Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

COP 27 : la France promet d'être « au rendez-vous du devoir de solidarité »

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet
COP 27 : la France promet d'être « au rendez-vous du devoir de solidarité »

La France « est au rendez-vous du devoir de solidarité », notamment en matière de finance climat et y compris sur l'adaptation au changement climatique des pays du Sud, promet l'Élysée en ouverture de la 27e Conférence mondiale sur le climat (COP 27), à Charm el-Cheikh en Égypte. Six milliards d'euros seront ainsi mobilisés chaque année jusqu'en 2025, en faveur de l'action climatique dans les pays en développement, dont un tiers, soit deux milliards pour l'adaptation, annonce le président Emmanuel Macron, lors de son discours prononcé, ce lundi 7 novembre à la tribune de la COP 27. La France « tient sa juste part » de ses financements climat, assure-t-il. Le président appelle aussi à « aller au bout de la solidarité financière », avec les pays les plus pauvres. Et « débourser plus vite » sur le terrain les 100 milliards de dollars par an promis à ces pays pour les aider à lutter contre le changement climatique et s'y adapter. Il a rappelé les 82 milliards de dollars seulement engagés sur cette somme et a exprimé sa volonté de convaincre « les derniers pays riches qui n'ont pas pris tous leurs engagements ».

Les pays du Sud et insulaires mettent également la pression sur les pays riches pour mobiliser des financements supplémentaires (en plus des 100 milliards par an) pour traiter des « pertes et dommages » irréversibles liés au climat. Reconnaissant qu'il s'agit d'un « combat juste », Emmanuel Macron salue le lancement d'un « groupe des Sages de haut niveau » regroupant des organismes comme le FMI, la Banque mondiale, l'OCDE, qui feront des recommandations sur des « modes de financement innovants pour le climat » destinés aux pays pauvres ou à revenu intermédiaire. Les premières propositions sont attendues « au printemps prochain », a précisé le président de la République.

Au travers des partenariats pour une transition énergétique juste lancés l'an dernier à la COP 26, à Glasgow, le chef de l'État plaide aussi pour une sortie mondiale du charbon, « mais on doit aider les [pays] émergents à le faire au plus vite, estime-t-il. La France investira un milliard d'euros pour accompagner cette action » en Afrique du Sud, affirme Emmanuel Macron, qui cite aussi l'Indonésie, l'Inde et le Sénégal, parmi les pays avec lesquels la France et l'Europe collaboreront en ce sens. Le président français défend aussi la stratégie climatique de la France et de l'Europe de réduire de 55 % les émisions de gaz à effet de serre d'ici à 2030, en citant la nécessité de mettre en place une sobriété énergétique, mais aussi le « développement accéléré » des énergies renouvelable et du nucléaire.

Le discours d'Emmanuel Macron fait réagir notamment l'ONG Greenpeace France qui se montre critique. Pour Clément Sénéchal, chargé de campagne climat, « aucune mesure précise n'a été prononcée dans ce discours en Égypte concernant les émissions de CO2 françaises ou européennes, pourtant beaucoup trop élevées. Au lieu de cela, le président s'est encore une fois illustré en faisant la promotion du nucléaire, fausse solution face à la crise climatique. Pire, sur le sujet brûlant de ces négociations, Emmanuel Macron souhaite paralyser la COP 27 : au lieu d'un accord pour un mécanisme de financement pour les pertes et dommages dès cette année, le président se positionne pour un énième dialogue parallèle sur le sujet, dont les travaux seront rendus plus tard. Or désormais, nous n'avons plus le luxe de perdre du temps ». En revanche, Greenpeace salue l'annonce d'Emmanuel Macron de soutenir l'interdiction de toute exploitation des grands fonds marins.

Réactions20 réactions à cet article

 

Des promesses, des promesses, toujours des promesses... Les actes concrets, eux, se font toujours largement attendre.
A moins que notre président directeur général de la start-up nation France ambitionne de vendre des petits réacteurs nucléaires (SMR) aux pays en voie de développement ?

Pégase | 08 novembre 2022 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Très drôle ce monsieur. On n'est déjà pas à la hauteur en France et de très très très loin, alors aller faire le kéké devant les autres pays me semble un peu déplacé.

Nicolas | 08 novembre 2022 à 13h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Paroles, paroles, paroles, bonbons et chocolat...
Aider l'Afrique du Sud (quid du mégaprojet off-shore de Total), le Sénégal... pas les pays les plus pauvres d'Afrique n'est ce pas... et l'Indonésie, et ses ressources minières et agro : en clair, j'escompte un retour sur investissements. Tiens, il a oublié la Côte d'Ivoire de Bolloré...

dmg | 08 novembre 2022 à 15h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je plains les Médias obligés de rapporter les Fausses promesses, les mensonges, et de faire ainsi la promotion de l'hypocrisie politique.
Ecouter cet individu s'approprier les espoirs écologiques de sauver la Vie sur Terre pour mieux les piétiner au nom des Vices du système oligarchique libéral, est aussi insupportable, que d'assister au supplice de ceux qu'on aime.
Les 20% des inscrits qui ont voté pour lui, ont seulement voté pour le conservatisme, par peur du changement qui est pourtant vital, non pour l'économie, mais au sens premier écologique et philosophique.

Dan ARDUYNNA | 08 novembre 2022 à 17h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je me permets de rappeler ce principe élémentaire de thermodynamique :
Toute importation d'énergie dans un système en équilibre ( la biosphère ), augmente son niveau d'énergie totale.
La part anthropique d'énergie importée est exposée à amplification par son lien thermohygrométrique à l'effet de serre. La permanence de nos rejets thermiques est amplifiée par l'effet de serre, et les cycles de l'eau infléchissent cette augmentation de température. Mais lorsque le résultat de cette amplification dépasse le potentiel de régulation des cycles de l'eau, le réchauffement s'emballe.
Le recours à des énergies décarbonées, tel de nucléaire, ne permettra pas de lutter contre le réchauffement climatique, dès lors qu'elles sont importées dans la biosphère, ou plus exactement, lorsqu'elles ont ajoutées à l'équilibre thermodynamique originel, qui régissait les cycles climatiques de Milancovitch.
Le nucléaire reste dangereux, écocidaire, non éthique pour les déchets, et pour son coût économique qui n'intègre pas factuellement les démantèlements, ou les éventuels accidents majeurs. Il ne garantit pas notre indépendance.
Le problème étant systémique, la solution est systémique. Il faut sortir de ce modèle socio-économique mondialiste et consumériste.

Dan ARDUYNNA | 08 novembre 2022 à 18h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dan, autant je comprends, voire partage, votre réaction n°2 sur la théorie énergétique, autant votre réaction n°1 m'est un peu plus épidermique, et notamment le passage sur les 20% d'inscrits.
Les règles d'un scrutin sont à l'avance connues de tous : celui qui a le plus nombre de voix est nommé président, peu importe qu'il s'appelle X ou Y.
EM a été élu avec "que"20% d'inscrits.... certes.... et ses concurrents ? encore moins.... il est donc légitime.
Je ne réagis pas par défense pour cet homme en particulier.
Je suis tout simplement assesseur à mon bureau de vote depuis plus de 10 ans. Je rêve d'un scrutin avec 100% de participants, quand bien même 50% de bulletins seraient nuls ou blancs. Ce n'est même pas le cas.
Et il faudrait que ceux qui soient allés voter aient moins de poids que ceux qui ne se sont pas déplacés? Curieux système.
Cet homme a été élu par celles et ceux qui ont fait l'effort essentiel d'aller voter, c'est ma seule conclusion.
Les raisons pour lesquelles ils l'ont fait et que vous essayez de décrire ne sont basées que sur vos convictions à vous, à défaut de savoir leurs vraies motivations à eux.

nimb | 09 novembre 2022 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sur la question du déplacement de l'électeur aux urnes, je vous rejoins, nimb. Le niveau actuel d'abstention est inquiétant pour notre démocratie, de très nombreux observateurs de la chose politique l'ont dit bien avant moi.
Sachant que voter est un droit (chèrement acquis par nos aïeuls) et un devoir du citoyen français, je serai assez partisan que l'acte de voter aux scrutins des élections cantonales, régionales, législatives, présidentielles et européennes soit fondateur d'autres droits du citoyen, de nature disons plus économique (le législateur se chargerait bien sûr de prévoir des exceptions nécessaires à la règle), la présentation de la carte électorale faisant foi (c'est un document officiel, après tout).
Cela nous permettrait de sortir une bonne fois pour toutes de la relativité de la légitimité des candidats élus, du moins me semble-t-il. Et par les temps où la désinformation, les "vérités alternatives" et le refus catégorique d'admettre sa défaite en politique de la part de certains ultraconservateurs se répandent comme le choléra, cela semble plus que jamais nécessaire.
La question est : pourquoi cela n'est-il pas déjà mis en place ? Serait-ce quelque part contraire au droit ?
Par ailleurs, je souscris également pleinement à la seconde intervention de Dan ARDUYNNA.

Pégase | 09 novembre 2022 à 15h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réponse à commentaire de M. nimb du 09/11/2022 13h05.
La soumission des Médias à la Doxa Politique et à la Censure, prive le Peuple du Droit de savoir, et la Démocratie de débats éclairés.
L' Ecologie étant la voix de la Raison morale et éthique, voire même de la Conscience, et la Démocratie celle du nombre, leur conciliation ne peut se faire que par l'éducation, le contrôle des connaissances et du respect des "préceptes" écologiques ( La charte est en préambule de la Constitution ).
Depuis l'alerte de 6ème extinction, l'Ecologie doit être Devoir suprême de Conscience et Devoir citoyen.
Lorsqu'on est élu avec 20% des inscrits à un poste de représentation nationale, et que l'on constate une telle progression de l' abstention, on ne gouverne pas de manière autoritaire et encore moins sous régime de Censure, on respecte les codes de déontologie des Médias, des professions de santé, l'indépendance de la Justice... On restaure les moyens des institutions républicaines, et on met en place une structure nationale de l'écologie, en relation avec son équivalent international, chargée faire respecter la Charte de l'environnement, le Bien commun, et de veiller à la cohérence écologiques des politiques socio-écologiques.
Tout citoyen doit faire preuve de sa connaissance de la réalité écologique, des causes et perspectives de son évolution et prêter serment sur la Charte de l' environnement.
Tout élu doit rendre des comptes sur l'impact écologique de ses décisions.

Dan ARDUYNNA | 09 novembre 2022 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'eau est recyclable à 100% mais pas en France 0.8% ... Les rejets urbains sont dix fois plus importants que les besoins agricoles, avec des villes aux normes on irriguerait la totalité des champs sans pomper une goutte dans les nappes ... mettez les villes aux normes et on ne parlera plus ni de sécheresse ni de pollution des rivières

laurent | 10 novembre 2022 à 07h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La mise aux normes des STEP progresse, laurent, même si certaines laissent encore largement à désirer.
Je m'étonne que vous ne déployez pas les mêmes enthousiasme et énergie à défendre la qualité de l'eau potable. L'ouvrage ne manque pourtant pas. Voyez plutôt : pour complaire à l'évidence aux firmes agrochimiques, l'ANSES vient d'un coup de baguette magique de remonter de 0.1 à 0.9 µg/l le seuil de surveillance du S-métolachlore (cf https://www.actu-environnement.com/ae/news/S-metolachlore-declassement-metabolites-anses-generations-futures-40436.php4). Curieusement, après ce coup de canif à la santé publique qu'il était censé défendre, M. GENET vient de quitter ses fonctions de directeur général. Il serait intéressant de savoir auprès de quel employeur il se met désormais au service...

Pégase | 14 novembre 2022 à 13h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour Pégase 14/11/22 13h39
Ne confondez vous pas les stations de traitement des eaux usées ou autres effluents liquides, STEL, qui ont un objectif écologique-biologique, avec les stations de pompage-turbinage de l'eau, STEP, qui ont un objectif énergétique-écologique ?

Pour Laurent du 10 novembre 2022 7h49
Vous parlez des villes... Les villages qui avaient des maisons anciennes dotées de fosses sceptiques, raccordées à un réseau irrigant leur propre parcelle, ont été obligés de se mettre aux normes, en installant un réseau d'eaux usées, qui expose les parcelles des particuliers au stress hydrique, et déresponsabilise les usagers. Les normes ont aussi leurs inconvénients.

Dan ARDUYNNA | 14 novembre 2022 à 16h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Dan ARDUYNNA : STEP est l'appellation usuelle de STation d'EPuration des eaux usées.

Pégase | 14 novembre 2022 à 17h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

1 - STEP = STation d'EPuration, je confirme que c'est ainsi qu'on les appelaient quand je travaillais en bureau d'études. C'est devenu STation d'Epuration des eaux Usées (STEU) même si c'est toujours du même endroit dont on parle!
2 - Droits et connaissance des citoyens et devoirs de prêter serment à la Charte de l'Environnement ... Dan, je crois que vous vous méprenez sur la proportion de citoyens qui se sentent réellement concernés par l'Environnement. Vous parlez des 20% de votants inscrits d'EM.... je ne suis absolument pas convaincu que ces dits-citoyens en représentent autant, loin de là (et malheureusement, serai-je tenté de dire).
2 - Fosse SEPTIQUE, pas sceptique! Avant de les clouer au pilori, il faut déjà savoir combien de propriétaires savent qu'ils en ont une, s'ils l'entretiennent ou même s'ils savent où elle est située et où elle rejette dans leur terrain. Qu'elle soit aux normes n'est pas forcément le plus important si les 4 précédentes conditions ne sont pas réunies.
3 - J'ai bien vu le changement pour le S-métolachlor.... je ne suis pas persuadé que ce soit pour complaire au "lobby chimique"... mais peut être plutôt pour éviter "trop rapidement" aux autorités d'être confrontées à une bombe à retardement "très (trop) rapide" au niveau des résultats et des non-conformités de ce composé ... au final, ce n'est pas plus reluisant d'ailleurs, j'en conviens.

nimb | 14 novembre 2022 à 21h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelle aisance à dépenser l'argent qu'on n'a pas ! Un génie, not' Président !

Albatros | 16 novembre 2022 à 17h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Faut écouter Greenpeace et réduire à zéro toutes les émissions en France, tout fermer et virer tous les gens qui émettent du Céhodeux !
Enfin une action raisonnable de la multinationale, ancien employeur de Jadot !

Albatros | 16 novembre 2022 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour avoir envie d'aller voter il faut avoir des candidats dignes de ce nom , et non un ramassis de représentants plus ou moins intelligents, corrompus, menteurs , tricheurs , voleurs, imbus d'eux mêmes ou certains d'avoir la science infuse... J'ai beau chercher, pas un seul prétendant d'importance ne trouve grâce à mes yeux , et ce depuis bien longtemps. J'ai passé 60 ans et je n'ai jamais été satisfaite de ceux qui ont été élus ces quarante dernières années. Je suis donc gouvernée par des individus que je méprise et qui , de mon avis, ne sont pas à la hauteur (c'est le moins qu'on puisse dire)En politique intérieure, tous les mauvais choix ont été faits . Maintenant je ne vote plus, et tant que le vote blanc ne sera pas reconnu, je continuerai ainsi. Quant à Macron , il n'est que l'émanation ultime de la dégradation de la cinquième république qui n'a plus rien à apporter aux français. Nous devons passer à un autre régime, plus démocratique, plus horizontal , dans lequel les citoyens seront consultés sur les enjeux à venir , et pas seulement les plus importants. Des votations doivent prendre place à chaque décision , dans les régions et les départements également. Marre qu'on nous impose des idées , marre qu'on nous prenne sempiternellement pour des c...marre du fait du prince. Marre. Et surtout marre qu'on ne se décide pas à appliquer la solution: la dénatalité mondiale.

gaïa94 | 16 novembre 2022 à 18h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

gaïa94, je ne partage pas votre misanthropie.
Avant de me traiter de tous les noms, une précision sur mes positions:
Mon épouse est récemment décédée non pas à cause de la pollution mais bel est bien du fait d'un manque d'efficacité des dépistages et du manque de développement de solutions notamment en génie génétique qui auraient permis de vaincre le cancer qui l'a emportée à moins de 56 ans.
Mon fils est vivant grâce à la merveilleuse molécule de synthèse (oui, un affreux polluant que les STEU sont incapables de traiter) qui a permis de vaincre son épilepsie.
Alors votre millénarisme catastrophiste anti industrie, je n'adhère pas du tout.
Sincères salutations.

Albatros | 17 novembre 2022 à 12h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'adhère pas du tout à cette idée du "je ne vais plus voter car ils sont tous pourris".
Je suis de tendance riendutoutiste (sauf pour les extrêmes), loin d'être ébahi par les programmes proposés mais il y a toujours un programme où il y a au moins un ou deux aspects que je retiens et que me font pencher pour lui, du moins pour un 1er tour. Pour les seconds tours, plus d'une fois je suis réduit le plus souvent à voter contre quelqu'un plutôt que vraiment voter pour l'autre. Mais je suis avant tout adulte, il m'est donc normal d'assumer et de prendre mes responsabilités. Le programme parfait, ou même le candidat parfait, n'existe pas... râler avec l'adage "tous pourris", ne serait-ce pas non plus le signe d'une fuite de ses propres responsabilités civiques?
"Les gens" veulent plus de démocratie horizontale? Moi j'attends que ces mêmes gens s'impliquent déjà personnellement dans les associations locales, alors que justement, ces instances "proches d'eux" constatent une fuite de volontaires.... Il est où le sens civique, là dedans?
Je suis assesseur depuis plus de 10 ans, je vois bien dans mon quartier qui vient voter, même lors de la période COVID : les plus de 60 ans. Comme je le disais plus haut, j'attends avec impatience le jour où je vais comptabiliser 100% de votants et 50-60% de vote blanc, au moins chacun aura fait son boulot. En attendant, on prend le risque que certains "plus motivés" s'octroient durablement le pouvoir (et je ne parle pas d'EM en particulier).

nimb | 18 novembre 2022 à 08h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

nimb, je vote au premier tour car c'est le seul moment où on voit apparaître des candidats originaux qui ont des idées nouvelles , mais ensuite basta. Les Français réélisent sempiternellement les mêmes, alors que ces derniers ont montré leur incapacité depuis longtemps, et surtout, ils sont tous atlantistes, puisqu'ils vont tous faire allégeance aux USA, et c'est même là que leur candidature est agréée (ou pas).Cela a été le cas pour Macron, Hollande, Sarkosy, Chirac et même Mitterrand qui a du , contre son gré, se soumettre aux Américains. Ils y vont en jet et ne l'ébruitent pas , mais ils y vont...le Bohemian grove (Bohemian club) ça vous dit qq chose ? Ce rendez vous annuel a été supprimé à l'arrivée de Biden, car leurs bizarreries rituelles ésotériques druidiques commençaient à poser questions...et Biden est catholique pratiquant, ça aurait fait désordre. Ensuite on les retrouve au Bilderberg ou au G7 et bien sûr au Siècle, en ce qui concerne la France.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg
Autant vous dire que les aspirations des peuples ne figurent pas vraiment à l'ordre du jour. Vous savez aussi que nous sommes gouvernés , bien qu'ils s'en défendent (!) ,par des francs -maçons , or la franc-maçonnerie a un penchant ésotérique. L’ésotérisme n’est compatible avec la démocratie que moyennant une exceptionnelle ascèse, qui sépare radicalement les degrés de connaissance des pratiques de pouvoir : très peu en sont capables. Conséquence: la corruption s'étend.

gaïa94 | 22 novembre 2022 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Albatros : je ne suis nullement misanthrope bien au contraire, juste lucide, et sincèrement désolée que la maladie ait emporté votre épouse si jeune. Je suis donatrice à l'Institut Curie depuis que j'ai commencé à travailler à 23 ans et j'en ai 64...De plus ayant été chimiste dans l'industrie pharmaceutique, où je synthétisais des molécules de principe actifs, je n'ai rien contre les industriels responsables. On peut avoir des usines propres, d'ailleurs en France c'est souvent le cas , ce qui augmente les coûts de production et fait que de nombreux patrons voyous préfèrent se tourner vers l'étranger, comme Mylan qui produit en Inde et pollue à tout va...Les Indiens méritent -ils d'être considérés comme des moins que rien et pollués jusqu'à en mourir? Vous pensez que tout est permis aux industriels ? C'est du moins ce qui transpire au fil de vos messages.

gaïa94 | 22 novembre 2022 à 14h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]