En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Energies marines : le marché accélère

Plus de 500 MW d'énergies marines (hors éolien offshore posé) sont installés aujourd'hui. De nombreux projets sont dans les cartons, la plupart en phase de démonstration. Mais la commercialisation n'est plus loin pour certaines technologies.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Energies marines : le marché accélère

"Une grande partie des technologies d'[énergies marines renouvelables (EMR)] sont passées du stade de concept au stade de démonstrateur, voire au stade de commercialisation. Elles voient leur coût de production progressivement diminuer et entrer en compétition avec des technologies à base fossile, en particulier dans les zones insulaires", note EY, dans une étude présentée lors du salon Seanergy le 1er juin. Et ces coûts devraient encore être réduits de 50 à 70% entre les fermes pilotes et les fermes commerciales, souligne Alexis Gazzo, associé EY. De fait, de nombreux pays sont entrés dans la compétition internationale. Si la France a pris du retard sur l'éolien offshore posé, elle tente de se rattraper sur d'autres filières, comme l'éolien flottant, l'hydrolien ou l'énergie thermique des mers.

Quel marché demain ?

"Théoriquement, les EMR pourraient à elles seules couvrir largement la demande mondiale en électricité", rappelle EY. Mais, en 2015, la capacité mondiale installée est encore minime : 562 MW hors éolien offshore posé, soit 0,03% de la capacité des énergies renouvelables installées.

 
Eolien offshore : la France à la traîne Onze gigawatts d'éolien offshore posé ont été installés dans le monde, soit 80 fermes et plus de 3.000 turbines, indique Wind Europe. L'année 2015 a été record avec plus de 3.000 MW installés, soit 754 turbines. "Ces volumes permettent de réduire les coûts. Nous nous attendons pour 2020 à un coût de production de 100 €/MWh (raccordement compris) et, pour 2025, 80 à 85 €/MWh".

En France, la première éolienne posée devrait être mise en service, dans le meilleur des cas, en 2019. Les parcs lauréats du premier appel d'offres devraient obtenir l'ensemble des autorisations dans les semaines à venir. La longueur des procédures retarde la France, mais renchérit aussi le coût des projets... Les industriels ciblent plutôt 100 à 120 €/MWh pour les projets mis en œuvre en 2030.
 
"Toutes les projections s'accordent à dire que l'on pourrait avoir plusieurs centaines de gigawatts installés dans les décennies à venir. Ces projections n'ont rien de déraisonnable. Pour l'éolien terrestre, la capacité installée est passée de 50 à 400 GW en dix ans", indique Alexis Gazzo.

Pour l'heure, la Corée du Sud (256 MW), la France (242,5 MW), le Canada (22 MW) et le Royaume-Uni (2,2 MW) sont les plus en avance, représentant 90% de la puissance d'EMR installées dans le monde. Mais de nombreux autres projets sont planifiés, sauf pour l'énergie marémotrice pour laquelle les zones propices sont limitées. De fait, alors que 519 MW ont déjà été installés dans le monde, seulement 2 MW supplémentaires sont à l'étude.

En revanche, alors que seulement 4 MW d'énergie houlomotrice ont été installés aujourd'hui, 411 MW sont prévus à travers le monde, dont 350 MW au Japon et 40 MW au Royaume-Uni. Ces volumes devraient accélérer la baisse des coûts, note EY.

Idem pour les hydroliennes. Alors que 8 MW ont déjà été installés, 139 MW supplémentaires devraient voir le jour, dont 96 MW au Royaume-Uni et 14 MW en France. La dernière étape avant la commercialisation devrait être franchie au Royaume-Uni, en France et au Canada entre 2016 et 2020, analyse EY.

L'éolien flottant, moins mature, devrait également voir ses capacités fortement augmenter, de 18 MW aujourd'hui à 413 MW dans les cinq prochaines années. Le Portugal (150 MW), le Japon (116 MW), le Royaume-Uni (110 MW) et la France (36 MW) font la course en tête. Les Etats-Unis devraient les rejoindre, voire les dépasser : ils envisagent 1.200 MW de projets, dont 800 MW en Californie… Ainsi, d'ici 2050, la capacité installée en éolien flottant pourrait atteindre 250 GW, estime EY.

Enfin, l'énergie thermique des mers (ETM) est encore au stade de la R&D, avec seulement 0,2 MW installés (en Corée du sud et en Chine), et 11 MW programmés, dont 10 MW en France (projet Nemo porté par DCNS et Akuo en Martinique).

La France mise sur l'hydrolien et l'éolien flottant

"La France, de par sa surface côtière, la deuxième plus large au monde, peut tirer parti de ces ressources énergétiques peu exploitées aujourd'hui", analyse EY. Le potentiel est estimé entre 3 et 45 GW. La programmation pluriannuelle des investissements (PPI), modifiée en avril, prévoit que 100 MW d'EMR (en dehors de l'éolien offshore posé) soient installés d'ici 2023, et que "200 à 2.000 MW supplémentaires pourraient être consentis".

Plusieurs sites pilotes sont dédiés au développement des différentes technologies : SEM-REV (Loire-Atlantique), Paimpol-Bréhat (Côtes d'Armor), SEENEOH (Gironde), Mistral (Bouches-du-Rhône)… Plusieurs appels à projets visent à soutenir les futurs démonstrateurs (hydrolien, éolien flottant) et de premiers appels d'offres commerciaux sont envisagés d'ici 2020.

"L'hydrolien est une filière prometteuse pour laquelle la France figure en bonne position dans la compétition internationale", analyse le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), Jean-Louis Bal. Une première hydrolienne a injecté ses premiers kilowatts heures au réseau fin 2015 (Ouessant). Une deuxième devrait être prochainement raccordée à Paimpol-Bréhat.

"La France se place dans le peloton de tête de l'éolien flottant", note également Jean-Louis Bal. Dix candidats ont pour l'heure postulé à l'appel d'offres pour des fermes pilotes.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager