En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ecotaxe poids-lourds : les entreprises de l'éco-mobilité demandent son maintien

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Cinq fédérations professionnelles de transports publics, ferroviaires, combinés, maritimes et fluviaux "s'inquiètent du devenir" de l'écotaxe poids-lourds, dans "une position commune" signée par les organisations. Elles estiment que le report de cette taxe "va nuire à leurs activités". Armateurs de France, Transporteurs Fluviaux de France, GNTC, BP2S et l'UTP emploient plus de 300.000 salariés en France et génèrent un chiffre d'affaires annuel de plus de 40 milliards d'euros, rappellent les professionnels.

Les entreprises de l'éco-mobilité disent "oui à l'écotaxe pour relancer le système de transport français", après sa troisième suspension annoncée en octobre dernier pour une durée indéterminée. L'écotaxe devait alimenter 20% des ressources de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) en 2014. "Son report sine die remet directement en cause 500 millions d'euros de travaux prévus cette année", déplorent les signataires. Or, depuis le 1er janvier 2014, leurs entreprises sont "confrontées à une hausse de la TVA", dénoncent les fédérations.

Les perspectives d'investissement pour le rail sont "lourdement pénalisées" par l'annulation du versement à Réseau Ferré de France (RFF) de 135 millions d'euros "de compensation dûs par l'État au titre des péages fret, conformément aux mesures annoncées lors de l'Engagement national pour le fret ferroviaire (ENFF)". Les Voies Navigables de France "ne peuvent plus financer" le programme de régénération et de développement du réseau, et n'ont pu ni fixer, "ni voter leur budget 2014" puisque l'AFITF "ne sera pas en mesure de lui verser en année pleine les 60 millions d'euros annoncés", ajoutent-elles.

Les fédérations soulignent donc "la nécessité de maintenir l'écotaxe pour entretenir les infrastructures existantes et investir dans les modes de déplacement durables".

Une mission d'information sur l'écotaxe est en cours à l'Assemblée nationale, ainsi qu'une commission d'enquête parlementaire au Sénat sur le contrat octroyé au consortium Ecomouv' chargé de la collecte. En novembre dernier, une enquête préliminaire sur les conditions d'attribution de ce contrat a été ouverte par le parquet de Nanterre.

Réactions2 réactions à cet article

 

Un rappel important s'impose: avant la privatisation des autoroutes une partie des péages alimentait le fameux fond de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF). Aprés la privatisation cette source de financement a disparu PAR LA VOLONTE DE L'ETAT. Et c'est alors qu'a émergé la fameuse ECOTAXE avec son organisation d'une ahurissante complexité et devant impacter TOUS LES PLUS DE 3,5T soit la totalité des camions et camionnettes.
En réalité il suffit de rétablir le prélèvement sur les péages d'autoroute. L'inflation des péages a été supérieure à l'inflation générale depuis la privatisation. Il restera a négocier la revente de l'infrastructure ecotaxe a qui en voudra bien...

ami9327 | 28 janvier 2014 à 20h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je dirai même plus quand va-t-on supprimer toutes ces agences, qualifiées d'inutiles par la cour des compte, comme l'AFITF, chargées de prélever des impôts qui ne disent pas leur nom. Que chaque ministère (L'AFITF ferait partie de ministère de l'écologie) affiche directement dans son budget les besoins de financement à mettre en face d'une imposition juste claire simple d'application parce qu'au bout du compte c'est toujours les mêmes qui payent c'est à dire nous, les citoyens qui n'ont pas la parole.(qui a été consulté lors de la création de l'AFITF en 2003, sur quel programme électoral a été inscrite cette création et tant d'autres?)

ITC78 | 07 février 2014 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager