Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les entreprises du CAC 40 renforcent la transparence sur leurs informations financières liées au climat

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Samedi 12 décembre pour les cinq ans de l'Accord de Paris, les 40 plus grandes entreprises françaises cotées au CAC 40 se sont engagées à appliquer, à partir de 2021, les recommandations de reporting climat publiées par la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD).

Créée en 2015, la TCFD définit des recommandations concernant la transparence financière des entreprises en matière de climat. « Les grandes entreprises doivent continuer à contribuer à la diffusion de bonnes pratiques et à l'embarquement de toute la chaîne de valeur vers l'objectif de neutralité carbone que le président de la République a fixé », s'est félicité le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dans un communiqué.

« Cela va permettre d'accroître la comparabilité entre les différentes normes existantes et créera plus de transparence sur les risques et opportunités liés aux enjeux climatiques pour le secteur financier », a aussi salué Thierry Déau, président de Finance for Tomorrow, la branche de Paris Europlace.

Selon Finance for Tomorrow, le nombre de dirigeants ayant apporté leur soutien à la TCFD est « passé de 100 en juin 2017 à plus de 1 600 aujourd'hui. En outre, près de 60 % des 100 plus grandes sociétés cotées dans le monde soutiennent la TCFD ou publient des rapports conformes aux recommandations (ou les deux) ».

Le soutien aux recommandations de la TCFD représentait l'un des douze engagements pris en 2017 lors du premier Sommet One Planet lancé par Emmanuel Macron pour financer la lutte contre le réchauffement climatique. Lors de la réunion One Planet Fonds souverains du 20 novembre 2020, les plus grands fonds souverains et gestionnaires actifs du monde, gérant collectivement plus de 30 000 milliards de dollars, se sont aussi engagés à adopter les standards TCFD.

Réactions1 réaction à cet article

 

Si ça n'est pas accompagné de limites à l'importation de produits non conçus dans le sens de la diminution de gaz à effet de serre.
Un exemple dans les pays étrangers y compris les pays de l'est dont l'Allemagne, fabriquent encore de l'acier à partir de minerai de fer coke et charbon qui est un des plus gros procédés générateurs de co2 pendant que nos recycleurs ont des montagnes de ferraille peu vendables et rémunérées environ 35/45 € la tonne à celui qui apporte (entreprises, déchetteries, particuliers) ne payant même pas le transport.
Pour moi ces merveilleuses bagnoles allemandes, italiennes etc, 60% d'acier de recyclage ou tva disuasive, 48% par exemple.
On veut lutter contre le co2 créer des richesses, un bon plan.
Tout le reste à l'avenant.

pemmore | 16 décembre 2020 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Economie circulaire : une expertise juridico-technique en droit des déchets LPA-CGR avocats