En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Photovoltaïque : vers 10% du mix électrique d'ici 2028

Energie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

Après l'éolien, le secteur du photovoltaïque pourrait avoir son groupe de travail. C'est en tout cas ce qu'a promis le gouvernement aux membres du syndicat Enerplan. Celui-ci a profité de son Assemblé générale fin novembre pour acter ses desiderata. Premier objectif : passer de 2% d'électricité solaire dans la production électrique française à 10% en 2028, et entre 15 et 20% en 2035, en commençant par mettre en œuvre une feuille de route sur 10 ans. "Ce sont des objectifs réalistes et ambitieux", estime Daniel Bour, président d'Enerplan. Ce dernier les a d'ailleurs mis sur la table des discussions de la future PPE. Ils ont été accueillis avec "un silence bienveillant" même si, pour l'instant, Daniel Bour "ne se retrouve pas dans les objectifs envisagés à l'horizon 2028".

En attendant, le syndicat demande de doubler les volumes des appels d'offres pour accélérer le développement de l'électricité solaire, et ce, dès avril prochain lors de l'ouverture de l'appel d'offres sur toiture. "Il est temps de moderniser le système", ajoute Daniel Bour en préconisant de réserver les appels d'offres aux plus grands projets (à partir de 1 MW). Pour encadrer la construction des centrales une fois les appels d'offres gagnés, Enerplan est favorable à une baisse du tarif d'achat si la centrale n'est pas construite dans les temps, avec une date limite au delà de laquelle le tarif serait perdu. L'objectif est surtout de décourager ceux qui veulent jouer la montre en attendant des prix plus bas.

Le syndicat mise aussi sur l'autoconsommation pour réconcilier les Français avec le solaire photovoltaïque. "L'autoconsommation devient économiquement intéressante. Il faut anticiper son développement pour éviter l'apparition d'une bulle", prévient Daniel Bour. Pour l'instant, le cadre juridique n'est pas parfait : "On ne peut pas s'en contenter pour convaincre les banques", explique-t-il. De même pour l'autoconsommation collective. Enerplan attend avec impatience la mise en place d'une tarification (Turpe) "juste et adaptée" et demande à élargir les possibilités en l'autorisant sur des boucles électriques plus grandes. Pour l'instant, l'opération d'autoconsommation est dite collective lorsque la fourniture d'électricité est effectuée entre producteurs et consommateurs dont les points de soutirage et d'injection sont situés en aval d'un même poste de transformation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…