Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Éolien : un arrêté renforce les contrôles acoustiques pour lutter contre le bruit

MAJ le 23/12/2021
Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Le ministère de la Transition écologique a bien décidé de tenir sa promesse en matière de lutte contre le bruit produit par les éoliennes terrestres. Ce dimanche 19 décembre, le ministère a ainsi publié deux arrêtés apportant de multiples modifications aux arrêtés du 26 août 2011 relatif aux installations éoliennes classées pour la protection de l'environnement (ICPE).

Parmi les nouvelles règles instaurées (conservation lors de l'excavation de câbles réutilisés, fréquence des contrôles en termes de risques accidentels, etc.), plusieurs dispositions traitent de la conformité acoustique des éoliennes. Elles s'appliqueront, dès le 1er janvier 2022, à toutes les « installations existantes historiques » et quelques « installations nouvelles » soumises au régime ICPE de la déclaration. Concrètement, ces dernières constituent les aérogénérateurs dont le mât mesure moins de 50 mètres et les installations dont la puissance installée est inférieure à 20 mégawatts (MW). Les mesures seront, par ailleurs, applicables à toutes les installations soumises au régime ICPE de l'autorisation - dont les éoliennes font plus de 50 m de haut - nouvelles ou historiques.

Préalablement en consultation jusqu'au 9 novembre, le premier arrêté du 10 décembre 2021 et le second suppriment, d'une part, les niveaux de tolérance des émissions sonores admis jusqu'à présent. La réglementation prévoyait précédemment une tolérance de quelques décibels (dB) supplémentaires pour les émissions sonores de plus ou moins courte durée : notamment, de 3 dB pour une durée d'apparition du bruit de vingt minutes à une heure, à 0 dB pour une durée de plus de huit heures cumulées. Le seuil de bruit admis, ou « valeur d'émergence », ne pourra donc plus excéder les 70 dB, le jour, ou les 60 dB, la nuit, fixés par la loi.

D'autre part, les nouveaux textes obligent, dès l'an prochain, la vérification de la conformité acoustique dans les douze mois « qui suivent la mise en service industrielle » d'une installation. Ce délai pourra cependant s'allonger sur dix-huit mois « au plus tard » sur dérogation accordée par le préfet. À noter qu'aucune disposition relative à la réduction éventuelle de la vitesse des pâles ou à l'arrêt d'un parc pour nuisance sonore, évoquée par la ministre, Barbara Pompili, en octobre dernier, n'est mentionnée.

Réactions1 réaction à cet article

 

Lamentable ! 3 dB, c'est deux fois plus bruyant, ce n'est pas rien ! Et le problème vient essentiellement des gigantesques machines récentes, non concernées. Il faut imposer a minima deux points :
* construction à au moins 10 fois la hauteur en bout de pale des habitations,
* provisionnement à la construction d'un fond pour le démontage des socles en fin de vie, actuellement à la charge du propriétaire du terrain.

dmg | 21 décembre 2021 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Éolien-solaire : réussir la phase conception-construction de votre projet Q ENERGY France