Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Électricité : RTE lance son appel d'offres Effacement 2023

Energie  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com

Afin de contribuer à l'atteinte des objectifs de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) et à la maîtrise des consommations électriques, le ministère de la Transition écologique vient de lancer son appel d'offres Effacement pour 2023, en concertation avec RTE. Cette procédure est ouverte à tous les sites de soutirage capables de réaliser des effacements de consommation, à condition qu'ils ne compensent pas cette démarche par de l'autoproduction grâce à des moyens conventionnels, de type diesel, et qu'ils ne soient pas titulaires d'un contrat d'interruptibilité dans le même temps. Le volume maximal fixé pour 2023 est de 8 011 MW, trois fois plus que pour 2022, dont 5 109 MW ont été réservés aux sites de puissance souscrite inférieure ou égale à 1 MW. Pour la première fois, ces derniers pourront souscrire des contrats d'un à dix ans.

Le montant de la rémunération générée par le contrat d'effacement dépendra du niveau de prix des garanties « de capacité », elles-mêmes acquises auprès des producteurs et des opérateurs d'effacement. Plusieurs options sont envisageables pour les candidats : soit la mise à disposition des capacités sur l'ensemble des jours signalés, correspondant aux jours de plus forte tension sur le système électrique, soit une limitation à vingt jours seulement parmi les jours signalés, soit une mise à disposition les jours de pointes « PP2 », basés sur la tension du système électrique (vingt-cinq jours au maximum). Les candidats ont la possibilité de répondre directement à cet appel d'offres en tant que site de soutirage, mais aussi par l'intermédiaire d'un opérateur d'effacement ou d'un acteur d'ajustement.

Date limite de dépôt des dossiers : le 30 juin 2022 à 10 heures.

Réactions2 réactions à cet article

 

RTE... dirigé par Brottes, le monsieur éoliennes d'un précédent gouvernement, totalement inféodé au Syndicat des Energies Renouvelables ("syndicat" au sens chicagolien du terme)... responsable donc en partie des nécessités d'effacement -et de leur coût pour la population- du fait de la montée en puissance des productions intermittentes et de l'arrêt de Fessenheim.

dmg | 05 mai 2022 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui ne sera pas produit lors des périodes de tension sur le réseau le sera en heures creuses. Ce que l'on appelle "maîtrise de la consommation électrique" est un grave problème de manque de capacité de production d'électricité en France pour faire face aux pics de consommation. Un signe de fin d'une époque.
Vu que les éoliennes ne fonctionnent pas forcément lorsque l'on en a le plus besoin, qu'il y a un sérieux problème de disponibilité du parc nucléaire en ce moment et peut-être sans gaz russe, mieux vaut que l'hiver prochain soit doux.

Adun | 06 mai 2022 à 17h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Battery flex, système de stockage d'électricité photovoltaïque 4,8-19,2 kWh SOLARWATT France