 Mt pour les déchets produits par les ménages.

Les déchets dangereux constituent 3% de la production totale (11,6 Mt en 2010).

Deux tiers des déchets minéraux sont recyclés

Si près de 60% des déchets ont été recyclés en France en 2010, les taux varient selon le type de déchets. Parmi les plus réutilisés : les déchets minéraux. Ils sont recyclés pour les deux tiers d'entre eux (remblayage inclus).

Du bois aux déchets électriques et électroniques, les déchets non minéraux non dangereux présentent un taux de recyclage d'environ 44% des quantités traitées (16% sont incinérés avec récupération d'énergie, portant le taux de valorisation à 60%).

Les déchets ménagers constituent 28,5% des déchets non dangereux. Leur taux de recyclage matière (collecte sélective des emballages) s'élève à 35% en 2010.

Les déchets dangereux sont valorisés pour la moitié des tonnages, dont 12% avec récupération d'énergie et le reste par recyclage ou régénération.

Deux filières stratégiques : les granulats et les métaux rares

D'un point de vue des besoins, les 1.460 Mt de matières qui sont entrées dans le système économique en 2010 étaient composées à 44% de produits extraits du territoire (biomasse agricole et matériaux de construction notamment), à 22% par des importations (combustibles fossiles, matières premières minérales et produits finis et semi-finis) et à 34% par les gaz consommés lors de la combustion des matières énergétiques et par la respiration humaine et animale (élevage).

Si la dépendance de la France aux importations est quasi-totale pour les minerais métalliques ainsi que les combustibles fossiles et importante pour les minéraux industriels (57% en 2008), elle est relativement indépendante pour la biomasse (18% d'importations, avec 15% pour les produits agricoles et 40% pour le bois) et les matériaux de construction (5%).

Parmi les pistes d'améliorations stratégiques, le CGDD pointe celle de la production de granulats. "Le recyclage des déchets minéraux peut se substituer aux granulats, tout en limitant les impacts environnementaux associés à de nouvelles extractions, estime t-il. C'est un enjeu majeur car un tiers des carrières, dont l'ouverture est soumise à autorisation, a disparu en dix ans". En 2010, 6% des granulats produits étaient issus de matériaux recyclés par concassage (14 Mt issues de bétons et 7,5 Mt d'enrobés à base de bitume).

Autre piste : les métaux rares. La France n'a en effet quasiment plus de production minière métallique. Pourtant, une cinquantaine de métaux dits rares sont impliqués dans les équipements électriques et électroniques et de nouvelles technologies. Les marges de manoeuvre s'avèrent toutefois plus faibles. "Sans une maîtrise de la croissance de la demande en ces métaux, les faibles taux en métal recyclé dans les productions mondiales de métaux rares persisteront encore longtemps faute de matières premières de recyclage suffisantes, cela même avec des taux de recyclage en fin de vie accrus", rapporte t-il.

Réactions6 réactions à cet article

 

article trés intéressant

Fisour charle | 10 septembre 2013 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il ne faut pas oublier le recyclage de l'énergie (chaleur essentiellement). L'économie génère également des rejets d'énergie énormes qui ne sont pas utilisés et qui finissent dans l'environnement (circuits de refroidissement des centrales électriques, fumées de combustion des fours et chaudières industriels, circuits de refroidissement des data centers,... sans parler de l'énergie de freinage de millions de véhicules qui se perd dans les plaquettes de frein...)

Frank | 10 septembre 2013 à 15h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ frank : le jour où cela sera prit en compte n'est pas pour demain ni après demain !
Si, pour les data center c'est fait.
Cela coûterait tellement cher que les industriels ne le proposeront pas, qui achèterait des produits avec de tels surcoût ? VOUS ? Pas moi, je n'en ai pas les moyens.
Voyez le prix des véhicules électriques (eux ont une partie de ce que vous écrivez) qui doivent être aidés par l’État pour être un tant soit peu accessibles, et encore, ils ne sont pas performant question distance parcourue !

Maurice | 11 septembre 2013 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un exemple d'économie circulaire: en matière d'environnement, mettre d'un côté ceux qui brassent de l'air (donneurs de leçons du type yaka faut qu'on hyperactifs dans les conférences et comités), et de l'autre ceux qui nous le pompent (consultants calculateurs de bilans carbone), et on obtient une climatisation parfaite.
Bon week-end à tous.

Albatros | 13 septembre 2013 à 16h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

...
Les unités de combustion récupèrent déjà la chaleur pour produire de l'électricité ou alimenter des réseaux de chaleur. Mais on ne va pas non plus récupérer l'énergie jusqu'à avoir des températures de fumée à 30° (ça n'aurait pas de sens et cela serait dangereux)
Les data center récupèrent l'énergie depuis qu'ils ont remarqué qu'ils pouvaient en tirer un certain profit
L'énergie des freins n'est pas prête à être récupérée mais des projets sont en cours. PSA développe un moteur essence / air-comprimé dont l'air est recomprimée par l'énergie de freinage.
On récupère aussi cette formidable énergie sur les trains via des freins électriques.
Des outils prometteurs. Mais soyons franc, on ne va pas récupérer l'énergie de freinage des vélo ou autre. Il ne faut pas pousser l'environnement dans le ridicule.

Les projets sont là et tout cela se développe. Cela prend simplement du temps.

Cependant il reste un vrai secteur stratégique, le recyclage des granulat pour la construction. Longtemps simplement enfoui, on voit aujourd'hui les première pénurie de sable de construction, ainsi que la surexploitation de ces réserves trop longtemps jugées inépuisables. Nous avons une boulémie de sable dans cette société... malheureusement le sable du désert ne peut pas servir.

Terra | 17 septembre 2013 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ terra : Je ne suis pas sûr que l'énergie ne soit pas récupéré au freinage d'un vélo.
Il me semble que cela fait parti d'une des façons de les recharger.

Maurice | 17 septembre 2013 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager