En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les industriels des emballages plastiques et souples veulent développer les bioplastiques et le recyclage

Les industriels de l'emballage plastique et souple se dotent d'une nouvelle fédération pour faire face aux ''défis'' économiques et environnementaux du secteur. Au programme : développer l'éco-conception, les bioplastiques et le recyclage. Détails.

Déchets  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Les industriels des emballages plastiques et souples veulent développer les bioplastiques et le recyclage
   
La Chambre syndicale des emballages en matière plastique (CSEMP) et l'Union nationale des industries d'emballage souple (UNITES) se réunissent au sein d'un nouveau syndicat professionnel baptisé Elipso destiné à accompagner les 370 entreprises du secteur pour faire face aux défis économiques liés à la hausse du prix des matières premières, mais officiellement aussi environnementaux avec le développement de l'éco-conception et du recyclage.

Alors que le secteur de l'emballage plastique et souple, matériau polymère dérivé du pétrole, a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 6% atteignant les 7,1 milliards d'euros en 2007, les entreprises restent confrontées à l'envol des coûts de l'énergie et du transport et la tendance haussière très importante des matières premières liée à l'évolution du cours du pétrole ''pesant fortement sur la rentabilité de cette industrie'', a indiqué Alix Hubin, ex-présidente de la CSEMP qui prend la tête d'Elipso.
C'est dans ce contexte incitatif que ces industriels, dont on rappellera qu'ils ont pris partie vigoureusement contre le projet de taxe ''pique-nique'', déclarent vouloir s'engager à développer l'éco-conception, les bioplastiques et augmenter le recyclage.

Concevoir mieux et recycler plus

La nouvelle fédération Elipso entend alléger le poids des emballages à travers l'éco-conception des produits en réduisant l'impact environnemental à la source. D'ailleurs selon Elipso, cette volonté s'inscrit dans la continuité puisque les emballages plastiques et souples auraient réduit leurs poids de 30 à 70% en 20 ans selon les produits. L'industrie se fixe également comme objectif de recycler ''à moyen terme'' 35% des emballages plastique ménagers et industriels contre 20,5% actuellement.
Pour y parvenir, une étude de faisabilité sur le recyclage des films plastiques ménagers est en cours pour accroître le tonnage de produits recyclés. Les premières conclusions de cette étude devraient être dévoilées d'ici fin 2008, précise Serge Vassal, vice-président du CSEMP en charge de l'industrie des films.

Promouvoir l'usage des bioplastiques

L'industrie veut par ailleurs développer les plastiques produits à partir de ressources renouvelables comme les polymères d'origine végétale appelés biopolymères ou ''bioplastiques''. Si ceux-ci pourraient selon les industriels représenter de 5 à 10% des emballages et films d'ici 2015 l'évolution de l'utilisation des bioplastiques dans les emballages se fera au fur et à mesure du développement des quantités disponibles et des possibilités de maîtrise de leurs coûts, souligne Elipso

Rappelons que la loi d'orientation agricole du 5 janvier 2006 avait tenté de promouvoir l'usage des bioplastiques en interdisant l'utilisation des sacs de caisse à usage unique non biodégradables à partir de 2010 et en obligeant à l'incorporation au 1 janvier 2009, de 40% de matières renouvelables dans les sacs poubelle. Mais, la Commission avait estimé que l'interdiction des sacs de caisse en plastique non biodégradable était incompatible avec la réglementation communautaire pour des raisons d'entrave à la liberté du commerce.

En développant l'utilisation des bioplastiques, les industriels de l'emballage plastique espèrent donc réinitier les sacs de caisse biodégradables alors que les grandes surfaces et supermarchés ont d'ores et déjà cessé de distribuer les sacs plastiques. Une volonté qui va clairement à l'encontre de l'objectif de réduction de la quantité de déchets…

Aussi, à l'image des agrocarburants de plus en plus décriés, le développement des bioplastiques ne fait pas l'unanimité. Une étude récente de Bio intelligence Service réalisée pour Eco-Emballages conclut que le caractère renouvelable des résines n'apparaît pas comme un atout environnemental fortement affirmé. Seuls certains bioplastiques présenteraient des bénéfices par rapport aux plastiques d'origine pétrolière et ce pour certains types d'emballages. La question de la consommation d'eau lors de la phase de production des résines, notamment l'amidon de maïs, pourrait en effet poser problème. Par ailleurs, selon les normes NF EN 134432 et NFU 52-001, un matériau dit « biodégradable » doit être assimilable à au moins 90 % par les micro-organismes en un temps donné, le résultat ultime de cette assimilation étant la production de CO2 et d'eau. Or, au regard de cette définition, il apparaît que certains bioplastiques ne sont pas forcément biodégradables. Inversement, certains matériaux biodégradables ne sont pas forcément fabriqués à partir de ressources renouvelables.

Réactions11 réactions à cet article

 
plastique biodégradable et recyclage

Des "bioplastiques" contenant 40% de matière renouvelable contiennent encore 60% de pétrole. Abandonnés dans la nature, ils vont continuer à polluer le sol, les paysages et les petites bêbêtes qui les absorbent par accident. Alors, attention aux sacs soi-disant biodégradables qui sont surtout fragmentables !

Concernant le recyclage des emballages plastiques, il faudrait d'abord éduquer les Français au tri sélectif, particulièrement en immeuble collectif. Qui a déjà soulevé les couvercles des poubelles d'un immeuble collectif, dans une commune pratiquant la collecte sélective ? C'est un joyeux désordre (pour rester polie).

écolowoman | 09 octobre 2008 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:plastique biodégradable et recyclage

Juste 2 remarques :

Arrêtons de parler de tri sélectif, un tri est forcément sélectif, parlons juste de tri et nous économiserons de la salive ...

Le problème dans les habitats collectifs est bien connu, il ne s'agit pas forcément d'éduquer leurs habitant mais d'avantage de prévoir de la place pour trier dès la conception de ces immeubles.
Il est facile de réserver 1 à 2 m² pour effectuer le tri des déchets lorsque l'on habite une maison individuelle de 150m² mais c'est beaucoup plus difficile lorsqu'il s'agit d'un appart de 50m²...

Anonyme | 09 octobre 2008 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
récupération totale

il faudrait que Eco emballage récupére tout les plastiques de même nature et pas seulement les flacons.
Chaque plastique comporte un N° dans un triangle qui a été créer pour faciliter le recyclage et pourtant aucun système de tri ne s'en sert. Pourqoui?

Air Vigilance | 09 octobre 2008 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:plastique biodégradable et recyclage

Nous habitons à 2 dans un appart de 40 m² et nous trions sans que cela prenne une place extraordinaire.

écolowoman | 09 octobre 2008 à 13h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:plastique biodégradable et recyclage

Vous êtes 2 ... qu'en serait il à 4 ou 5 ...

Le local poubelle est il assez grand ? ce n'est là aussi pas le cas partout ...

Je souhaiterai tout comme vous que tout le monde le fasse mais prévoir les infrastructures adéquates est indispensable avant de commencer à éduquer les gens, on ne met pas la charrue avant les boeufs

Anonyme | 09 octobre 2008 à 14h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Emballage plastique

Bonjour,

Je suis en première année en Commerce International. Dans le cadre de mes études, je dois faire une étude de marché: le thème que j'ai choisi sont les emballages plastiques en Serbie.
Quels sont les choix de consommationdes marchés européens et plus particulièrement serbe sur l'emballage plastique, aussi bien les particuliers que les entreprises? Quelles sont les normes européennes? Sur quelles normes se base-t-on pour produire des emballages plastiques en Europe et sont elles ecologiques?
Je vous remercie de me répondre le plus rapidement possible car je dois rendre mon dossier la semaine prochaine. Toute réponse est bienvenue de votre part! Merci!



Marko

Maki32300 | 25 novembre 2008 à 00h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Emballage plastique

Marko, voici un petit résumé d'une étude thèse de doctorat que j'ai faite en 1997 (année de soutenance) sur la toxicité des emballages plastiques. Je sais que ça te parraîtra "un peu trop scientifique" mais voici néanmoins le résumé de ma thèse:
Les matériaux plastiques sont très utilisés dans l'emballage alimentaire comme tu dois le savoir. Cependant, certains constituants de l'emballage peuvent migrer et contaminer les aliments. Afin de contrôler ce phénomène et de protéger la santé des consommateurs, de nombreux pays ont établi une réglementation. Les constituants comme les monomères et les additifs doivent figurer sur les inventaires européens afin d'être autorisés au contact alimentaire, et, pour certains d'entre-eux, des limites de restriction, basées sur leur toxicité et leur intensité de migration, sont stipulées (directives 90/128/EEC et ses amendements 92/39/EEC and 93/9/EEC). Mais les effets sur la santé des produtis de réactions ou de dégradations formés à partir des monomères et des additifs au cours du procédé de fabrication, ou, des impuretés des produits de base ne sont pas évalués. Aussi la recherche concernant la migration de ces substances potentiellement génotoxiques et/ou cancérogènes s'avère indispensable. De plus, les interactions (synergisme, potentialisation) entre tous les composés chimiques cédés par l'emballage ne sont pas prises en compte. Ont étés mis au point une stratégie de contrôle comprenant à la fois des méthodes physico-chimiques et biologiques. Elle consiste en une combinaison d'études de migrations simples et de criblage toxicologique rapide. Les quatre principaux types de matériaux d'emballages plastiques alimentaires - polypropylène, polyéthylène, polystyrène et poly(téréphtalate d'éthylène) - ont été étudiés. Dans un premier temps, les tests de migration des migrants non volatils ont été effectués avec les liquides simulateurs d'aliments gras - isooctane pendant 2 jours à 20°C et éthanol 95% pendant 10 jours à 40°C - selon les normes officielles (directive 93/8/EEC). Les simulants alimentaires ont été ensuite concentrés et analysés par CLHP afin d'identifier et de quantifier les antioxydants (additifs). Dans un second temps, la mutagénicité des migrats a été déterminée selon le test d'Ames ; la viabilité des bactéries a été préalablement mesurée (les effets cytoxiques d'une substance ou d'un mélange pouvant interférer avec leurs effets génotoxiques). Les résultats sont les suivants: Pour tous les matériaux d'emballages étudiés, les migrations spécifiques des antioxydants ainsi que les migrations globales sont toujours inférieures aux limites réglementaires. De plus, pour tous les migrants non volatils, aucune mutagénicité n'a été décelée avec les souches Salmonella typhimurium TA 98 et TA 100, avec et/ou sans activation métabolique. Afin de compléter ces études de génotoxicité, un autre test de mutagénicité utilisant un biosystème plus proche de l'Homme que les micro-organismes et possédant un métabolisme spécifique comme le foie, pourrait être envisagé. Toutefois, comme pour le test d'Ames, la cytotoxicité des migrats doit tout d'abord être évaluée. Pour cette raison, nous avons mis au point le test de cytotoxicité mesurant la vitesse de synthèse d'ARN sur la lignée cellulaire humaine hépatocytaire Hep G2. Nous avons mis au point une méthode rentable et sensible permettant de détecter rapidement les substances potentiellement mutagènes relarguées dans les aliments par les emballages plastiques. Afin de garantir la sécurité des consommateurs, nous proposons que cette stratégie de contrôle soit utilisée par les industries et les autorités réglementaires impliquées dans l'emballage plastique alimentaire.
Voici une petite liste de mots clés qui pourra t'être utile, si tu désires aborder un point de vue plus "scientifique" pour la réaolisation de ton étude: Produit alimentaire ; Emballage matière plastique ; Additif ; Toxicité ; Migration ; Interaction contenant contenu ; Antioxydant ; Contamination chimique ; Etude sur modèle ; Cytotoxicité ; Hépatocyte ; Homme ; Test Ames ; Législation ; Directive européenne ; Test mutagénicité.
Bon courage! Isa

Isa | 27 novembre 2008 à 21h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Emballage plastique

Salut,

Peut-être que ça peut t'aider mais lorsque j'ai réalisé un exposé sur les emballages plastiques, j'ai trouvé un site vraiment pas mal, c'est:
http://www.go-plast.com/ftp/Goplast/pdf/Emballages_plastiques_et_reglementations_environnementales.pdf

Y'a pas mal de choses que tu cherches là-dessus comme la répartition des différents secteurs clients de l'emballage ou bien les normes que tu recherches.

Par contre, pour ce qui est du secteur de la Serbie, je n'ai aucune idée.

Chris

Chris888 | 30 novembre 2008 à 20h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Emballage plastique

Bonjour Christ,
J'ai vu que tu avait fait une thèse sur la toxicité des emballages plastiques dans l'industrie agroalimentaire.

Je suis en première année de thèse et je travaille sur les emballegaes actifs.
Ta thèse me serait utile au moins pour un début voir ce qui existe en matière de règlementation.

J'aimerais savoir comment me la procurer.

Merci d'avance.

Christelle

Christelle | 30 octobre 2009 à 15h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un grand pas pour le recyclage aura été fait quant on ne mélangera plus les plastiques et papiers dans les containers mis à notre disponibilité!
Mais , comme les incinérateurs des O.M "adorent" et ont besoin de ces
ordures à P.C intéressant , ce n'est pas pour demain! sauf si la pétrochimie disparait au profit de la biochimie végétale ,qui sera vite
épuisée en amidon disponible. Comme disait un Prix Nobel; On saura!

arthur | 19 mars 2011 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

salut.j'ai une thèse a préparer sur le risque et la toxicité du plastique des emballages alimentaires et j'aimerai bien contacter ISA si c'est possible. elle peut m'aider. merci

ahlam | 22 décembre 2012 à 14h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…