En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un salarié sur dix est exposé à un produit chimique cancérogène

Près de 2,2 millions de salariés ont été exposés en 2010 à au moins un produit cancérogène, selon la dernière enquête Sumer du ministère du Travail. Les plus exposés sont les ouvriers et les apprentis issus des secteurs du BTP ou de la maintenance.

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

En 2010, près de 2,2 millions de salariés, soit dix pour cent d'entre eux, ont été exposés à "au moins un produit chimique cancérogène au cours de la dernière semaine travaillée", selon l'enquête Sumer (surveillance médicale des expositions aux risques professionnels) pilotée par la Direction de l'animation de la recherche (Dares) du ministère du Travail, publiée le 10 septembre.

Cette enquête, menée avec la Direction générale du travail (DGT), s'est déroulée de janvier 2009 à avril 2010. Elle a porté sur près de 48.000 personnes représentatives de près de 22 millions de salariés. Le champ de l'édition 2010 couvre 92% des salariés de France métropolitaine et de La Réunion, interrogés par 2.400 médecins du travail.

Les ouvriers de la maintenance et du BTP les plus exposés

Les ouvriers représentent plus des deux tiers des salariés ayant été les plus exposés à un cancérogène chimique, au cours de la semaine précédent l'enquête Sumer. Les secteurs les plus concernés sont la maintenance (43% des salariés exposés), le bâtiment et les travaux publics (BTP, 32%) et la mécanique-travail des métaux (31%). Viennent ensuite le domaine des "matériaux souples, bois, industries graphiques" (30%), l'artisanat (29%), les industries de process (20%), l'agriculture (13,5%) et le tertiaire (6,4%).

L'exposition à au moins trois produits cancérogènes touche "en premier lieu" 8% des salariés de la maintenance et 5% du BTP. Dans la maintenance, les expositions les plus fréquentes concernent les huiles minérales entières, les gaz d'échappement diesel, les hydrocarbures aromatiques halogénés et les fibres céramiques réfractaires utilisées en remplacement de l'amiante. Dans le domaine du BTP, les cancérogènes les plus relevés sont la silice cristalline (bétons, mortiers, ciments…), les poussières de bois, les gaz d'échappement diesel et les goudrons de houille.

Des expositions plus fréquentes pour les jeunes

Au total, l'enquête recense près de 3,4 millions de situations d'exposition au cours de la dernière semaine travaillée, les salariés "pouvant être exposés à plusieurs produits chimiques cancérogènes". Dans près de la moitié des cas (46%), les expositions sont ponctuelles et ont duré moins de 2 heures mais pour 23% des expositions, la durée a dépassé 10 heures par semaine.

Dans 72% des situations, l'exposition aux produits est jugée d'intensité "très faible ou faible" par les médecins du travail. Reste que pour 8% des situations, ces derniers ont relevé une exposition "forte"- autour de 50% de la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP) - et "très forte" dépassant la VLEP pour 2 % des situations. Cette intensité forte ou très forte "est plus souvent signalée" dans les domaines professionnels "matériaux souples, bois, industries graphiques" (20% des cas) et "industries de process" (14 %) ainsi que pour les apprentis et les stagiaires (14%).

"D'où l'importance de réduire l'exposition au niveau le plus bas possible", préviennent les enquêteurs. D'autant que les jeunes travailleurs restent en effet les plus exposés (16% des moins de 25 ans) à ces cancérogènes contre 7% des plus de 50 ans. 27% des apprentis et des stagiaires travaillent dans deux des cinq domaines les plus exposants, le BTP et la mécanique-travail des métaux. Or, les activités confiées aux apprentis et aux nouveaux embauchés, comme le nettoyage de zones empoussiérées ou le dégraissage de pièces, sont "souvent à risque".

Entre 2003 et 2010, la proportion de salariés exposés à un produit cancérogène a globalement baissé passant de 13 à 10% (voir encart), à l'exception des apprentis et des stagiaires, ajoute l'étude. L'exposition de ces derniers a augmenté dans les secteurs de la construction et de l'industrie manufacturière et est restée stable dans les autres secteurs.

 
Une baisse des salariés exposés entre 2003 et 2010 Entre 2003 et 2010, le nombre de salariés exposés a diminué pour tous les cancérogènes chimiques, à l'exception de la silice cristalline, des carbures métalliques frittés, du cobalt et du cadmium. Cette baisse s'explique notamment par des changements de procédés de production ou par la substitution des produits cancérogènes par des produits moins dangereux.
Ainsi, le nombre de salariés exposés au trichloréthylène a été quasiment divisé par trois entre 2003 et 2010 grâce à l'utilisation de produits de substitution tels que les produits lessiviels comme dégraissants, relève l'enquête.
 

Une protection des salariés "insuffisante"

Des axes de prévention "prioritaires" devraient donc "se dégager vis-à-vis des jeunes salariés", préconisent les médecins du travail, en pointant des protections collectives et/ou individuelles encore insuffisantes. "Cette forte exposition des plus jeunes est un élément majeur à prendre en compte afin d'améliorer la prévention dès le début de la carrière du salarié et préserver sa santé tout au long de son activité professionnelle". Or, les médecins du travail ont signalé l'absence d'une protection collective dans 35% des situations d'exposition.

Si une ventilation générale des locaux était toutefois présente dans 19% des cas, elle est "peu efficace" pour les produits chimiques cancérogènes, puisqu'elle admet un niveau de pollution résiduelle sur les lieux de travail, déplore l'enquête. Ainsi, dans le domaine du BTP, 57% des salariés exposés n'avaient aucune protection collective pour au moins un produit en 2010. Ils étaient 37% dans le domaine de la maintenance.

Concernant les protections individuelles mises à la disposition des salariés (protection respiratoire, cutanée, oculaire), les données de l'enquête ne permettent pas de savoir si ces protections sont adaptées aux situations d'exposition "ni si elles sont effectivement utilisées par les salariés".

Un rapport de préfiguration du troisième Plan Cancer, remis fin août au ministère de la Santé, recommande l'étude du risque particulier de cancer d'origine professionnelle dans les populations défavorisées. "Le nombre reconnu de cancers d'origine professionnelle est encore très faible, particulièrement pour les cancers non liés à l'amiante", relève par ailleurs le rapport. Sur les 1.773 cancers reconnus en 2010 (en baisse de 3,1% par rapport à 2009), 1.473 résultent d'expositions anciennes à l'amiante, mais seulement 74 aux poussières de bois, 63 aux huiles et goudrons et 41 au benzène. Dans un avis publié le 11 septembre, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a également pointé les risques cancérogènes des travailleurs exposés aux liants bitumineux et à leurs émissions.

Réactions4 réactions à cet article

 

Bien entendu, il faudra retirer de ce calcul de statistiques tous les fumeurs intensifs ou occasionnels qui délibérément se soumettent à des produits cancérigènes.
En outre concernant la fumée des gaz d'échappement de moteurs diesels, l'exposition de la population n'est pas de 10%, 30% ou 70% mais 100%. Dans une ville comme Paris tout le monde est exposé à la négligence des pouvoirs publiques qui sans attendre devraient immédiatement augmenter les taxes sur le diesel et baisser les taxes sur l'essence. Le bon sens n'est malheureusement pas la chose la plus partagée.

arthur duchemin | 17 septembre 2013 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo! Yaka!
Mais comment n'y a-t-on pas pensé plus tôt? Un bonne petite taxe et pffuittt, plus d'exposition professionnelle. Merveilleux. Lumineux.
Où comment galéjer sur un sujet sérieux...
NB: la baisse des salariés exposés de 2003 à 2013 correspond exactement à la disparition pure et simple d'emplois industriels. Le sujet: faire disparaître les jobs et la production ou bien s'atteler sérieusement à mettre en oeuvre une prévention ET une protection efficace?
Demandez aux Allemands ce qu'ils font...

Albatros | 17 septembre 2013 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la baisse vient également et surtout de la modernisation des pratiques industriels.
Lorsqu'on fabrique du ciment on récupère les poussières, idem pour les sciures.
On filtre et traitent les rejets de vapeurs toxiques dans le traitement de surface et l'industrie du travail des métaux utilise de moins en moins de trichloréthylène. Son utilisation est d'ailleurs strictement encadrée maintenant.
Je pense que c'est essentiellement ces raisons qui ont permis de baisser les expositions.
Il y a 10 ans la notion d'HSE était très très floue. Maintenant bcp d'entreprises ont un responsable qui s'en occupe.
Ce qu'il serait intéressant c'est de chiffrer le gain (moins de maladie, plus de durée de vie, moins d'accidents et d'arrêt de production ... ) Je pense qu'on serait surpris. Dans le bon sens.
Attention, la fermeture de certaines usines joue également. Surtout les vieilles usines familiales qui n'avaient que peu d'investissements en matières d'environnement et peu d'éducation (les habitudes sont très dure à changer).

Terra | 17 septembre 2013 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien sûr la baisse est salariés exposés est en partie dû à la suppression/disparition d'emplois industriels mais pas que, il ne faut pas être caricatural...la prévention dans ce domaine progresse énormément, que se soit concernant les obligations générales de sécurité mais également concernant la technique (protections collectives, substitution des produits...). Il reste énormément de choses à faire notamment concernant l'amiante et les solvants mais n'oublions pas que 15 ans en arrière, la culture sécurité n'existait que dans quelques secteurs bien spécifiques). Et n'oublions pas non plus les autres secteurs, il n'y a pas que l'industrie mais également l'artisanat et surtout les emplois publics où les expositions cancérogènes sont très importantes. Alors oui il y a des choses à faire mais n'exagérons rien, soyons positif pour devenir plus performants !

Prévention cancers pro | 18 septembre 2013 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager