En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Etat confie à EDF les activités réacteurs d'Areva pour "refonder la filière nucléaire française"

Gouvernance  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

L'Etat va rapprocher les activités de conception et de vente de réacteurs neufs d'Areva et d'EDF dans une entité commune, annonce l'Elysée, à l'issue d'une réunion tenue mercredi 3 juin avec le Premier ministre, les ministres de l'Energie, de l'Economie, des Finances et des Affaires étrangères. Les détails de l'opération préparée par les deux entreprises détenues par l'Etat, à près de 87% pour Areva et à 85% pour EDF, devraient être connus d'ici un mois.

L'opération, qui, selon diverses sources, devrait permettre à Areva d'engranger quelque deux milliards d'euros, comblera une partie des besoins de l'entreprise estimés à environ cinq milliards suite aux pertes comptables annoncées début mars 2015. Pour combler l'écart, "l'Etat recapitalisera Areva, en investisseur avisé, à la hauteur nécessaire".

"Dès à présent, les activités de conception, gestion de projets et commercialisation des réacteurs neufs d'EDF et d'Areva seront rapprochées dans une société dédiée", après avoir étudié le "projet de refondation de la filière nucléaire française porté par EDF et Areva". Ce rapprochement "permettra une politique d'exportation ambitieuse et le renouvellement futur du parc nucléaire français", estime l'exécutif.

De fait, cette solution s'apparente à un démantèlement d'Areva, l'entreprise se concentrant sur le cycle du combustible, l'activité initiale de l'ancienne Cogema.

Quid des risques en cours sur l'EPR

Concrètement, le projet prévoit qu'EDF reprenne les activités de la filiale Areva NP qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d'assemblage de combustible et de services à la base installée. Les détails restent à préciser, mais "l'accord de partenariat stratégique global" en cours de négociation entre les deux principaux acteurs du nucléaire français prévoit qu'"EDF a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune". La place d'Areva dans la future entité se limitera à "une participation stratégique avec un pacte d'actionnaires".

Autre sujet épineux : comment gérer les contentieux entre Areva et l'électricien finlandais TVo au sujet des retards et surcoûts de l'EPR en construction à Olkiluoto. "EDF et Areva [vont] mener les discussions en vue de réduire les risques des grands projets en cours portés par Areva NP dans l'intérêt de tous les acteurs de la filière française", se contente d'indiquer la Présidence de la République sans préciser si les risques financiers associés seront supportés par Areva, la nouvelle entité ou l'Etat.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager