En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'emploi environnemental se porte mieux que l'emploi global en France

Avec une progression de 2,9 % en 2008 par rapport à 2007, contre 0,6 % pour l'emploi en France, l'emploi environnemental se porte plutôt bien, mobilisant 405.000 équivalents temps plein. Le secteur des ENR progresse vite avec + 28 %.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
L'emploi environnemental se porte mieux que l'emploi global en France
© Helder Almeida
   
Le secteur des éco-activités est dynamique, les indicateurs de croissance le prouvent. Selon une étude du Commissariat général au développement durable (CGDD) publiée en décembre 2009, la protection de l'environnement ainsi que la gestion des ressources naturelles sont créatrices de richesse et d'emploi ces dernières années, tant dans le secteur privé que public. En 2008, la production d'éco-activités s'élevait à 62,5 milliards d'euros, dégageant un excédant commercial de 2 milliards d'euros. Cependant, les importations ont progressé plus vite que les exportations, la balance commerciale se dégrade donc légèrement par rapport aux années précédentes.
Les chiffres sur l'emploi s'en ressentent : alors qu'il progresse de 0,6 % entre 2007 et 2008 en France tous secteurs confondus, l'emploi connaît un plus fort développement dans le domaine des éco-activités avec + 2,9 %, une tendance qui se poursuit depuis 2004.

L'emploi tiré par l'essor des énergies renouvelables

La progression annuelle de l'emploi environnemental a été de 3 % entre 2004 et 2008. Sur la même période en France, l'emploi toutes branches confondues a évolué de 0,9 %.
L'environnement mobilise près de 405.000 emplois équivalents temps plein en 2008, contre 400.200 en 2007. Environ 287.700 emplois sont attribuables aux éco-activités marchandes des entreprises (services privés vendus, fabrication industrielle, travaux publics, construction). Certains métiers connaissent une légère baisse comme la fabrication industrielle de produits connexes pour la protection de l'air (-500 emplois), la gestion des eaux usées (-400), la minimisation des bruits (- 200).

D'autres secteurs sont particulièrement dynamiques. L'essor des énergies renouvelables ces dernières années a conduit à de nombreuses créations d'emploi avec une progression de 28 % entre 2007 et 2008 et de 17,7 % entre 2004 et 2008. En 2008, les énergies renouvelables emploieraient 50.400 personnes selon le CGDD.
26.200 emplois concernent la vente d'énergie et la maintenance des équipements de production, 14.900 la pose et l'installation d'équipements et 9.400 la fabrication d'équipements.
Le secteur de l'éolien compte 7.800 équivalents temps plein (+36 % entre 2007 et 2008), les agrocarburants 7.100 (+43,9 %), l'hydraulique 9.600 (+1,6 %), les pompes à chaleur 5.700 (+117,5 %), le photovoltaïque 5.000 (+112,8 %), le solaire thermique 1.900 (+24,3 %), la biomasse 12.100 (+6,1 %).
Cette tendance devrait se poursuivre aux vues des installations d'équipements en 2009 : les puissances raccordées dans l'éolien et le photovoltaïque ont augmenté respectivement de 12 % et 248 % au cours des trois premiers trimestres 2009 comparé à la même période de 2008. La production d'énergie éolienne progressent de 21 % pendant la même période.

Les métiers de la maîtrise de l'énergie et de la récupération se développent également, avec une évolution respective de 2,2 % et 2,4 % entre 2007 et 2008 (2,7 % et 3,6 % entre 2004 et 2008). En 2008, 23.000 emplois concernaient la maîtrise de l'énergie et 33.500 la récupération (déchets).
Le secteur des déchets est encore dynamique et mobilise de nombreux emplois : 100.100 équivalents temps plein en 2008, soit une progression de 2,9 % entre 2007 et 2008 et de 3,3 % entre 2004 et 2008.
La R&D a connu une progression de 1 % entre 2007 et 2008 mais une baisse de 6 % sur la période 2004-2008. Ce secteur mobilise 10.300 emplois.

Une balance commerciale positive

En 2008, les exportations dans le domaine des éco-activités s'élevaient à 7 milliards d'euros. Près des deux tiers d'entre elles reviennent au domaine de la récupération, les énergies renouvelables arrivent au second rang, avec un montant de 750 millions d'euros en 2008, après 550 millions en 2007.
Les importations s'élevaient quant à elles à 5 milliards. Elles ont augmenté de 13,6 % en valeur courante par rapport à 2007. Avec les matériaux isolants, le domaine de l'efficacité énergétique a connu une très forte hausse. Les importations n'ont baissé que dans un seul domaine, celui de la gestion durable de l'eau, du fait d'une diminution de la demande intérieure pour les équipements et fournitures utilisés pour la maintenance des réseaux d'eau.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager