En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dijon veut construire le bâtiment tertiaire à énergie positive le plus performant de France

La Ville de Dijon, la société d'ingénierie Elithis, et le cabinet d'architectes Arte Charpentier se sont associés pour réaliser fin 2008 à Dijon un bâtiment tertiaire à énergie positive avec l'objectif qu'il devienne le plus performant de France.

Energie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Dijon veut construire le bâtiment tertiaire à énergie positive le plus performant de France
   
L'énergie est aujourd'hui au cœur de nombreuses problématiques mondiales et locales en termes d'approvisionnement, d'efficacité, de pollution. Les bâtiments ne font pas exception à la règle puisque ce secteur est après le transport le plus gros consommateur d'énergie avec 40% du total. Il est de ce fait et à lui seul, responsable, de plus de 25% des émissions à effets de serre (GES). Pire, en l'absence d'un plan gouvernemental volontariste, l'augmentation de la pollution d'ici 2015, porterait sur plus de 25 millions de tonnes, uniquement due au chauffage.
L'enjeu consiste donc aujourd'hui à maîtriser les besoins et la dépendance en énergie fossile pour réduire les rejets polluants, notamment de CO2 tout en augmentant le confort de l'habitat. En plusieurs années, le discours a évolué puisque de la maison « faiblement consommatrice », on est passé à la « maison passive » et même à la notion de « bâtiment à énergie positive » qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme. Toutes ces notions cohabitent au côté de labels comme la démarche globale de Haute Qualité Environnementale ou le label Effinergie en France et Minergie en Suisse. Ces multiples approches ont le même objectif : aller plus loin que la réglementation en vigueur (RT 2005 en France). Si elles sont donc mises en œuvre très lentement, les projets se multiplient en France et à l'étranger, souvent portés par une volonté de démontrer la faisabilité technique et économique des concepts.

C'est le cas par exemple à Dijon où la société dijonnaise d'ingénierie climatique et électrique Elithis, la Ville de Dijon et le cabinet d'architectes Arte Charpentier se sont associés pour réaliser fin 2008 un bâtiment tertiaire de 5 000 m2 de bureaux à énergie positive comme nouveau siège social de la société. L'objectif visé : que ce bâtiment, installé en plein cœur de Dijon, devienne le bâtiment à énergie positive le plus performant de France dans le domaine du tertiaire.

Les matériaux ont été choisis de manière à respecter l'environnement. La structure du bâtiment sera de type poteaux-poutres mixte bois / acier pour limiter l'utilisation de béton et son remplissage sera réalisé par des panneaux isolants à base de fibres de bois. Quant aux menuiseries extérieures, elles seront composées d'un double vitrage argon à isolation thermique renforcé avec un faible facteur solaire.

Pour permettre à l'édifice de produire plus d'énergie qu'il n'en consomme, d'autres dispositifs ont été mis en place : la toiture externe sera réalisée en panneaux photovoltaïques intégrés (surface plane) ce qui permettra de couvrir une grande partie des besoins électriques du bâtiment (74.000 KW/an). La limitation des consommations d'énergie s'opérera également au niveau de l'éclairage grâce à un système maîtrisé favorisant l'optimisation de l'apport de lumière naturelle. Ce principe sera renforcé grâce à des circuits d'éclairage contrôlés et différenciés selon la zone de travail et l'utilisation des locaux. De plus, les locaux seront entièrement équipés de luminaires à économies d'énergie : tubes fluorescents et lampes LFC, dont le rendement et la durée de vie sont 10 fois supérieurs aux lampes incandescentes.

De manière à avoir une température idéale toute l'année et à moindre frais, la consommation d'énergie pour le chauffage, la ventilation et le rafraîchissement sera limitée par la conception même de la qualité thermique du bâtiment tant au niveau de l'isolation que des façades. Grâce à un bouclier thermique transparent ménageant une vue dégagée, les espaces de travail bénéficieront d'une protection contre les rayonnements solaires, source de surchauffe et d'inconfort visuel. En outre, jusqu'à la mi-saison, un système de ''free-cooling'' à régulation mécanique permettra de rafraîchir les locaux gratuitement et de façon naturelle. Cet équipement permettra de lutter contre les hausses de température jusqu'à 27°C, sans utiliser le système de refroidissement. En parallèle, la production de chaleur et de froid reposera sur un système thermodynamique particulièrement performant, associé à une source de chaleur fonctionnant avec une chaudière bois à granulés et à un système de refroidissement adiabatique. Dans le même esprit, le renouvellement de l'air sera assuré par une centrale de traitement d'air double flux avec un récupérateur d'énergie de haute efficacité.

Un effort particulier a également été prévu au niveau de la gestion des eaux pluviales. Ainsi, la perméabilisation-rétention du bâtiment a été optimisée grâce à la création d'un bassin de rétention situé dans le parking. En accord avec les autorités sanitaires, la récupération des eaux de pluie en toiture alimentera un réseau indépendant pour l'alimentation sous pression atmosphérique des sanitaires des bureaux.

Enfin de manière à mesurer la performance des différents équipements, le bâtiment servant de laboratoire sera équipé, sur un niveau complet, de capteurs et compteurs multiples. Ce système de gestion technique du bâtiment assurera le suivi des différents types de consommations d'énergie (chauffage, rafraîchissement, ventilation, éclairage..), et permettra de réguler les modèles au jour le jour, indiquent les responsables du projet.

Par ailleurs, afin de sensibiliser l'ensemble des usagers du bâtiment, une charte environnementale sera signée pour encourager chacun à respecter les recommandations environnementales et les objectifs de consommation.

Réactions8 réactions à cet article

 
Pourqu'oi ne pas être plus ambitieux

C'est très bien de lancer des projets aussi respectueux de l'environnemenet et je ne peux que féliciter le maître d'ouvrage de ce batiment.
Cependant des poins ne sont pas souligner en tout cas dans l'article
Par exemple il est important que le bois utiliser dans la construction et surtout dan le chauffage provienne d'une filière courte. Alors est ce que des études ont été faite sur l'approvisionnement en bois.
Ensuite comme c préciser les transports sont un des facteurs les plus polluants, pourkoi n'envisage t'on pas dans c batiment ou en tout ca c po préciser qu'il y ai des appartements à louer o personne qui travaille dans le lieu afin de limiter les trajets ou est ce qu'un service de transport collectif est mis en place ?
Voila alors je le redit je félicite les maitre d'ouvrage mai essayer de prendre en compte ce que j'ai dis

titeuf | 29 juin 2007 à 13h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Biogaz

5000 m² de bureaux, ça doit abriter environ 250 usagers, soit une belle quantité de biogaz.
Pas utilisée ??

Gégé | 29 juin 2007 à 18h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Tres belle initiative

Je me permets de réagir à cet article afin d'une part de soutenir cette initiative mais au delà j'espère que ce projet servira de modèle pour les générations fututres d'immeubles.

Chargé d'opération Développement Durable au sein d'une SEM et doctorant droit public (sur le droit du développement durable) , il s'avère que je reste profondément intéressé par ce type de projet.

En effet, la SEM dans laquelle je travaille s'est donnée comme objectif d'atteindre "l'excellence environnementale" au sein de ses opérations d'urbanismes opérationnels. Il va s'agir plus précisément, au delà d'afficher une étiquette développement durable, de contribuer au progrès de réduction des émissions de GES et ainsi jouer le rôle de ""précurseur"" en matière d'économies dénergies.

Par ailleurs, je profite de ce mmessage pour demander si des initiatives analogues sont également en train de naître aux 4 coins de la France et de l'Eurpoe dans la mesure où il me semble que, pour avancer dans ce domaine, le tissage d'un réseau demeure un socle et une base de lancement indispensable afin de lutter contre les émissions de GES.

Sincères salutations,

Julien DELAGE

julien.delage@hotmail.fr

julien | 05 juillet 2007 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pourqu'oi ne pas être plus ambitieux

Pourquoi ne pas apprendre à parler francais ?

ted | 06 juillet 2007 à 16h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Pourqu'oi ne pas être plus ambitieux

Pour répondre à ta question sur le bois : oui, la filière d'approvisionnement a été étudiée.
En fait, pour toute les constructions de chaudières au bois, un plan d'approvisionnement doit être proposé et étudié parce que c'est justement l'un des points critiques lors de la vie du bâtiment et de la chaudière. Et c'est généralement des filières "plutot" courtes qui sont choisis pour des simples raisons de couts et de rentabilité économique du projet...

Par contre, pour ce batiment précis, je ne sais pas ce qui a été retenu...

Alex

Alex | 06 juillet 2007 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Pourqu'oi ne pas être plus ambitieux

Il manque dans l'article tout le volet économique du projet.

Si le surcout du batiment (sur toute sa durée de vie) n'est par exemple que de 5 ou 10%, on pourrait envisager de rendre cette méthode de construction obligatoire, non? On pourrait meme subventionner, par exemple par une exonération de TVA...

ric | 11 juillet 2007 à 14h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La même expérience existe aussi à TOULOUSE

Le Groupe MONNE-DECROIX construit spon siège social selon les mêmes objectifs.

5400 m² de bâtiment tertiaire seront construits sur la rocade menant à l'aéroport de Blagnac.

Anonyme | 06 septembre 2007 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
coût de l'opération ou coût des travaux ?

Bonjour,

Pourrait-on avoir une idée du coût de la construction, équipements compris ?
soit un prix construction /m² de SHO
soit un prix d'opération /m² de SHo.

Sincères salutations

Anonyme | 07 septembre 2007 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager