En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les émissions de CO2 françaises en baisse en 2018 et 2019

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

En 2019, les émissions françaises de gaz à effet de serre (GES) se sont élevées à 441 millions de tonnes équivalent CO2 (MtCO2e), en baisse de 1 % sur un an, selon une première estimation officielle. En 2018, la France avait déjà enregistré une baisse de 4 %, avec des émissions de GES de l'ordre de 445 MtCO2e. Les émissions de GES repartent à la baisse deux ans de suite, après une première période de diminution entre 2005 et 2014 (-2,2 % par an en moyenne), suivie d'une hausse entre 2014 et 2017 (+ 0,7 % par an en moyenne).

Tel est l'un des principaux constats dressés par le Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa) qui publie, ce mercredi 8 juillet, l'inventaire 2020 des émissions de GES et de polluants atmosphériques. L'inventaire Secten propose des séries mettant en évidence les contributions des différents acteurs économiques et des différentes énergies depuis 1990. Cette année, pour la première fois, il inclut l'Outre-mer dans le périmètre des émissions de GES, alors que les émissions de polluants atmosphériques restent calculées hors Outre-mer.

Six sous-secteurs particulièrement émetteurs

Le Citepa met en perspective les émissions de GES avec les objectifs inscrits dans la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC). Il note que « si [la] pré-estimation est confirmée par l'inventaire consolidé 2019 à publier en avril 2021, l'année 2019 respecterait donc l'objectif de 443 MtCO2e fixé pour cette année ». Il prévient aussi que « les émissions devront encore baisser les années suivantes de près de 10 MtCO2e en moyenne par an (soit - 2,3 % par an) pour que le 2ebudget carbone soit respecté en moyenne sur la période ».

Et le Citepa de signaler que « seuls six sous-secteurs sont responsables de la moitié des émissions de GES » : les véhicules particuliers diesel (11,7 %), le résidentiel (10,9 %), le tertiaire (7,8 %), l'élevage bovin (7,7 %), les poids-lourds diesel (6,4 %) et les véhicules utilitaires légers diesel (5,4 %).

Réactions2 réactions à cet article

 

De combien diminueraient les émissions de CO2 en France si on réduisait la consommation de voitures ne dépassant pas le 140 ?

En réduisant par la même occasion les rentrées de TIPP et TVA de Bercy que ça n'arrangerait pas du tout quand il s'agit de continuer de payer grassement plus 600 cadres à ne rien faire ou presque

Les bouchons d'été évitables rapportent combien de millions à Bercy ?

Sagecol | 09 juillet 2020 à 08h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les véhicules particuliers diesel produisent moins de CO2 à puissance égale que les essence parce que leur rendement est meilleur : la différence vient des gros 4x4, il ne faut pas tomber dans le diesel-bashing ambiant ! Taxons ces monstres, la conso' baissera drastiquement...

dmg | 09 juillet 2020 à 19h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager