En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Énergies renouvelables : prolongation des appels d'offres et des délais de mises en service

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

L'épidémie de Covid-19 a mis en suspens de nombreux chantiers, y compris d'énergies renouvelables. L'administration a donc décidé d'accorder des délais supplémentaires pour la mise en service des installations et de décaler les dates de clôture des prochains appels d'offres.

« Le choix a été fait par le ministère, concernant les [appels d'offres photovoltaïques] au sol (comme celui sur l'éolien), de maintenir une souscription en juillet à hauteur d'un tiers du volume prévu, et de reporter deux tiers du volume pour une période nouvelle en novembre. Pour les autres appels d'offres, un décalage simple des dates de souscription est prévu », résume le syndicat Enerplan, qui publie le nouveau calendrier.

Ainsi, pour les centrales solaires au sol, un tiers des volumes devra être déposé d'ici le 3 juillet, les deux tiers avant le 2 novembre. L'appel d'offres photovoltaïque dédié à Fessenheim, initialement clôturé le 31 juillet, est prolongé jusqu'au 30 septembre. La date de clôture de l'appel d'offres photovoltaïque sur bâtiments est décalée du 6 juillet au 6 septembre, celle de l'appel d'offre solaire photovoltaïque innovant du 3 avril au 3 juin. L'appel d'offres dans les zones non interconnectées (ZNI) est prolongé jusqu'au 12 août (initialement le 12 juin). Enfin l'appel d'offres autoconsommation, qui devait se clôturer le 18 mai, est prolongé jusqu'au 18 juillet.

« Pour la tenue des chantiers, des discussions ont eu lieu avec les ministres des concernés. Il en ressort que la règle générale est que, partout où cela est possible, les chantiers doivent se poursuivre. Un guide des bonnes pratiques sanitaires est en cours d'élaboration, et devrait être disponible en début de semaine », précise Enerplan.

Cependant, dans un courrier du 19 mars, le ministère a indiqué qu'il accorderait des délais forfaitaires aux projets en cours mais contraints de retarder leur mise en service. Ces délais « seront définis en lien avec les filières lorsque la situation sera rétablie et pourront être différenciés en fonction des technologies », précise le courrier.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager