En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'électrification renouvelable progresse dans le monde

Energie  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com

Après une décennie de progrès constants, le taux d'électrification mondial a atteint 89 % et ce sont 131 millions de personnes qui accèdent à l'électricité chaque année depuis 2010, se félicite le rapport Tracking SDG7 paru le 22 mai. Cependant, 573 millions de personnes vivent encore dans le noir dans les régions les plus reculées du monde et en Afrique subsaharienne.

Co-élaboré par cinq agences internationales, cet inventaire évalue les progrès relatifs à l'Objectif de développement durable (ODD) n°7 des Nations unies sur l'électrification, à partir d'une compilation de données par continent.

En 2016, la part mondiale des énergies renouvelables (EnR) a augmenté, au taux le plus rapide depuis 2012, pour atteindre près de 17,5 % de l'énergie finale en raison de la croissance rapide de l'hydroélectricité, de l'énergie éolienne et de l'énergie solaire. Depuis 2010, la consommation d'énergie renouvelable a augmenté de 14 % en valeur absolue, ce qui équivaut à deux fois la consommation d'énergie actuelle en Turquie. Les EnR représentent 24 % des sources d'électricité en 2016. L'hydroélectricité reste la plus grande source d'électricité renouvelable, représentant 68 % en 2016. Elle est suivie de l'énergie éolienne, de la bioénergie, de l'énergie solaire et de la géothermie.

Ces évolutions s'expliquent par l'atténuation de la sécheresse en Amérique latine, qui a permis un regain de l'hydroélectricité de 3,5 % au Brésil en 2016. La croissance record de la capacité éolienne de la Chine en 2015, qui est devenue pleinement opérationnelle en 2016 et une expansion rapide de la capacité solaire en Chine et aux États-Unis, qui ont entraîné une hausse de 30 % de l'énergie solaire en 2016, sont les autres principaux facteurs de croissance des EnR.

Dans les transports, les énergies renouvelables ont augmenté régulièrement depuis 2000, mais leur pénétration est restée singulièrement basse en 2016, sous la barre des 4 %, essentiellement par le recours aux biocarburants liquides.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…