En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Quand les énergies renouvelables permettent un retour à l'emploi

Faire travailler des personnes du territoire éloignées de l'emploi, c'est là que réside l'intérêt d'établir des clauses sociales avant le démarrage d'un chantier. Exemple d'une centrale solaire photovoltaïque construite en Gironde.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

Un des problèmes fondamentaux pour le développement des énergies renouvelables reste l'acceptation sociale. Les projets impactent le paysage de façon conséquente. Les entreprises du secteur doivent développer les projets de manière concertée avec les acteurs du territoire.

Valorem, une société française de production d'énergies renouvelable, a choisi de multiplier dans un premier temps les offres de financement participatif notamment via des plateformes de crowdfunding. Objectif : impliquer davantage les habitants dans un projet, en leur permettant d'investir ou de prêter dans le but de profiter d'intérêts financiers, avec des intérêts bonifiés pour les résidents les plus proches du projet. Aujourd'hui, de nombreux développeurs font appel au financement participatif, même les parcs éolien en mer.

Pour aller plus loin, le développeur a opté pour une approche plus directe et sociale, par le biais du retour à l'emploi. Cette seconde stratégie, que Valorem développe depuis 2016 pour plusieurs centrales photovoltaïques au sol dans le département de la Gironde, s'est appuyée sur la mise en place d'un dispositif de clauses d'insertion sociales. L'idée étant de dédier au moins 7% des heures de travail nécessaires au chantier à des personnes du territoire éloignées de l'emploi. Explications dans le reportage vidéo avec Christophe Papin, directeur du plan local pour l'insertion et l'emploi (PLIE) du Libournais et Marie Bové, chargée des relations publiques chez Valorem.

Réactions2 réactions à cet article

 

....et nos centaines de milliers de toitures exposées plein sud….c'est idéalement le lieu pour installer les PV et PVT proche des endroits d'autoconsommation. Y'en a marre de vouloir tjs tout centraliser...ils faut sortir de ces concepts de l'ancien temps afin de donner plus de liberté aux citoyens et de l'impliquer individuellement dans cette transition EnR

ActiVE | 02 juillet 2019 à 08h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis d'accord, sans compter qu'on va encore rendre stériles des sols qui pourraient être utiles pour notre agriculture, défricher des forêts qui sont plus que jamais indispensables au vu des perturbations climatiques qui s'intensifient. Nous devons rénover entièrement notre vieille maison familiale (girondine en pierre de taille qui date de 1835), le devis est déjà très conséquent, j'aimerais pouvoir en profiter pour installer un système solaire (avec une surface de toitures d'au moins 300m2 exposés plein sud, ce serait efficace), mais impossible de rajouter cette charge au devis actuel.

Orie | 04 juillet 2019 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…