Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Guide high-tech responsable de Greenpeace : Samsung et Toshiba arrivent en tête

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Greenpeace publie le 18 mars la 7 eme édition de son classement ''Pour une high-tech responsable'' . Ce classement prend en compte la politique des 18 principales entreprises du secteur en matière d'élimination des substances chimiques dangereuses ainsi que leur gestion des déchets. D'après les derniers résultats, Samsung et Toshiba arrivent ex aequo en tête, toutes deux à 7,7/10, suivis de Nokia qui remonte de la 9e à la 3e place mais reste pénalisée pour l'insuffisance de ses services de reprise en Inde et en Russie, a souligné Greenpeace.

Selon l'association écologiste, Samsung voit récompenser ses efforts continus et consistants, tandis que Toshiba effectue ''une percée'' depuis la 6e place en améliorant son score sur le critère ''responsabilité individuelle du producteur'' (RIP), un principe selon lequel chaque entreprise reste responsable de la gestion des déchets issus de ses propres produits.

D'après Greenpeace, Philips (17e du classement), Panasonic ( 15eme) et Sharp (14eme du classement) en queue de classement refuseraient d'assumer une telle responsabilité, alimentant la crise des déchets électroniques. Comme la précédente édition, Nintendo reste dernier du classement avec 0,3/10. Nintendo réalise une faible progression grâce à la publication de sa politique de gestion des substances chimiques – sans progresser sur aucun autre critère. Tout reste à faire chez Nintendo, a souligné Greenpeace.

L'organisation écologiste a annoncé que la prochaine édition du guide, qui paraîtra au mois de juin, prendrait en compte l'efficacité énergétique, en plus de la politique des marques en matière de substances chimiques et de déchets/recyclage. Il est temps de mettre la barre plus haut et d'exiger des entreprises une approche écologique globale. Les consommateurs ne devraient plus avoir à choisir entre un produit sans toxiques et un produit économe en énergie, a déclaré Yannick Vicaire, porte-parole de la campagne Toxiques à Greenpeace.

Greenpeace souhaite voir les efforts des entreprises classées se déployer pour réduire l'impact de l'industrie électronique sur le climat. Les technologies de l'information et de la communication sont responsables d'approximativement 2 % des émissions mondiales de CO2, un chiffre équivalent à celui de l'aéronautique, selon les estimations de Gartner, Inc.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager