Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Evaluer l'impact environnemental des systèmes de récupération de l'énergie marémotrice

Energie  |    |  Clément Cygler  |  Actu-Environnement.com

Avec l'émergence des technologies de récupération d'énergie marine, la question des conséquences environnementales se pose désormais. Pour comprendre et minimiser l'impact induit par la conversion de l'énergie marémotrice en électricité, IBM et l'Autorité de l'énergie durable d'Irlande collaborent pour développer des méthodes d'évaluation.

"Ce projet, le premier à utiliser l'analyse de données en continu et en temps réel pour contrôler le bruit sous-marin généré par les outils de conversion marémotrice, représente une étape significative permettant d'envisager l'utilisation de l'océan comme une nouvelle ressource d'énergie renouvelable avec succès et de manière durable", indique le communiqué d'IBM.

Ce projet s'appuiera sur des plates-formes d'acquisition, une infrastructure de communication et de l'analyse de données en continu qui utilise la technologie Cloud Computing. Situé dans la Baie de Galway, le premier site pilote sélectionné fait partie du projet SmartBay qui vise à contrôler l'état des vagues, l'acoustique, la vie marine et les niveaux de pollution dans et autour de la baie. Connecté à un réseau de type grid, le deuxième site pilote qui sera quant à lui à grande échelle, est en phase de développement.

Réactions2 réactions à cet article

 

Une autre conséquence de la captation de l'énergie marémotrice est l'influence (via la force de Coriolis) sur la vitesse de rotation de la Terre.
En effet une expérimentation sur modèle physique avec un grand (12 mètres de diamètre, je crois me souvenir) plateau tournant réalisée vers le fin des années 50 à l'INPG (Grenoble) avait démontré que si l'on construisait une usine marémotrice dans la baie du Mont St Michel, il en résulterait un ralentissement de la vitesse de rotation de la terre de 1 seconde tout les mille ans. C'est peu évidemment mais la multiplication des usines marémotrices dans le monde multiplierait aussi ce ralentissement…

donjacques | 09 novembre 2011 à 03h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour "donjacques", il s'agit "d'une" étude, voyons ce que dira celle-ci, et comparons si c'est possible.
Peut être viendra-t'elle corroborer ce premier résultat, ou interprétation des données, ou peut-être l'infirmera-t'elle ?

Daniel JAGLINE | 09 novembre 2011 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Energie-legal : cabinet d'avocats dédié exclusivement à l'énergie Energie-legal