Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Énergies renouvelables : pas d'accélération sans adhésion, selon le Cese

Vouées à se démultiplier, les infrastructures liées aux énergies renouvelables doivent aussi être mieux acceptées par les citoyens. Le Conseil économique, social et environnemental propose des solutions.

Energie  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com
Énergies renouvelables : pas d'accélération sans adhésion, selon le Cese

Sans l'adhésion des populations concernées, le développement des énergies renouvelables (ENR) risque d'être considérablement ralenti. Mais comment faire accepter les projets d'infrastructures nouvelles – et leurs inévitables nuisances – à des populations habituées à l'invisibilité des énergies produites ailleurs ? Comment convaincre les populations rurales d'avaliser ces modifications des équilibres entre les territoires ? Comment dépasser les points de vue individuels pour aller vers l'intérêt collectif ?

C'est à cette question que répond l'avis « Acceptabilité des nouvelles infrastructures de transition énergétique » du Conseil économique, social et environnemental (Cese), saisi par le Premier ministre en octobre dernier. Présenté et adopté mercredi 23 mars, ce document est le fruit de plusieurs mois d'enquêtes et d'auditions : auprès des acteurs de terrain et des collectivités locales, comme des pouvoirs publics, des experts des sciences sociales ou des énergéticiens.

L'importance du débat

Ses responsables se sont surtout intéressés à l'éolien terrestre, qui cumule le plus grand nombre de motifs de blocage, mais leurs conclusions s'appliquent, selon eux, à d'autres énergies. Les corapporteurs du document s'attachent d'abord à démonter quelques a priori. Ils notent ainsi que cette notion d'acceptabilité va bien plus loin que le syndrome « pas à côté de chez moi » auquel on la réduit parfois. Elle s'inscrit dans un processus participatif « qui commence à se forger bien en amont d'un projet précis, quand reste possible une négociation sur sa légitimité, ses modalités », explique Claire Bordenave, corapporteuse du rapport. Avec l'alternative de ne pas réaliser le projet… La légitimité des propositions et la répartition des efforts sont, par ailleurs, toujours questionnées.

ENR et écologie : même combat ?

Autre observation : la solution des ENR est imaginée comme une écologie de proximité. Or, ces dernières présentent souvent des caractéristiques industrielles par leur taille imposante, leur nombre, leur emprise foncière ou le trafic incessant de camions, pour alimenter un gros méthaniseur par exemple. D'où les impacts de ces infrastructures sur les paysages et la biodiversité, ainsi que les craintes générées pour la santé. Elles se concentrent aussi en milieu rural alors que la consommation énergétique y est moins importante qu'en zone urbaine. Par manque de filières françaises et faute d'une fiscalité adaptée, les retombées économiques sur les territoires concernés sont peu visibles. Enfin, les projets se développent au gré des décisions des développeurs, sans concertation nationale et sans garantie que la somme des projets répondra aux objectifs nationaux.

Une cohérence nationale

 
L'État doit donner de la lisibilité aux porteurs de projets et inscrire les énergies renouvelables dans un contrat de service public  
Claire Bordenave, corapporteuse, Cese
 
Le rapport s'intéresse donc aux différents niveaux de la prise de décision et préconise d'associer trois démarches susceptibles d'éclairer et de faire participer tous les publics. La première démarche, descendante, consiste à définir un aménagement du territoire lisible et partagé. Pour le Cese, celui doit comprendre une planification nationale de la massification des ENR, nécessaire pour éviter le « coup par coup », au gré des opportunités privées, et suffisamment pilotable pour corriger toute déviation. « L'État doit en assurer la cohérence, donner de la lisibilité aux porteurs de projets et inscrire les énergies renouvelables dans un contrat de service public », insiste Claire Bordenave.

Cette programmation devrait également intégrer le développement des filières industrielles had hoc, soutenues par des clauses dans les appels d'offres favorisant les emplois locaux. Elle pourrait aussi donner un aperçu de nos futurs consommations et modes de vie. « Il faut donc prendre le temps d'un grand débat national sur la stratégie française énergie-climat », analyse Claire Bordenave. Une mesure indispensable, selon le Cese, pour clarifier la nature d'intérêt général des projets ainsi que leurs retombées pour les ménages, les régions et les acteurs économiques, afin de se prémunir en amont contre leurs principaux impacts et pour éviter une remise en cause de la trajectoire globale lors des concertations locales.

L'implication du terrain

En s'appuyant sur des diagnostics sociaux, environnementaux, paysagers et patrimoniaux, ce programme a en effet vocation à être décliné en objectifs par les conseils régionaux, puis par les collectivités. Cette démarche pourra se mettre en place lors de concertations locales volontaires Climat-Energie-Paysages, avec les élus, les populations et les autres parties prenantes. Ces objectifs devraient ensuite, selon le Cese, s'intégrer à la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), comme le prévoyait le gouvernement pour les stratégies régionales. Mais ils sont aussi l'occasion de trancher entre plus ou moins d'ENR, plus ou moins de sobriété, de déterminer quels terrains pourraient accueillir des infrastructures, avec des impacts réduits par exemple, ou quels moyens d'appropriation locale choisir : énergie citoyenne, société d'économie mixte… Cette seconde démarche, ascendante, ne peut se passer de concertations préalables avec les porteurs de projets, en amont, au moment où il reste des marges de manœuvre, et avec une représentation équitable de tous les publics. Pour les projets de plus grande ampleur, le Cese recommande que l'avis de l'Autorité environnementale soit disponible à ce stade de la concertation. « C'est souvent le défaut de concertation qui crispe les riverains ou les associations et amène des contentieux à rallonge », remarque Nicolas Richard, rapporteur de cet avis.

Un projet juste et équitable

Enfin, un accompagnement socio-économique est nécessaire pour assurer un partage équitable des retombées et des efforts entre les individus, ainsi qu'une compensation des déséquilibres entre les territoires induits par ces infrastructures. Une nécessité d'autant plus importante que celles-ci vont se multiplier. À ce titre, la fiscalité liée aux projets gagnerait à être revue. Une partie des taxes perçues sur les énergies renouvelables pourrait, par exemple, contribuer à la lutte contre la précarité énergétique. « Cela reviendrait à revoir le contrat social implicite aujourd'hui entre l'urbain, le périurbain et le milieu rural », souligne Nicolas Richard. « La transition ne peut pas se traduire par une croissance des inégalités, prévient Claire Bordenave. Elle doit être au contraire l'occasion de les réduire. »

Réactions3 réactions à cet article

 

On croit rêver en lisant cet article : puisque nous n'en sommes encore qu'aux recommandations, faut-il comprendre que depuis toutes ces années, l'Etat ne fait donc pas son boulot ? Et que va-t-il advenir maintenant ? Cet avis va-t-il rester lettre morte comme la plupart des avis et autres recommandations dans ce pays ? On peut le craindre au vu de sa date de publication juste avant les élections présidentielles. A moins que, les choses bougent finalement un peu dans un premier temps, puis que les dispositions prises soient annulées un peu plus tard sous la pression d'une vision court-termiste, comme les mesures dites "fermes à la fourchette" ? La politique environnementale dans ce pays c'est comme dans la chanson "trois pas en avant, trois pas en arrière…"

JMLESU | 28 mars 2022 à 13h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Avant de vouloir "forcer" l'acceptabilité", il faut aupréalable que ce que l'on veut faire passer soit acceptable. La notion d'acceptabilité n'a de sens que si elle est subordonnée au fait d'être acceptable.
Or manifestement toutes les EnR ne sont pas acceptables en l'éta, et il serait probablement recommandable que le législateur comme le journaliste se rende sur les lieux avant d'agir.
Sincèrement

Daniel | 30 mars 2022 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entièrement d'accord avec Daniel. Un peu marre de l'approche manichéenne des professionnels du commentaire orienté, auto-proclamés "décrypteurs" mais la plupart du temps militants.
Je connais des professionnels de l'éolien, ce sont des industriels qui ont les mêmes préoccupations que ceux de l'agrochimie, la rentabilité de leur business.
Et je vis dans un Etat dont la fonction de planification harmonieuse des territoires n'est pas du tout assurée, victime de la forte "militance" de son administration (DGEC, ADEME) truffée de politiciens écologistes.

Albatros | 11 avril 2022 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Accompagnement juridique à toutes les étapes des projets EnR Cabinet Valentin Renoux - Avocat