En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les EnR : première source d'électricité en Allemagne

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Les énergies renouvelables (EnR) seraient devenues la première source de production d'électricité en 2014 en Allemagne, selon l'Office franco-allemand pour les énergies renouvelables (OFAEnR) invoquant un rapport d'étape du Gouvernement allemand de suivi de la transition énergétique.

Une analyse que partage dans un communiqué, la Fédération industrielle allemande de l'énergie et de l'eau (BDEW). " La part des énergies renouvelables dans la production brute d'électricité en Allemagne s'est élevée à environ 25,8 % en 2014", assure-t-elle.

Selon cette dernière, la lignite a contribué pour 25,6% à la production d'électricité, la houille pour 18%, l'énergie nucléaire pour 15,9%. Le gaz naturel a quant à lui diminué, de 10,7% en 2013 à 9,6% en 2014. De la même manière, les produits pétroliers sont passés de 1,1% à 0,8% en 2014.

Toutefois en agrégeant les données, le charbon (lignite et houille) reste le grand producteur d'électricité (43,6%).

La production d'électricité brute totale en Allemagne était en 2014 de 610,4 milliards de kWh (en 2013, 633,2).

L'électricité renouvelable aurait atteint les 157,4 milliards de kilowattheures : 52,4 milliards de kWh pour les éoliennes, 35,2 pour le photovoltaïque, 42,8 pour la biomasse, 6,1 pour les déchets organiques municipaux et l'hydroélectricité s'élève à 20,8 milliards de kWh.
L'investissement citoyen dans les renouvelables a certainement contribué à ce positionnement. Entre 2000 et 2010, plus de la moitié des capacités renouvelables électriques installées (53 GW au total) ont en effet été financées par des personnes privées (40%) ou des agriculteurs (11%), selon une étude de l'Institut du developpement durable (Iddri) et de l'Agence rhônapine de l'énergie et l'environnement (Raae).

Le plan d'action national efficacité énergétique allemand vise, quant à lui, une baisse de la consommation d'énergie primaire du pays de 20% à l'horizon 2020 (par rapport à 2008), comme la France, et de 50% à l'horizon 2050.

Réactions7 réactions à cet article

 

@Dorothée Laperche
Je voudrais exprimer mon indignation devant le titre accrocheur de votre publication digne de la plus mauvaise propagande. Vous confondez puissance installée et production d'électricité. Comment pouvez vous annoncer en titre "le renouvelable première source d'électricité en Allemagne" tout en indiquant dans l'article qu'elle ne représente que 25,3 % dont une part d'hydro-électricité (4 % environ).
Vous auriez aussi dû indiquer la part d'énergie fossile nécessaire pour suppléer les absences de vent soit plus de 57% et la part du nucléaire à plus de 15%.
Vous devriez aussi indiquer le prix que payent les ménages allemands soit 338 euros du MWh en Allemagne pour 175 en France et 119 aux USA.
Les énergies renouvelables intermittentes coûtent très cher, n'ont pas permis de sortir du nucléaire et génèrent une augmentation des émissions de C02.
UN EXEMPLE A NE PAS SUIVRE

ITC78 | 03 janvier 2015 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Très bien; que les allemands augmentent encore le pourcentage de leur renouvelable, pour qu'on voit comment stocker de l'électricité obtenue de façon aléatoire, pour répondre à des besoins qui ne le sont pas...

DL | 05 janvier 2015 à 13h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ITC78
Outre le titre un peu provocant, cette information aurait effectivement mérité un traitement plus approfondi: le contexte jouant un rôle clef dans la compréhension des données.
En attendant un plus ample article, nous l’avons complété de chiffres et de l'analyse de la Fédération Industrielle Allemande de l’Energie et de l’Eau (BDEW).
Cordialement

La rédaction | 05 janvier 2015 à 18h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les énergies renouvelables sont intermittentes en production (tout comme le nucléaire lorsqu'il n'y a pas assez d'eau de refroidissement ou le moindre incident), mais le stockage est de plus en plus utilisé, essentiellement sous forme de conversion en hydrogène lui-même injecté en heures creuses dans les stockages de gaz (pas plus que 20% du stockage total) afin d'être disponible en heures de pointe.

petite bête | 05 janvier 2015 à 18h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Allez, d'accord, article accrocheur mais comment attirer le lecteur (vous contre, et moi pour).
Il en résulte malgré tout une progression. Il est vrai qu'actuellement ce que l'on peut voir dans la transition énergétique Allemande, c'est le retour du charbon et la réouverture d'exploitation. Mais à terme, qui sera premier....Attendons un peu, laissons quelques années avant de montrer le mauvais côté de la chose. La transition énergétique doit passer peut être par des sacrifices écologiques pour mieux rebondir. Que sont deux ou 6 années de pollution au charbon pour stopper définitivement une production à risque et trouver le juste milieu en EnR ?
A 338 euros le MWh, on fait des économies et on réfléchit à sa consommation. Terminer les palais de Versailles que sont les maisons, allumées dans toutes le pièces..vides.
Laissons le temps au temps....

fab08022 | 05 janvier 2015 à 19h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien joué pour le titre trompeur ... A 0.2% prêt quand on sépare le lignite du charbon ! ...

Atomicboy44 | 05 janvier 2015 à 23h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@DL

"Très bien; que les allemands augmentent encore le pourcentage de leur renouvelable, pour qu'on voit comment stocker de l'électricité obtenue de façon aléatoire, pour répondre à des besoins qui ne le sont pas..."

Oui, mais le prix du MWh ne sera plus le même alors ...

Mais bon, ce que je vois moi en lisant, c'et que de toute façon, les productions ElectroENR et Lignites sont identiques. Ce qui signifie bien que l'allemagne a fermé ses réacteurs pour les remplacer par le charbon IMPORTÉ , en + du lignite.
Si on ajoute le fait que les ElectroENR (Éolien et Solaire en tête) ont des faibles taux de charges, le Bilan économico-climatique est négatif. Sauf si on ajoute le fait que le Lignite est tiré du sous-sol allemand...

Atomicboy44 | 05 janvier 2015 à 23h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager