En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La facture énergétique de l'industrie à la hausse, malgré une baisse de consommation

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°335 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°335
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Selon l'Institut national de la statistique (Insee), la facture énergétique de l'industrie a augmenté de 27% en euros courants entre 2005 et 2012 alors que, sur la même période, la consommation d'énergie hors carburants a baissé de 18%. "Cette hausse traduit celle des prix de l'énergie, encore plus forte que l'augmentation générale des prix : même déflatée par le prix du produit intérieur brut (PIB), la facture énergétique de l'industrie augmente de 13% sur la même période", indique l'Insee. La baisse de consommation est quant à elle liée à une activité plus faible mais aussi aux actions d'efficacité énergétique.

Le prix de la houille est passé de 90 € la tonne à 170 €, le prix des produits pétroliers a doublé pour atteindre 580 € par tep (tonne équivalent pétrole), les prix de la vapeur et du gaz ont atteint 400 € par tep. "Seul le prix de l'électricité poursuit une hausse tendancielle plus modérée, atteignant en moyenne, pour un industriel, un peu plus de 60 euros le MWh (soit 730 euros par tep). Le prix de l'électricité en France reste un des plus faibles d'Europe". Résultat : en 2012, l'industrie a dépensé 15,3 Mds d'euros pour l'énergie (hors carburants).

Réactions4 réactions à cet article

 

Citation: "Le prix de l'électricité en France reste un des plus faibles d'Europe". a relier au fait qu'elle est à 82% d'origine nucléaire. Tout est dit!

ami9327 | 19 février 2014 à 14h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Alors non. Je ne suis pas d'accord avec vous ami9327.
C'est à relier avec le fait que le coût réel du nucléaire est caché. Que EDF fait partie des entreprises les plus subventionnées.

Je citerai plutôt que le prix a augmenté notamment pour commencer à prendre en compte la gestion des déchets et la déconstruction (plus la mise en sécurité post Fukushima).

Il ne faut pas croire que nucléaire = prix pas cher.

Les centrales d'aujourd'hui ont toutes étaient construites à une époque "lointaine".
Leur cout brut d'investissement est moindre qu'aujourd'hui et elles sont amorties depuis longtemps.
Aujourd'hui avec le coût d'un EPR on aurait construit combien de centrales dans les années 80 ? 3 ? 4 ?
Pour avoir une idées plus juste du prix du nucléaire il faut comparé avec le prix de vente de l’électricité de l'EPR. Et franchement il n'y a pas de quoi frimer :)

Attention je ne dis pas que le nucléaire n'est pas compétitif. Mais il est faux de dire "nucléaire = pas cher" tant les coûts globaux n'ont pas été pris en compte.

Pour conclure j'ai envie de dire qu'on hypothèque le prix de l'électricité d'aujourd'hui sur la facture de demain.

Terra | 20 février 2014 à 09h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

EDF et Areva, comme l'ensemble des industries, des états et des particuliers, souffrent d'une dette astronomique et l'état (le peuple) doit injecter des milliards dans ses entreprises pour les maintenir en vie car il est inconcevable de laisser ces entreprises sombrer complètement.
Le nucléaire est compétitif sur le marché de l'énergie mais les coûts à long terme sont affolants. Ces pourquoi la durée de vie des centrales nucléaires en place est rallongé en permanence par l'état français.
La construction d'une centrale nucléaire coûte très cher, les retards de chantier encore plus, le démentellement ENCORE plus, le traitement des déchets est impossible, leur enfouissement également couteux laisse également présager du prix à payer pour les générations futures à qui l'argent ne suffira pas à sauver leurs vies.
Les japonnais sont en train de comprendre le vrai coût du nucléaire et nous n'allons pas tarder à en prendre conscience également.
La demande en énergie par habitant (des pays hautement industrialisés) croît de manière exponentielle et nous sommes condamnés à le payer de plus en plus cher.
Reste la solution de consommer moins, la seule solution économique. Eteindre les lumières, débrancher les appareils électriques lorsqu'on a fini de s'en servir pour que transformateurs, les horloges inutiles de micro-ondes, les petites loupiotes cessent de bouffer du jus.
Personne ne viendra chez vous pour le faire, chacun doit lutter à SON niveau. Nous devons consommer moins.

Zugzwang | 20 février 2014 à 11h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'énergie n'est pas assez chère, d’où le gaspillage.Tout est dit

lio | 23 février 2014 à 13h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…