Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

EnR, végétalisation des toitures et parkings : des obligations renforcées

Bâtiment  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Lors de la discussion du projet de loi climat à l'Assemblée nationale, les députés ont adopté des amendements qui ont réécrit l'article 24 relatif à l'équipement des toitures en installations de production d'énergies renouvelables (EnR) ou par des systèmes de végétalisation.

L'obligation d'équipement, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2023, s'applique aux surfaces commerciales, industrielles ou artisanales, aux entrepôts et aux hangars dès 500 mètres carrés (m2) d'emprise au sol. Un amendement de la députée LReM Cendra Motin (Isère) a rendu cette obligation également exigible lors de la construction neuve de 1 000 m2 de locaux à usage de bureaux. L'obligation porte aussi sur les extensions ou rénovations lourdes, qui seront définies par décret, des bâtiments en question. Un arrêté ministériel fixera les caractéristiques minimales attendus des systèmes de végétalisation.

Les aires de stationnement associées à ces bâtiments doivent intégrer des revêtements de surface, des aménagements hydrauliques ou des dispositifs végétalisés favorisant la perméabilité et l'infiltration des eaux pluviales, tout en préservant les fonctions écologiques des sols.

Le Sénat a adopté le 18 juin un amendement de Frédéric Marchand (RDPI – Nord) qui renforce les obligations relatives aux parcs de stationnement. Les parcs extérieurs de plus de 500 m2 doivent intégrer de tels équipements ou des ombrières sur au moins la moitié de leur surface. Dans ce dernier cas, les ombrières doivent intégrer un procédé de production d'EnR sur la totalité de leur surface. Des dérogations seront possibles qui seront précisées par décret. « Le couplage des deux solutions peut également être envisagé, en tenant compte de la plus forte capacité de rafraîchissement des dispositifs végétaux, d'une part, et du rendement variable des panneaux photovoltaïques selon les lieux où ils sont installés, d'autre part », explique le député. Ces obligations renforcées seront applicables à compter du 1er janvier 2024.

Réactions1 réaction à cet article

 

Trop de bâtiments "boîtes à chaussures" sortent encore de terre dans des ZAC ou des zones de chalandise sans la moindre obligation d'intégrer du photovoltaïque et de la récupération d'eau en toiture. Il paraît que prévoir une structure renforcée apte à cela renchérirait trop les projets et en tuerait beaucoup dans l’œuf. Alors, dans bien des secteurs, voir un bâtiment sortir de terre, surtout à côté d'autres abandonnés et orphelins depuis des années, suffit à enorgueillir et satisfaire pleinement les élus locaux et les techniciens de la collectivité. Alors, les obligations environnementales...

Pégase | 09 juillet 2021 à 22h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TRNSYS, logiciel de simulation thermique des bâtiments et des systèmes CSTB