Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Ecotaxe : les salariés d'Ecomouv' protestent

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Une cinquantaine de salariés de la société Ecomouv', en charge de la collecte de l'écotaxe poids-lourds, sont sortis de leur silence pour revendiquer sa mise en application.

Coiffés pour certains de "bonnets verts", ils ont manifesté jeudi 24 avril devant la préfecture de Moselle pour défendre leur emploi, et réclamer une clarification du gouvernement sur l'avenir de cette taxe. L'entreprise privée Ecomouv' emploi 210 salariés, dont 157 à Metz. 125 douaniers, chargés de surveiller la collecte de l'écotaxe à Metz, sont dans une situation similaire.

La proposition de vignette qui taxerait les camions étrangers, formulée par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal en remplacement de l'écotaxe, est à l'origine de cette manifestation à l'appel du syndicat CFDT.

Pour Philippe Schoun, secrétaire CFDT Finances en Lorraine, cette alternative serait "hors sujet et contraire à la libre concurrence européenne, à l'application du principe pollueur/payeur pour tous au nom de l'écologie, et que cela réduirait les emplois chez Ecomouv'", a-t-il déclaré, selon l'AFP. Le syndicat juge également "indécent" de renoncer à une "recette fiscale annuelle de 800 millions d'euros" avec l'écotaxe alors que le gouvernement a annoncé un plan d'économies de 50 milliards d'euros.

Début avril, le maire de Metz Dominique Gros (PS) et le président de la communauté d'agglomération Metz Métropole Jean-Luc Bohl (UDI) ont appelé le Premier ministre Manuel Valls à respecter les engagements de l'Etat sur l'écotaxe. "Il faut écouter ce qui s'est passé en Bretagne, il faut y être attentif", a déclaré M. Valls, le 9 avril, précisant qu'il laissait la ministre travailler sur cette "équation" avec l'ensemble des partenaires. L'écotaxe a été suspendue en octobre 2013, suite aux mouvements de protestation du collectif des Bonnets rouges bretons.

Le sort de l'écotaxe reste suspendu aux conclusions de la commission parlementaire rendues en mai qui pèseront sur les décisions du gouvernement.

Les modalités du contrat conclu entre l'Etat et Ecomouv' en 2011 font également l'objet d'un examen par une commission d'enquête au Sénat. Une enquête préliminaire du parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) a également été rouverte en novembre dernier sur les conditions d'attribution de ce contrat.

Réactions1 réaction à cet article

 

Je travaille dans une société informatique du sud de la France qui a investi énormément en terme d'infrastructure et qui a embauché énormément de personnes pour le projet Ecotaxe...


Aujourd'hui si les irresponsables du gouvernement reviennent en arrière, ce n'est pas seulement l'Asalce, la Mozelle, mais Paris, Sophia-Antipolis et d'autres régions encore qui vont être touchée par des licenciements massifs!

Quand je vois le nombre de poids lourds lituaniens, polonais, allemands, hongrois sur nos routes, je me dis que cette taxe serait la bienvenue. Certaines régions sont devenues impraticables tellement il y a de camions qui passent chaque jour.

Ségolène réveille toi de ta torpeur, arrête de faire de la politique politicienne et rappelle toi que l'Etat Français à dans tous les cas une grosse ardoise à la société Ecomouv qu'il va falloir qu'elle paie... alors soit tu fais payer les français encore en plus, soit tu fais payer les camions.

Ils vont peut être enfin arrêter de faire n'importe quoi dans ce gouvernement!!!!

Ecolo06 | 26 avril 2014 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager