En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Efficacité énergétique du bâtiment : sur le terrain, les professionnels sont encore peu sensibilisés

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

A l'occasion des journées nationales des maisons de l'emploi et des plans locaux pour l'insertion et l'emploi, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise des énergies (Ademe) et l'Alliance villes emploi (association nationale des collectivités territoriales pour la formation, l'insertion et l'emploi) ont présenté les résultats de l'expérimentation Maisons de l'emploi et développement durable. L'objectif ? Identifier les besoins en emplois et en compétences des bassins d'emplois afin d'établir des plans d'actions adaptés.

Trois territoires, Lille, Bayonne et le Grand Nancy, ont d'abord expérimenté le dispositif avant qu'il soit étendu à 30 autres maisons de l'emploi. Un diagnostic a été réalisé sur ces 33 bassins d'emplois. Il a été principalement axé sur le secteur de la construction, "premier concerné par les évolutions réglementaires liées à l'environnement. Il a permis de comprendre plus précisément les besoins liés au marché de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables", indique l'Ademe dans un communiqué.

Conclusions : "Si le potentiel du marché devrait rester stable jusqu'en 2014, la part du chiffre d'affaires liée à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables devrait croître de 47 % à 330 % selon les territoires, notamment avec l'introduction de la RT 2012". Les professionnels de conseil devraient être particulièrement prisés pour leur connaissance de la réglementation et de ses évolutions.

Quelques 154.000 salariés ont été interrogés : en 2009, ils étaient 29.000 équivalents temps plein du bâtiment à travailler sur des chantiers de performance énergétique et de qualité environnementale, ils devraient être 69.000 d'ici 2014 (+ 42 %).

Ce diagnostic a également rappelé le besoin de formation des professionnels à la problématique de l'efficacité énergétique (approche globale du bâtiment, évolution des métiers, nouvelles techniques et matériaux d'isolation, d'étanchéité, d'énergies renouvelables…). "Peu de professionnels sont aujourd'hui en mesure de faire face à cette demande d'approche globale, en particulier par un manque de connaissance des enjeux". Or, "l'audit a pourtant révélé que pour 8 chefs d'entreprise sur 10, la formation était difficilement accessible par manque de temps".

Des plans d'actions déclinés par bassins d'emplois

A la suite de ces diagnostics, l'Ademe et l'Alliance ville emploi ont organisé des ateliers de prospective participatifs avec les acteurs économiques locaux. Le grand public, les élus et les maîtres d'ouvrages sont également sensibilisés sur les évolutions réglementaires, alors que les chefs d'entreprises sont ciblés via des campagnes de communication, de formation…

Réactions2 réactions à cet article

 

C'est effectivement un gros problème.
Un artisan en activité depuis 20 ans a beaucoup de mal a remettre en cause des habitudes de travail. Résultat ? Nombreux sont ceux qui s'engouffrent dans la performance énergétique sans en maîtriser les techniques ni y mettre le soin nécessaire. Il ne suffit pas de choisir des matériels et matériaux performants, encore faut-il savoir les mettre en œuvre...
Force est de constater qu'ils sont peu nombreux à connaître les règles de l'art. On se retrouve avec des bâtiments performants sur le papier, mais pleins de défauts en pratique (mauvaise étanchéité à l'air, isolation hétérogène, ponts themiques, fuites sur réseau VMC, infiltrations d'eau, j'en passe et des meilleurs).

La plupart des artisans ne manque pas de travail et se fait plaisir sur les prix. Ce n'est pas la crise pour tout le monde... pour l'instant.

brazz | 09 décembre 2011 à 08h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De plus en plus ,on confie les nouveaux lotissements à des Maitres-d'Oeuvres désignés par les C.U.S , sans consultation des futurs acquéreurs! de toutes origines ,aisées ou pas! On parle de Locatif Aidé
et de Privés, les prix des terrains variant du simple au triple, ce créera
des disfonctionnements de choix des énergies, des couleurs, des accès, des habitudes de Vie en Communauté.Les demandes sont énormes, mais ce sera selon des critères discutés en "commissions"
donc peu transparents pour les Malheureux pas servis!

arthur | 09 décembre 2011 à 13h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager