En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'UE ne parvient toujours pas à réduire les émissions du secteur des transports

Selon l'Agence européenne pour l'environnement, les pressions exercées par les transports sur l'environnement continuent de s'intensifier. Les solutions préconisées : des améliorations en profondeur et la définition d'objectifs clairs.

Transport  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Alors que les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports constituent toujours un obstacle majeur à l'atteinte des objectifs poursuivis par l'UE dans le cadre du protocole de Kyoto, un nouveau rapport* de l'Agence européenne pour l'environnement** demande aux décideurs politiques d'établir des objectifs ambitieux mais réalistes pour ce secteur, tout en répondant de manière sérieuse et impartiale à la demande en matière de transports. La croissance effrénée des activités de transport engendre trop d'effets secondaires qui nous concernent tous, tels que le bruit et la pollution atmosphérique, rappelle la directrice de l'AEE, le professeur Jacqueline McGlade dans un communiqué. Elle est également la cause de graves dommages pour la biodiversité en Europe.

Selon ce rapport (publication annuelle du Mécanisme de rapportage sur les transports et l'environnement de l'AEE (TERM), qui surveille l'évolution et l'efficacité des efforts visant à intégrer des stratégies relatives aux transports et à l'environnement) intitulé « Climate for transport change », au sein de l'UE-15, les villes sont responsables d'environ 80 % des coûts résultant des embouteillages, y compris la perte d'heures de travail. De ce fait les auteurs du rapport plaident pour une intégration des problématiques d'occupation des terres et des transports dans la planification urbaine. Le rapport révèle aussi que les engagements volontaires des fabricants automobiles à améliorer l'efficacité des véhicules n'ont pas généré de gains suffisants et que les taux d'occupation des véhicules privés ont progressivement diminué.

Alors que dans la plupart des autres secteurs (approvisionnement en énergie, industrie, agriculture, gestion des déchets), les émissions ont chuté entre 1990 et 2004, elles ont, sous l'effet de cet accroissement de la demande, fortement augmenté dans le secteur des transports.
Les transports représentent ainsi 21 % de l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l'UE-15 (à l'exclusion du transport maritime et aérien international). En cause plus particulièrement : le transport routier et aérien.

Rappelons qu'après plusieurs mois de négociations, la Commission européenne a présenté mi-décembre, une nouvelle version de son projet de loi pour réduire les émissions de CO2 des véhicules particuliers de 160 à 120g CO2/km à l'horizon 2012. Mais cette proposition et ses modalités, qui doivent être acceptées par les gouvernements des Vingt-Sept et le Parlement européen, ont suscité lundi un débat très vif entre les ministres de l'Environnement.
Pour le professeur McGlade, les gouvernements et les citoyens doivent repenser en profondeur leur approche de la politique des transports, ne fût-ce que par souci de protection sanitaire. Nous ne pouvons continuer à octroyer des privilèges à des modes de transport peu efficaces, estime-t-elle.


**Pays membres de l'AEE : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie.

Notes

1 - *Rapport

Réactions6 réactions à cet article

 
Principe d'écorégionalité

Pour ce qui concerne la réduction des émissions de gaz à effet de serre enjendrées par les camions via le transport des marchandises à travers l'Europe, cela ne pourra être envisageable qu'à partir du moment ou l'on saura ce qui est transporté dans ces camions..
Le principe d'écorégionalité qui préconise de "Consommer une alimentation écologiquement et socialement responsable transformée au plus près de son lieu de production" n'est il pas la première des choses à repenser.
La refonte de la PAC pour 2012 devrait corréler son action et permettre la régionalisation de la production vivrière. Je conseille la lecture du livre " Teres d'avenir pour un mode de vie durable" aux éditions ALPHEE.. Des réponses sont apportées et ne demandent qu'à être lues..

Emmanuel BAILLY | 06 mars 2008 à 12h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Principe d'écorégionalité

Entièrement d'accord avec votre réaction. cela va de paire avec les hausses des produits alimentaires de base en France. Si du lait est pris en Normandie pour fabriquer un yaourt en Roumanie, transporté par camion, cela coute en carburant. ces yaourts seront palettisés et envoyés dans un hyper entrepôt, ils seront ensuite dispatchés dans un autre entrpôts puis livrés en magasins. cela coute donc en carburant et électricité pur faire fonctionner les frigos. il faut revenir à des circuits courts, si possible directement du producteur au consommateur.

Anonyme | 07 mars 2008 à 08h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
s' attaquer aux causes des déplts dom/travail !!

j'ai présenté un concept de réduction des déplacements domicile travail au cabinet de NKMORIZET (combinaison d'un concept avec covoiturage, télétravail et voiturage électrique)
Au cours de la réunion il m'a été dit que a dit en substance que
« Mon concept est vraiment nouveau, ils n'y avaient pas pensé dans le cadre du Grenelle de l'Environnement »
« mais ils n'encouragent plus les mesures Gouvernementales visant à octroyer des incitations aux employeurs »
or mon concept ne peut se déployer à grande échelle que si le Gouvernement appuie les employeurs et les salariés sous forme d'exonérations, même minimes, des charges



Je pense qu'en plus !, ils n'ont pas bien compris l'impact très important de mon concept sur l'augmentation du pouvoir d'achat des salariés (c'est un réel problème actuellement en France) qui économiseraient des frais d'essence correspondant à une augmentation de rémunération de plus de 5 % !! (en plus, bien évidemment des bénéfices pour l'environnement et l'écologie),ainsi que les retombées en terme d'exemplarité en Europe et plus

Au final, les taxes sur la consommation générées par l'augmentation du pouvoir d'achat, « rembourseraient » très largement les exonérations consenties

que faut-il penser de tout cela ?
que tant que l'on ne s'attaque pas aux causes, on piétine ...

RLX | 07 mars 2008 à 15h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:s' attaquer aux causes des déplts dom/travail .

Croyez-vous que le gouvernement qui est à la botte des pétroliers et qui se régale avec les taxes sur les produits pétroliers a sérieusement envie de voir maigrir la poule aux d'or...!
Quant au transport routier...! On nous parle d'aller vers le ferroviaire, le ferroutage... mais de nombreuses lignes SNCF ferment régulièrement sans que cela fasse la Une de la presse! Quant aux lignes budgétaires : les grosses sommes vont aux routes et au transport routier... et les montants pour le rail ne supportent guère la comparaison!
Quant à l'augmentation indécente du trafic aérien qui consommerait entre 30 et 50% des carburants (France et Ile-de-France) : on est loin des quelques malheureux % de pollution que l'on nous annonce pour les avions...!

Lancelot du Rallye | 07 mars 2008 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:s' attaquer aux causes des déplts dom/trava.

Nous vivons vraiment dans une société schizophrène

//Le rapport révèle aussi que les engagements volontaires des fabricants automobiles à améliorer l'efficacité des véhicules n’ont pas généré de gains suffisants et que les taux d’occupation des véhicules privés ont progressivement diminué. //

Mais comment peut on encors construire des autoroutes? Comment les français peuvent ils continuer à prendre la voiture plutot que les transports en commun (quand cela est possible). Comment pouvons nous etre assez mesquins pour nous plaindre de notre pouvoir d'achat quand l'essence coute de plus en plus cher? Comment se fait ils que les 4*4 et SUV se vendent de plus en plus?

L'homme n'est-il qu'un mouton sans cervelle? Le grenelle stipulait de ne plus construire d'autoroute, et je pouvais lire dans Le Monde les réactions des lecteurs qui se plaignaient "oh, c'est pas juste, notre autoroute!". Vraiment je ne comprends pas.

ric | 13 mars 2008 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les grands crus fruitiers et maraîchers ...

... Ces grand "domaines" de production, situés jadis en Ile de France, sont de plus en plus remplacés par des lotissements, parcs de loisirs, grandes surfaces, entrepôts démesurés, asphalte ou autres emprises pas forcément indispensables !
Aujourd'hui, ce sont les plaines céréalières qui sont "attaquées", surtout dans les vallées riches (Seine, Oise, Eure ...)
Par conséquent, il faudra transporter encore et toujours davantage, pour nourrir les populations qui s'installent sur ces emplacements dévolus depuis toujours, à l'agriculture et au maraîchage.
Curieusement, les associations environnementales restent assez silencieuses sur cet aspect de la question.
De plus, il faut savoir que ce "bétonnage" des terres arables est absolument IRREVERSIBLE.

Esteban2 | 14 mars 2008 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager