Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'énergie en 2050 : RTE détaille les modalités de ses trajectoires de consommation d'électricité

Après avoir déroulé une première trajectoire de consommation énergétique pour 2050, à la publication de son rapport, RTE revient aujourd'hui plus en détail sur ses scénarios de sobriété et de réindustrialisation.

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
L'énergie en 2050 : RTE détaille les modalités de ses trajectoires de consommation d'électricité

Le 25 octobre dernier, RTE, le gestionnaire du réseau électrique français, a publié son rapport « Futurs énergétiques 2050 ». Bien que le rapport contienne divers scénarios de mix électrique et de consommation énergétique pour parvenir à la neutralité carbone en 2050, RTE s'était alors surtout focalisé sur sa trajectoire prospective dite « de référence ». À l'occasion d'une première séance de décryptage, il s'est aujourd'hui attardé à détailler davantage les autres futurs possibles qu'il a imaginé.

Consommer moins d'énergie mais plus d'électricité

« La trajectoire de consommation électrique résulte d'une modélisation reprenant l'esprit de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) et adaptée pour tenir compte de l'actualisation des perspectives techniques et des retours de la consultation publique, souligne Thomas Veyrenc, directeur exécutif chargé du pôle stratégie et prospective chez RTE. Elle traduit aussi une volonté de la France de se garantir un degré élevé d'indépendance énergétique et de ne compter qu'en dernier recours sur la capture et le stockage du carbone. » Pour rappel, les scénarios formulés par RTE s'appuient sur l'objectif fixé par la SNBC de réduire de 40 % la consommation d'énergie finale dans trente ans et, par la même, de faire fi des énergies fossiles.

Face à cet impératif, le gestionnaire prévoit (en moyenne, à travers sa trajectoire de référence) une augmentation de 35 % de la consommation d'électricité à cette échéance, pour atteindre 645 térawattheures par an (TWh/an) sur une consommation énergétique totale d'environ 930 TWh/an. En 2019, avant les biais de calcul induits par la crise sanitaire de la Covid-19, la consommation d'électricité atteignait 475 TWh/an (pour un total d'environ 1 600 TWh/an d'énergie consommée), traduisant une certaine stabilité.

Entre électrification massive et efficacité énergétique

Cette hausse en 2050, RTE l'explique selon quatre facteurs. En premier lieu, les croissances démographique et économique attendues provoqueront un « effet volume », ajoutant 47 TWh/an au compteur. Une autre tendance, due au réchauffement climatique, est une plus faible dépendance au chauffage, estimée à - 7 TWh/an, et une plus forte demande de climatisation-ventilation, évaluée à 6 TWh/an de plus. Deux autres facteurs pèsent encore davantage dans la balance : l'électrification massive des usages, d'un côté, et l'efficacité énergétique, de l'autre.

La première, calculée à une augmentation de 324 TWh/an d'électricité consommée, fait la plus grande différence. « Certes, cela constitue une rupture par rapport aux dix dernières années où la tendance d'évolution de la consommation a été stable, mais pour atteindre la neutralité carbone, il s'agit de remplacer les énergies fossiles par de l'électricité dans les secteurs les plus émetteurs ou demandeurs : les transports, l'industrie et, bientôt, la production d'hydrogène, déclare Thomas Veyrenc. Cette augmentation sera en partie contenue par l'efficacité énergétique dans tous les secteurs et, en particulier, dans le tertiaire et le résidentiel, conditionnée à la réussite de la rénovation énergétique nécessaire des bâtiments. »

   
Synthèse des trajectoires de consommation électrique modélisées par RTE. © RTE
 
   
La réduction potentielle de la consommation électrique, permise par une plus grande efficacité énergétique, se chiffre à 200 TWh/an, selon RTE. Les secteurs résidentiel et tertiaire contribuent à ce levier en combinant une meilleure performance énergétique des bâtiments à un remplacement des systèmes de chauffage à base d'énergies fossiles (qui couvrent encore 52 % de nos besoins actuels) par des « solutions bas carbone performantes » – pompes à chaleur ou du chauffage au gaz vert, comme le biométhane. « Pour certains types de logement, il sera néanmoins difficile d'installer des pompes à chaleur, nuance néanmoins le directeur exécutif de la stratégie chez RTE. L'effet de la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs (RE2020) n'aura pas, elle, une grande incidence sur la trajectoire de consommation d'électricité, tant les bâtiments neufs sont déjà bien isolés. »

Cette réduction de la consommation s'appuie, en outre, sur une division par quatre de la consommation pour l'éclairage et sur des évolutions technologiques déjà entamées (comme le recours aux ampoules leds), même en intégrant une tendance au suréquipement dans les matériels informatiques.

Côté électrification, le cheptel de 38 millions de véhicules légers sera composé à 95 % de voitures électriques ou hybrides. En parallèle, plus de la moitié des autobus et autocars ainsi que plus de 20 % des camions seront électriques en 2050.

Quels leviers pour la sobriété énergétique ?

En dehors de cette trajectoire de référence, RTE a également imaginé l'éventualité d'une augmentation limitée de la consommation électrique, en réponse à une sobriété systémique. Le taux de consommation électrique de cette trajectoire alternative s'élève à « seulement » 555 TWh/an. « Contrairement à l'efficacité, qui s'opère à un niveau de confort et de service inchangé, la sobriété suppose de consommer moins d'énergie, donc de réduire les déplacements et de changer les usages dans nos modes de vie ou de production, précise Thomas Veyrenc. Elle ne repose pas sur la privation, mais suppose, par exemple, une réorganisation de la ville pour offrir davantage de services à proximité. »

Pour parvenir à cette différence négative de 90 TWh/an avec la trajectoire de référence, RTE a identifié des leviers, souvent « contre-tendanciels », dans quatre principaux secteurs : le résidentiel, le tertiaire, les transports et l'industrie. Au sein du premier, le respect d'une telle trajectoire de sobriété nécessite, entre autres, davantage de cohabitation jusqu'à une hausse du nombre de personnes par ménage (de 2,3 en moyenne en 2050, contre 2,2 aujourd'hui), ce qui va à l'encontre de la tendance actuelle. Cela passe aussi par une baisse de la température de chauffage d'au moins 1 °C et de l'usage de l'eau chaude sanitaire de 30 %. Dans le tertiaire, la sobriété signifie de porter à 50 % le temps de télétravail (contre 20 % dans la trajectoire de référence) ou encore de réduire de 10 % la consommation électrique des équipements de bureau.

Dans le secteur industriel, la trajectoire de sobriété compte sur un plus grand recours aux circuits courts, sur une réduction du nombre de bâtiments construits et sur un allongement de la durée de vie des équipements. Par ailleurs, au-delà d'un volume réduit de déplacements permis par le télétravail ou les circuits courts, le secteur des transports ne pourra se permettre de maintenir le parc automobile actuel : RTE prévoit une disparition de 12 millions de véhicules légers en 2050. Cependant, d'après le gestionnaire, ce choix de la sobriété dépend largement des politiques publiques, en plus des choix individuels des citoyens. Que se passera-t-il si les habitudes de vie des citoyens n'évoluaient pas dans le sens de ce qui est anticipé dans le scénario sobriété ? Les analystes du gestionnaire de réseau confient ne pas avoir encore la réponse à cette question, mais promettent d'y réfléchir en amont de la parution des compléments à l'étude prévus pour début 2022.

Relocaliser l'industrie pour moins émettre ?

L'autre grande trajectoire avancée par RTE consiste à accentuer les politiques de réindustrialisation actuellement à l'œuvre, concernant l'hydrogène et le nucléaire. Elle a été formulée par RTE et atteint plusieurs objectifs économiques : augmenter le PIB de 5 % en 2050, le poids de l'industrie manufacturière française de 12 à 13 % (au lieu de 10 % aujourd'hui et dans la trajectoire de référence), mais aussi d'obtenir un solde commercial « très largement positif » (à savoir, exporter beaucoup plus qu'importer), favoriser ainsi une politique économique de relocalisation nécessiterait 755 TWh/an d'électricité.

La production d'hydrogène compterait pour 87 TWh/an de consommation électrique (contre 50 TWh/an dans la trajectoire de référence), ne serait-ce que pour subvenir à la moitié des besoins industriels en combustibles additionnels en France. Une variante, intitulée « hydrogène+ » dans le rapport, estime, quant à elle, à 171 TWh/an la consommation électrique nécessaire à une plus forte mobilisation de l'hydrogène (sur un total de 754 TWh/an d'électricité consommée en 2050).

 
La transformation du secteur des transports permet de décarboner plus rapidement  
Thomas Veyrenc, directeur du pôle stratégie et prospective chez RTE
 
La question d'une réindustrialisation profonde est évidemment liée à ses conséquences en termes d'empreinte carbone. Si elle est en baisse de 5 % en France, entre 2000 et 2019, elle reste très impactée par les émissions induites par l'importation des biens et des services. Dans cette optique, RTE associe la relocalisation de l'activité industrielle à une forte baisse des imports hors Union européenne. Cette dernière permettrait de faire une économie de 900 millions de tonnes équivalent CO2 (MtCO2eq) sur trente ans (soit une division par six). Cette réduction progressive s'échelonnerait au rythme de - 25 MtCO2eq/an à partir de 2030 puis de - 40 MtCO2eq/an dès 2040. La hausse des émissions directes sur le sol français, provoquée par cette réindustrialisation, atteindrait, quant à elle, + 8 MtCO2eq/an.

Accélérer l'électrification pour répondre au « Fit-for-55 »

Enfin, pour répondre aux nouvelles directives européennes à horizon 2030 du paquet « Fit-for-55 », RTE s'est attelé à ajouter une trajectoire de consommation supplémentaire. Pour cibler efficacement et rapidement une réduction de 47,5 % des émissions nettes de gaz à effet de serre de la France (par rapport à 1990) en moins de dix ans, cette trajectoire « accélération 2030 » cible principalement une électrification intensifiée du secteur des transports. « La transformation du secteur des transports permet de décarboner plus rapidement car c'est celui qui émet le plus et présente un taux de renouvellement des équipements le plus rapide », affirme Thomas Veyrenc, de RTE.

Pour cela, RTE préconise d'atteindre 50 % de véhicules électriques vendus dès 2025 (plutôt que 2029, dans sa trajectoire de référence), afin d'anticiper de dix ans l'interdiction à la vente des voitures thermiques envisagée par la Commission européenne. Ce chiffre participerait à une augmentation de 38 TWh/an d'électricité consommée, en comparaison avec la trajectoire de référence.

Réactions3 réactions à cet article

 

J'habite un appartement dans une grand copro
Le chauffage est collectif (gaz).
- diminuer le nombre d'occupants par appartement est irréaliste : ceux qui occupent un appartement considéré comme "trop grand" ne vont pas déménager...
- Diminuer la température de chauffage de 1° est irréaliste. la température de réglage est de 21°, et tout le monde proteste lorsqu'elle n'est pas atteinte. Si les gens ont froid, ils utiliseront un chauffage d'appoint...

danmasse | 12 novembre 2021 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

.Pour la température chez-moi j'ai ce jour 18° c'est très bien comme ça, 35 m2 , une pompe à chaleur moteur 800w installée par bibi tournant 25% du temps, ça devrait être la norme, ni trop chaud ni trop froid.
Tout ces beaux calculs à 2050 sont magnifiques, j'adore, ils ont oublié le rêve de tous nos présidents depuis De Gaulle, mr Macron compris: une France à 100 millions d'habitants il faut donc donc hausser le calcul de 33% sinon ces calculs sont biaisés.
La preuve!, quelle preuve?
Ces + de 400000 étrangers non souhaitables qui entrent tous les ans plus sans doute encore autant qui longent les murs.
Peut être il faudrait ne tirer des plans sur la comête que quand ces 100 millions seront atteints.

pemmore | 12 novembre 2021 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Explique moi de quoi tu as besoin, je t'expliquerai comment t'en passer.... c'est un peu l'impression que j'ai en lisant cet article et ses projections.... moins de consommation, moins de véhicules, moins de température, etc....
Par contre, j'ai de nouveau le sentiment que c'est une étude qui s'adresse majoritairement aux citadins, et qu'elle est nettement moins applicable (si tant est qu'elle le soit) au monde rural.

nimb | 14 novembre 2021 à 07h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Onduleurs SOLARMAX de dernière génération pour votre autonomie en énergie ECOTERRE ENERGY