Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les Canadiens contaminés au plomb et au Bisphénol A

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
En collaboration avec Santé Canada et l'Agence de la santé publique, l'institut statistique canadien a publié le 16 août les résultats d'une enquête destinée à mesurer la présence de plus de 80 contaminants et substances chimiques auprès de 5.600 Canadiens âgés de 6 à 79 ans. Les mesures ont été recueillies entre 2007 et 2009.

Résultat de l'enquête : des traces de bisphénol A (BPA), un composé chimique de synthèse, ont été relevées dans les urines de 91% des Canadiens à une concentration volumétrique moyenne de 1,16 microgramme par litre (μg/l). Le résultat concorde avec ceux d'études internationales indiquant des concentrations moyennes ou médianes allant de 1 à 3 μg/l, souligne l'étude. La population des 12-19 ans étant la plus touchée, avec une moyenne de 1,5 microgramme. Les concentrations restent les plus faibles chez les plus de 60 ans, avec 0,9 microgramme. Le bisphénol A, utilisé notamment dans les plastiques alimentaires (polycarbonate et polyépoxy) dont les biberons, est soupçonné d'être un perturbateur endocrinien. ''Étant donné la courte demi-vie du bisphénol A ingéré et la fréquence élevée de détection, les données tendent à indiquer une exposition continue généralisée au sein de la population canadienne'', indique le rapport. Rappelons que le Canada a interdit la vente des biberons contenant du Bisphénol A.

Des concentrations sanguines de plomb ont aussi été détectées touchant 100% de la population canadienne dont la moyenne a été établie à 1,34 μg/dL (microgrammes par décilitre), bien qu'elles aient chuté depuis 1970 d'un tiers. ''Les adultes de 60 à 79 ans et les hommes présentaient une moyenne géométrique de la plombémie nettement supérieure aux autres groupes. Les ménages à faibles revenus, les personnes nées à l'extérieur du Canada, les résidents d'un logement construit depuis plus de 50 ans, les fumeurs anciens ou actuels et les personnes consommant de l'alcool au moins une fois par semaine étaient liés à de plus fortes plombémies'', précise l'enquête. Moins de 1 % des Canadiens âgés de 6 à 79 ans ont des taux supérieurs à 10 μg/dL de sang, ''qui est le seuil d'intervention'', précise l'étude.

Des concentrations sanguines de mercure ont également été relevées chez 88 % des Canadiens âgés de 6 à 79 ans. La concentration moyenne était de 0,69 microgramme par litre. Les concentrations de mercure étaient plus basses chez les enfants et les adolescents de 6 à 19 ans que chez les adultes de 20 à 79 ans.

Réactions1 réaction à cet article

 
plomb et BPA

l4ARTICLE SUR L42TUDE CANADIENNE EST TRES INTERESSANTE. Par contre j'aimerai savoir comment le quidam moyen peut se faire analyser son sang afin de déterminer si nous sommes contaminés par ces mêmes polutions (ou d'autres). Car personnellement nous habitons dans une région ou les arboriculteurs traitent presque tous les jours leurs "pommiers" aux phytosanitaires, je suis certaine que la population environnante en subie les conséquences, aussi serait-il interessant de pouvoir approndir ces contaminations par des analyses spécifiques. Merci.
Iliana

Iliana | 21 août 2010 à 23h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XPERT : analyseur RoHS pour le contrôle des produits de consommation Olympus France