Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Empreinte carbone des bâtiments : « Les matériaux bio-sourcés répondent à cet élément essentiel »

La part des produits bio-sourcés ou géo-sourcés dans les matériaux de construction dépasse le seuil du 1 %. Mais pour Laurent Arnaud, du Cerema, viser les 10 % d'ici à 2030 est indispensable pour atteindre la neutralité carbone.

Entretien  |  Bâtiment  |    |  Félix Gouty

« Les matériaux bio-sourcés répondent à un élément essentiel : pouvoir capter le carbone et le stocker, a souligné Laurent Arnaud, à l'occasion du salon Batimat 2022 (voir la vidéo). Les bâtiments vont devenir les puits à carbone dont on a besoin. » Le chef du département bâtiments durables du Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) soutient, en cela, la constitution d'une nouvelle « RE 2020 de la rénovation », qui s'appuierait sur des matériaux bio-sourcés ou géo-sourcés. Selon lui, ils ont déjà fait leurs preuves.

« Dans la région lyonnaise, un village a été entièrement construit en terre crue », s'est remémoré Laurent Arnaud, en écho au Domaine de la terre, un ensemble de 65 logements édifiés dans les années 1980, dans la ville de L'Isle-d'Abeau (Isère). Ce qui n'était à l'époque qu'une expérimentation se démocratise peu à peu. Selon Laurent Arnaud, les matériaux d'origine naturelle, comme le chanvre, le lin ou la terre crue, occupent une part estimée entre 1 et 5 % de l'ensemble des constructions neuves. « On redécouvre ces matériaux parce que leur empreinte environnementale est relativement basse et qu'il représente une solution envisageable dans le cadre de la RE 2020 », a souligné Laurent Arnaud.

Néanmoins, ce n'est pas suffisant pour respecter la réglementation RE 2020 ou atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour y parvenir, l'objectif se situe plutôt au-delà des 10 % en 2030. Dans cette optique, il faut « transmettre le message auprès de tous les prescripteurs », notamment les architectes, afin qu'ils considèrent l'utilisation de ces matériaux dès la conception des bâtiments. #BATIMAT2022

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]