En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

De plus en plus d'entreprises donnent un prix au carbone

Depuis l'Accord de Paris, de nombreuses entreprises ont décidé de fixer un prix carbone dans leur propre comptabilité, indique CDP dans une nouvelle étude. Le but : prendre en compte le risque climatique dans les stratégies et les investissements.

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Quel est le point commun entre Bouygues, Engie, Microsoft Corporation, Nissan Motor Co. Ltd, Novartis, Saint-Gobain, la Société Générale ou encore Suez ? Toutes ces multinationales ont intégré un prix carbone à leurs stratégies d'affaires. Près d'une entreprise sur cinq utilise un prix carbone ou envisage de le faire dans les cinq prochaines années, estime le CDP (Carbone disclosure project), dans une étude publiée le 19 septembre, après avoir sondé plus de 5.700 entreprises. Et ce chiffre est en constante progression. "Les entreprises utilisent cette approche pour se préparer à un avenir sous contrainte carbone", analyse l'organisation.

Réorienter progressivement la R&D et les investissements

CDP s'interrogeait sur la perception qu'ont eu les entreprises de l'Accord de Paris. Sans surprise, celles opérant dans les secteurs les plus émetteurs se sentent les plus concernées par cet accord, et considèrent qu'il représente un risque ou une opportunité pour leur activité. C'est le cas pour 47% des entreprises œuvrant dans les "utilities" (électricité, gaz, eau…), 38% dans l'énergie, 37% dans les télécommunications, 32% dans les matières premières… En revanche, les entreprises œuvrant dans les biens de consommation (17%), la santé (18%) ou les technologies de l'information (19%) se sentent moins impactées par les engagements des Etats sur le climat.

Certaines entreprises vont plus loin en intégrant à leur comptabilité le coût du carbone. Et, constat intéressant, elles sont bien plus nombreuses depuis l'accord international sur le climat : 517 entreprises, soit 19% de plus qu'en 2015, déclarent avoir intégré un prix carbone comme outil de comptabilité et de gestion des risques et 732 envisagent d'en mettre un en place d'ici 2018, soit 26% de plus que l'année dernière.

Là aussi, les secteurs des services et de l'énergie sont les plus enclins à internaliser un prix carbone : respectivement 63% et 52% des entreprises intervenant sur ces marchés ont déclaré avoir fixé un prix à la tonne de CO2 émise, contre 40% dans le secteur des télécommunications, 35% dans les matériaux, 31% dans les services financiers, 25% dans les technologies de l'information.

Parmi les entreprises qui ont mis en place un prix carbone interne, 147 vont encore plus loin en établissant un objectif climatique. "Ces entreprises ont identifié le prix carbone comme un mécanisme qui peut aider à réaliser des réductions d'émissions et des objectifs connexes, explique CDP. Fixer un prix interne fournit une incitation ou une raison supplémentaire de réaffecter des ressources vers des activités à faibles émissions carbone ; c'est un critère pour les investissements en R&D et un moyen de révéler les risques cachés et les opportunités dans les activités d'une entreprise et dans ses chaînes d'approvisionnement".

Certaines d'entre elles (37) ont constaté un effet positif à la mise en place d'un tel mécanisme, notamment en termes d'efficacité énergétique, d'achat d'énergie ou encore de développement d'une offre de produits à faible intensité carbone.

Entre 1$ et 800 $ la tonne de CO2

Mais seulement 30% des entreprises ont souhaité divulguer le prix carbone qu'elles utilisent. Il va de 1$ à 800$ la tonne de CO2, indique CDP. "En règle générale, si des signaux réglementaires clairs existent sur le prix du carbone, la plupart des entreprises suivront ces niveaux de prix. Par exemple, de nombreuses entreprises au Canada et en Corée du Sud ont affiché des niveaux comparables avec les niveaux de prix en vigueur dans la tarification carbone existante dans ces pays. En revanche, les niveaux de prix varient considérablement entre les entreprises européennes, cela pourrait être du à la diversité des politiques de tarification du carbone dans cette région", analyse l'organisation.

Le groupe Total fait partie des entreprises qui communiquent sur leur prix carbone. Ainsi, depuis 2008, ses investissements intègrent un prix de 25€ par tonne de CO2 émise. "A compter de 2016, les nouveaux projets d'investissements présentés au comité exécutif sont évalués au moyen d'un coût de 30 à 40 USD la tonne de CO2 émise. Cette fourchette de prix est compatible avec les prix en général nécessaires pour favoriser, d'une part, le gaz sur le charbon pour produire de l'électricité et, d'autre part, la R&D dans les nouvelles technologies bas carbone", témoigne l'entreprise.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…