Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Renouvelables électriques : le rythme de développement est en deçà des objectifs fixés

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Fin septembre 2020, le parc français d'énergies renouvelables électriques atteignait 56,5 GW. Suivant cette trajectoire, il devrait atteindre 57,7 GW fin 2020, soit 2,8 GW de plus qu'en 2020, estime le baromètre des énergies renouvelables électriques, publié par Observ'er, l'Ademe et la FNCCR, le 11 janvier. Soit un volume équivalent à celui de 2019, ce qui peut être perçu comme une bonne ou une mauvaise nouvelle. Une bonne car, malgré la crise sanitaire, le rythme de déploiement n'a pas faibli. Une mauvaise car ce rythme est insuffisant pour atteindre les objectifs nationaux fixés à l'horizon 2028. Le retard pris va être difficile à rattraper, estime Frédéric Tuillé, responsable des études d'Observ'er.

Quatre-vingt neuf pour cent des nouvelles capacités installées sont éoliennes ou photovoltaïques. Or, au rythme actuel, l'éolien terrestre devrait marquer un décrochage de 3 ou 4 GW en 2028 par rapport aux objectifs fixés. Le photovoltaïque est déjà en décrochage par rapport aux objectifs intermédiaires pour 2023.

En additionnant les objectifs que se fixent les régions françaises dans les schémas régionaux d'aménagement et de développement durable (Sraddet), « on observe de belles ambitions pour le photovoltaïque et des ambitions moindres pour l'éolien », indique Frédéric Tuillé. Pour le solaire, les objectifs nationaux 2028 devraient être atteints, voire dépassés. En revanche, en additionnant les ambitions régionales dans l'éolien pour 2030, on obtient un volume inférieur à celui attendu à l'échelle nationale pour 2028.

« Il faut sans doute repenser l'approche des projets renouvelables. Plusieurs barrières ont été identifiées. L'acceptabilité sociale va jouer un grand rôle dans les années à venir », analyse Frédéric Tuillé.

 

Réactions1 réaction à cet article

 

Pendant la petite période de froid que nous venons de traverser, la production éolienne a été jusqu'à moins de 1 GW pour 16 GW installés (et quasi 2 GW de charbon) : un rendement de 6 % ! Il faut arrêter cette gabegie qui fait courir des risques majeurs aux réseaux. Ce ne sont pas ces moulins pathétiques qui vont améliorer notre bilan carbone.

dmg | 12 janvier 2021 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager